L’Usage du Monde

BOUVIER_lusage_du_monde

L’Usage du Monde

Nicolas Bouvier
Edition originale: Payot, Petite Bibliothèque Voyageurs, 1963.
Réédité par La Découverte, Paris 2014.
ISBN 2707179019

Ce qu’en dit l’éditeur

À l’été 1953, un jeune homme de 24 ans, fils de bonne famille calviniste, quitte Genève et son université, où il suit des cours de sanscrit et d’histoire médiévale puis de droit, à bord se sa Fiat Topolino. Nicolas Bouvier a déjà effectué de courts voyages ou des séjours plus long en Bourgogne, en Finlande, en Algérie, en Espagne, puis en Yougoslavie, via l’Italie et la Grèce. Cette fois, il vise plus loin : la Turquie, l’Iran, Kaboul puis la frontière avec l’Inde. Il est accompagné de son ami, Thierry Vernet, qui documentera l’expédition en dessins et croquis. Ces six mois de voyage à travers l’Anatolie, l’Iran puis l’Afghanistan donneront naissance à l’un des grands chefs-d’œuvre de la littérature dite « de voyage », L’Usage du monde, qui ne sera publié que dix ans plus tard – et à compte d’auteur – aux éditions Droz, avant d’être repris par René Julliard en 1964. Après avoir connu un formidable succès, le livre était resté longtemps indisponible, avant de reparaître aux éditions La Découverte en 1985. Art de l’observation et du croquis, profond intérêt et curiosité insatiable pour les autres peuples, le voyageur n’est jamais en postition dominante, mais d’accueil, d’une ville à l’autre, passant par des villages qui, à l’époque, connaissaient encore le luxe de ne pas apparaître sur les cartes, comme ballotté au gré des éléments et des événements : « Fainéanter dans un monde neuf est la plus absorbante des occupations », écrit-il dès les premiers jours du périple. Mais ce profond humanisme n’est pas pour autant un dilettantisme ; par son écriture serrée, toujours très retenue, d’une grande précision, économe de ses effets et ne jouant pas « à la littérature », il a réussi à atteindre ce à quoi peu d’écrivains autoproclamés sont parvenus : un pur récit de voyage, dans la grande tradition de la découverte et de l’émerveillement, en même temps qu’une réflexion éthique et morale sur une manière d’être au monde parmi ses contemporains, sous toutes les latitudes.

Ce que j’en pense

*****
La longue marche de l’auteur ne s’est pas déroulée en Chine, mais d’Europe en Orient. De Yougoslavie au Pakistan en traversant la Grèce, la Turquie, l’Iran et l’Afghanistan, il a mis 18 mois, de juin 1953 à décembre 1954. Et si ce périple a depuis inspiré beaucoup de routards, il ne ressemble en rien à un guide. Ou plutôt si, c’est le guide des guides, celui qui donne la philosophie du voyage exprimée dès l’avant-propos : Un voyage se passe de motifs. Il ne tarde pas à prouver qu’il se suffit à lui même. On croit qu’on va faire un voyage, mais bientôt c’est le voyage qui vous fait, ou vous défait. En prenant le pas du marcheur, on voit d’abord le monde avec des yeux différents, on sent les choses, on entend les bruits. On est obligé d’être curieux et cette curiosité vous permet d’apprendre des milliers de choses, même quand vous ne comprenez pas la langue des autochtones. Lisez ou relisez ce livre, vous y découvrirez notamment des clés pour comprendre l’évolution géopolitique de ces pays. Plus de soixante ans après, c’est très étonnant.

