L’odeur du minotaure

RICHEZ_lodeur_du_minotaure
L’odeur du minotaure
Marion Richez
Sabine Wespieser
Roman
128 p., 14 €
ISBN: 9782848051666
Paru en août 2014

Où?
Les lieux ne sont pas clairement définis, à part Paris où la narratrice suit des études, puis travaille dans un ministère.

Quand?

L’action se déroule de nos jours.

Ce qu’en dit l’éditeur
De la blessure que lui firent les fils de fer barbelés, alors qu’elle s’élançait, confiante, dans un champ où broutaient des vaches, la petite fille n’a gardé qu’une trace sur le bras. Elle qui ne voulait pas grandir a réussi un parcours sans faute. Son enfance terne, sa première histoire d’amour avec un jeune homme aussi rangé qu’elle, elle les a remisées bien loin. Marjorie, après de brillantes études, est devenue la « plume » d’un ministre. Caparaçonnée dans ses certitudes, belle et conquérante, elle se joue des hommes et de son passé.
Mais le numéro qui s’affiche sur l’écran de son téléphone portable tandis qu’elle s’apprête à rejoindre son ministère, elle le reconnaîtrait entre mille, bien qu’elle ne l’ait plus composé depuis longtemps : sa mère l’appelle au chevet de son père mourant. Quand, au volant de sa puissante voiture, elle quitte l’autoroute qui la conduisait chez ses parents, pensant prendre un raccourci, un choc violent la fait s’arrêter net. Elle vient de heurter un animal. Bouleversée, tremblante dans la nuit de la forêt, elle recueille le dernier souffle du grand cerf qu’elle a tué. Et c’est à ce moment que sa vie bascule.
L’Odeur du Minotaure, comme les contes initiatiques auxquels il s’apparente par l’extrême concision de sa langue et la simplicité de sa structure, est un beau roman de la métamorphose.

Ce que j’en pense
***

Un court roman, mais qui se compose de superbes tableaux qui impressionnent le lecteur comme du papier photographique lorsque la lumière paraît. Il y a d’abord l’enfance et l’adolescence. A dix-sept ans, Marjorie rencontre Thomas et, illusion d’un premier amour, s’imagine partager une nouvelle liberté alors qu’elle n’est que soumise aux désirs du mâle dominant. Le couple s’installe à Paris où, il l’a décidé, elle s’inscrit à Sciences Po. Au fil des semaines ses yeux se dessillent et la rupture sera à la hauteur de la frustration accumulée : brutale et violente.
A ce choc vient s’ajouter celui de l’annonce soudaine que son père va mourir. Aussi, c’est presque dans un état second qu’elle prend la route pour retrouver la maison familiale. Le troisième choc arrive en pleine nuit : sa voiture heurte un grand cerf, encore un mâle dominant. Tout comme l’est le ministre qui viendra compléter le tableau suivant.
Marion Richez parvient avec délicatesse à nous entraîner dans la descente aux enfers de cette jeune fille partie pour réussir, s’émanciper et s’installer dans la meilleure société. « Ils avaient vu partir une battante, ils retrouvaient une loque » dit-elle en parlant de l’accueil de ses collègues du ministère. S’en sortira-t-elle ? Tout est l’enjeu de ce roman qui se prend comme un coup de poing.

Autres critiques

Babelio
Page des libraires
Remue.net
Encres vagabondes

Citations
« Moi j’apprends à ne pas répondre à mes voix. C’est dur. Elles disent que j’ai tué, que je ne vaux rien. Que le mieux est d’en finir. Je serre les draps dans mes poings. J’appelle le grand cerf, J’appelle mon père. J’appelle Dieu. Enfin, j’appelle l’infirmière, et elle me donne un calmant qui me terrasse. Les voix sont bien obligées de disparaître avec moi. » (p. 86)

A propos de l’auteur
Née dans le Nord en 1983, Marion Richez grandit à Paris puis dans la Creuse ; elle y prend goût au théâtre par la Scène nationale d’Aubusson. Reçue à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, agrégée de philosophie, elle prépare un doctorat à Paris-Sorbonne IV sur la conscience corporelle. Ses recherches universitaires s’inscrivent dans une quête générale du mystère du corps et de l’incarnation, qui l’ont amenée à devenir l’élève de la comédienne Nita Klein. Elle a plusieurs fois collaboré à l’émission « Philosophie », diffusée sur Arte, sur les thèmes du corps et de la joie. En 2013, elle a également participé au long métrage documentaire consacré à Albert Camus, Quand Sisyphe se révolte.
En août 2014, paraît son premier roman, L’Odeur du Minotaure, chez Sabine Wespieser éditeur. (Source : Sabine Wespieser Editeur)
Site de l’auteur

Commandez le livre en ligne
Amazon

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s