L’Île du Point Némo

BLAS_DE_ROBLES_lile_du_point_nemo
L’Île du Point Némo
Jean-Marie Blas de Roblès
Roman
Zulma
464 p., 22,50 €
ISBN: 9782843046971
Paru le 22 août 2014

Où?

L’action se situe un peu partout dans le monde, mais elle emmène le lecteur principalement de France, dans le Périgord en Ecosse, puis à bord du transsibérien, en Australie et enfin vers l’île du Point-Némo.

Quand?
Si on en croit les moyens utilisés, on peut situer l’action dans un futur proche

Ce qu’en dit l’éditeur
Roman d’aventures total, tourbillonnaire, conquérant, véritable machinerie de l’imaginaire où s’entrecroisent et se percutent tous les codes romanesques, la littérature populaire, entre passé historique et projection dans le futur, nos hantises programmées et nos rêves d’échappées irrépressibles.
Martial Canterel, richissime opiomane, se laisse interrompre dans sa reconstitution de la fameuse bataille de Gaugamèles par son vieil ami Holmes (John Shylock…). Un fabuleux diamant, l’Anankè, a été dérobé à Lady MacRae, tandis que trois pieds droits chaussés de baskets de marque Anankè échouaient sur les côtes écossaises, tout près de son château… Voilà donc Holmes, son majordome et l’aristocratique dandy, bientôt flanqués de Lady MacRae et de sa fille Verity, emportés – pour commencer – dans le Transsibérien à la poursuite de l’insaisissable Enjambeur Nô.
Par une mise en abyme jubilatoire, cette intrigue rebondissante vient s’inscrire dans les aléas d’une fabrique de cigares du Périgord noir où, comme aux Caraïbes, se perpétue la tradition de la lecture, à voix haute, des aventures de Jean Valjean ou de Monte-Cristo. Bientôt reprise par Monsieur Wang, voyeur high-tech, et fondateur de B@bil Books, une usine de montage de liseuses électroniques…
Avec une ironie abrasive, ce roman-tsunami emporte toutes les constructions réalistes habituelles et ouvre d’extraordinaires horizons de fiction. Cette folle équipée romanesque est aussi la plus piquante réflexion sur l’art littéraire, doublée d’une critique radicale des idéologies et de la gouvernance anonyme, tentaculaire, qui nous aliène jusque dans notre intimité.

Ce que j’en pense
****

« Si l’on y réfléchit un peu, tout livre est l’anagramme d’un autre. Peut être même de plusieurs. Il n’appartient qu’au lexique d’être celui de tous les autres. C’est ce qui a guidé notre choix. » Voilà un quelque sorte le credo de Jean-Marie Blas de Roblès. Il nous livre ici un superbe hommage aux romans d’aventure et de suspense qui ont bercé sa jeunesse en nous permettant de repartir pour une expédition qui convoque tous les maîtres du genre. On se régale à suivre un groupe aussi disparate que celui du voyage autour du monde sur la trace d’un assassin et de voleur de haut-vol, celui de plus gros diamant du monde.
Tout au long de ce grand Barnum imaginé par l’auteur, on pourra croiser des personnages et des situations qui rappelleront entre autres Conan Doyle, Dumas, Defoe, Melville, Verne ou encore Swift. Comme l’auteur le souligne lui-même, parlant du Conte de Monte-Cristo : « cette conjonction n’a rien à voir avec le hasard ; cet homme est une bibliothèque vivante, un lecteur qui doit à certains livres choisis d’être resté debout. (…) C’est cela le vrai trésor, la source de vie que l’abbé Faria va transmettre à Edmond Dantès, oralement, jour après jour, pendant des années… »
Le plaisir que l’on prend sur les pas de notre groupe hétéroclite jusqu’à cet île du Point-Nemo, « le joli nom donné par les scientifiques au « pôle maritime d’inaccessibilité », l’endroit de l’océan le plus éloigné de toute terre émergée. » n’est pas étranger à ces clins d’œil qui parsèment le récit. Mais il tient aussi au style plein d’inventivité et de brio qui mêle de courts télégrammes qui témoignent de l’absurdité du quotidien à un second récit, sorte de fable de la mondialisation, qui fait du Périgord le lieu de production de liseuses électroniques supposées offrir le meilleur de la littérature …
Voilà un roman à conseiller à tous ceux qui ont envie d’un peu d’évasion en cette période difficile. Même si, au détour d’une phrase, ils songeront peut-être à l’équipe de Charlie Hebdo : « Le jour où vous comprendrez qu’il vaut mieux mourir en essayant de changer le monde, plutôt que de vieillir en le regardant agoniser, vous me rejoindrez ».

Autres critiques
Babelio
L’Express
Le Point
L’Humanité

Citations

« C’est étrange la manière dont l’imagination fonctionne, et comme elle s’apparente au rêve. On prend un bec par ici, une patte par là, un plumage, des écailles luisantes, et une machine en nous les recompose pour en faire une créature nouvelle, un collage monstrueux de bribes, de choses vues, de lectures oubliées, de peurs enfantines, qui reviennent, s’agglomérèrent la nuit pour former des îles, des continents noirs. De l’aléatoire programmé, du factice. Strictement rien qui ne naisse d’un recyclage, d’une laisse de mer sur la grève.
Nous sommes agis par des marées que nous ne maîtrisons pas, mais de temps à autre il en advient un bois flotté dont l’énigme semble avoir la puissance de modifier le monde. »

« — Vingt dieux ! dit-il, fronçant les sourcils. L’Enjambeur Nô !
— Oui, confirma Grimod. C’est sa marque.
— Mais de qui parlez-vous ? demanda Clawdia.
— Du plus sinistre des assassins, fit Holmes avec une voix de basse. Nul n’a jamais aperçu son visage, mais il n’y a pas un crime crapuleux, pas une faillite, pas une escroquerie défrayant la chronique, sans que son nom ne soit prononcé à un moment ou un autre. – Ou plutôt son surnom, reprit Canterel, car on ne connait pas son identité. Les ares fois où il a été aperçu, on l’a vu enjamber sa victime, s’immobiliser au-dessus d’elle dans une pose maniérée, comme un acteur de théâtre nô, puis fourrager son entrejambe pour en arracher les poils pubiens. Il décore de ces trophées affreux les lieux où il séjourne. Dans la seule cache qu’il n’ait pas eu le temps de déménager avant de disparaître, la police a retrouvé aussi des masques confectionnés à partir de visages humains…
— Et, Dieu me pardonne, continua Holmes, un exemplaire du Tarot comme grammaire du monde relié en peau de seins ! »

A propos de l’auteur
Né en 1954, il est l’auteur, chez Zulma, du monumental Là où les tigres sont chez eux (Prix du Roman Fnac, Prix Giono et Prix Médicis 2008). (Source : Editions Zulma)
Site Wikipédia de l’auteur

Commandez le livre en ligne
Amazon

Publicités

4 réflexions sur “L’Île du Point Némo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s