Lien Wikipedia de l’ouvrage

Autres critiques
Babelio

A propos de l’auteur
Né le 6 mars 1929 au Grand Lancy/GE, Nicolas Bouvier a décroché une licence en Droit suivie d’une licence en Lettres à l’université de Genève avant de parcourir le monde et de faire du voyage toute sa vie, même si officiellement sa profession est iconographe et journaliste indépendant. Avec L’Usage du Monde, il publie le livre culte du bourlingueur qui ne veut pas bourlinguer idiot. Tantôt présenté comme journal, tantôt comme récit de voyage, il préfère dire qu’il écrit des feuilles de route, comme le faisaient les bonzes itinérants japonais et les moines chinois. Après Japon (1967) et Chronique japonaise (1975), il écrira un livre sur 25 ans de télévision romande, puis Le Poisson-scorpion (1981) qui retrace un voyage à Ceylan et sera couronné par le Prix Schiller. L’année suivante, il fera paraître un recueil de poèmes, Le dehors et le dedans. Avant de publier Le Journal d’Aran et d’autres lieux (1990), il avait fait le portrait d’une dynastie de photographes : Les Boissonas (1983). Nicolas Bouvier est mort le le 17 février 1998. Il est inhumé à Cologny près de Genève.

Acheter ce livre sur
Amazon

Mary Shelley

BERRY_Mary_Shelley

Mary Shelley, du monstre au sublime
Nicole Berry
Editions L’Age d’Homme

L’autre visage de Mary
Il aura fallu attendre plus de deux siècles après sa naissance pour constater que Mary Shelley n’avait pas écrit que Frankenstein.
Nicole Berry, biographe de Mary Shelley, mais aussi traductrice littéraire, nous aura permis de découvrir l’autre visage de cette anglaise passée dans la postérité pour avoir écrit Frankenstein ou le Prométhée moderne (à Genève en 1817-18). Fille naturelle de l’utopiste Godwin, elle s’éprend d’un écrivain romantique, Percy Bysshe Shelley. Avec lui, elle gagnera la Suisse, où le couple rencontrera Byron. Ce sera le début d’une amitié et surtout de l’un des trios les plus féconds de l’école romantique anglaise. Qui trouvera en Italie la terre la plus propice à son œuvre.
Jusqu’à son tragique accident de 1822 dans le golfe de la Spezia, où il meurt noyé, Percy bénéficiera des conseils et même de écrits de Mary, à tel point qu’il est impossible de démêler aujourd’hui la part prise par l’un ou l’autre. Ce qui est sûr, en revanche, c’est que la demi-douzaine d’ouvrages qui suit démontre que cette femme est l’un des auteurs majeurs de cette école romantique anglaise. Avec Valperga, c’est le vent de l’épopée qui emporte le lecteur. Derrière Castruccio Castracani del Antelminelli, seigneur de Lucca, on parcourt les paysages de Toscane durant cette époque troublée des guerres entre Guelfes et Gibelins. Si l’on sent que l’auteur à lu Dante, Boccace et Machiavel, c’est avant tout l’esprit de Roméo et Juliette qui souffle sur ce livre.

Acheter ce livre sur
Mary Shelley . Du monstre au sublime » title= »Amazon » target= »_blank »>Amazon

Le Retour

GODDARD_Le_Retour

Le Retour
Robert Goddard
Editions Sonatine
Roman
Littérature étrangère
ISBN Papier: 9782355842809
ISBN Numérique: 9782355843235
Paru le: 28.08.14

Où?
L’action se déroule notamment dans les Cornouailles, dans la forêt de Bishop (vallée de l’Allen), à Truro, à Weybridge, à la pointe extrême Sud-Ouest de Grande-Bretagne, et à Londres (Chelsea, Battersea Park).

Quand?
Le roman est situé en 1981.

Ce qu’en dit l’éditeur
Cornouailles, 1981. Chris Napier revient pour la première fois depuis des années à Tredower House, le domaine familial, acquis entre les deux guerres par son grand-oncle Joshua, pour assister au mariage de sa nièce. Au beau milieu de la cérémonie, Nick Lanyon, l’ami d’enfance de Chris, fait irruption et annonce, à la surprise de tous, que son père, Michael Lanyon, exécuté pour avoir commandité le meurtre de Joshua en 1947, était innocent. Il en a la preuve. Le lendemain, on retrouve Nick pendu. Par fidélité envers son ami, et pour dissiper des silences et des zones d’ombre qui depuis trop longtemps hantent sa famille, Chris décide de faire la lumière sur l’assassinat de son grand-oncle. Mais il y a des secrets qu’il est parfois bon de laisser en sommeil et Chris est loin de se douter des dangers qu’il encourt en exposant ainsi la légende familiale à la lumière de la vérité.
Après Par un matin, d’automne, Heather Mallander a disparu et Le Secret d’Edwin Stafford, Robert Goddard nous offre avec ce roman inédit en France une nouvelle saga familiale à l’épaisseur romanesque exceptionnelle. Avec une intrigue toujours aussi palpitante, aux multiples coups de théâtre, et une profonde empathie pour ses personnages, l’auteur revient ici à son thème de prédilection : comment les secrets de famille influent sur les générations suivantes. Indispensable.

Ce que j’en pense
****
Un roman dense construit sur la technique de l’oignon. Au fil des chapitres, on découvre des éléments qui permettent de comprendre pourquoi Nick, l’ami de Chris Napier, le narrateur, a mis fin à ses jours. Les secrets de famille se dévoilent les uns après les autres. On serait tenté de dire que le drame prend au fil des pages de plus en plus d’ampleur.
Après une entrée en matière un peu touffue et qui pourra en rebuter plus d’un, on ne lâchera plus ce suspense jusqu’à la fin.

Autres critiques
Babelio
Un polar
Salon littéraire
Le Temps
On l’a lu

Citations
«Je baisse la fenêtre et me coupe du bruit extérieur. Mais pas de mes souvenirs. Ils affluent et m’entourent tandis que je traverse lentement la chambre et vais me coucher sur le lit où je ferme les yeux afin de mieux les affronter. Je ne vais nulle part. Je ne m’enfuis pas. J’ai jusqu’à demain pour les revivre tous. Il le faut. Avant de prendre une décision.»

«Vivre dans le passé. Cette phrase est toujours employée de façon péjorative., comme si le passé était nécessairement inférieur au futur, ou en tout cas moins important […] Mais la vérité, c’est que nous vivons bel et bien dans le passé, que ça nous plaise ou non. C’est là que notre vie prend forme. Quelque part devant nous, près ou loin, c’est la fin. Mais derrière, enveloppé dans les nuages de l’oubli, se trouve le commencement.»

A propos de l’auteur
Robert Goddard vit en Cornouailles. Il a publié vingt-trois romans depuis 1986. Son oeuvre connaît un grand succès en Angleterre et aux États-Unis.
Fiche Wikipédia

Achter le livre sur:
Amazon

Liaisons

DAHLEM_Liaisons_2

Bienvenue sur mon blog littéraire! Mon but est de vous faire découvrir sans exclusive les livres que j’ai aimé. Littérature française et étrangère contemporaine avec des détours par quelques classiques, thrillers et polars, bande dessinée, voire quelques essais trouveront au fil des jours place sur ce site. N’hésitez pas à revenir régulièrement!
La seconde partie de ce site sera consacrée à mon travail d’écrivain. Je vous ferai vivre au jour le jour le processus de création et l’accueil qui sera réservé à mon premier roman né… d’une lecture. En refermant Les Liaisons dangereuses de Pierre Choderlos de Laclos, j’ai essayé d’imaginer qui pourraient être aujourd’hui Valmont, la Marquise de Merteuil et tous les autres personnages. Le monde des médias m’a paru particulièrement adapté. Les ambitieux y sont légion et leurs rivalités n’ont rien à envier à celles de leurs glorieux aînés. N’hésitez pas à découvrir les premières pages de ce livre et à me dire ce que vous en pensez.