Le liseur du 6h 27

DIDIERLAURENT_le_liseur_du_6h27
Le liseur du 6h 27
Jean-Paul Didierlaurent
Au Diable Vauvert
Roman
217 p., 16 €
ISBN: 2846268010
Paru en mai 2014

Où?
L’action se situe principalement en région parisienne et sur la ligne du RER.

Quand?

Le roman se déroule de nos jours.

Ce qu’en dit l’éditeur

Employé discret, Guylain Vignolles travaille au pilon, au service d’une redoutable broyeuse de livres invendus, la Zerstor 500. Il mène une existence maussade mais chaque matin en allant travailler, il lit aux passagers du RER de 6 h 27 les feuillets sauvés la veille des dents de fer de la machine… Dans des décors familiers transformés par la magie de personnages hauts en couleurs, voici un magnifique conte moderne, drôle, poétique et généreux : un de ces livres qu’on rencontre rarement.

Ce que j’en pense
****

La mode semble être aux histoires qui finissent bien, aussi bien au cinéma qu’en littérature. Le premier talent de Jean-Paul Didierlaurent aura donc été de s’inscrire dans cette veine en nous offrant une histoire d’amour très originale.
Pourtant tout n’est pas très joyeux dans la vie de Guylain Vignolles, à commencer par la dyslexie volontaire de tous ceux qui s’ingénient à l’appeler « vilain guignol ». Son métier non plus n’est pas très drôle, puisqu’il passe son temps à reycler les livres mis au pilon, aux commandes d’une machine monstrueuse, la Zerstor 500 : « La Chose était née pour broyer, aplatir, piler, écrabouiller, déchirer, hacher, lacérer, déchiqueter, malaxer, pétrir, ébouillanter. Mais la meilleure définition qu’il eût jamais entendue restait celle que le vieux Guiseppe se plaisait à gueuler lorsque le mauvais vin qu’il ingurgitait à longueur de journée n’avait pas suffi à éteindre la haine viscérale qu’il avait emmagasinée au fil des ans vers la Zerstor 500 : ça génocide ! ».
Pour passer le temps, et peut-être pour ne pas laisser mourir tous ces écrits, il a pris l’habitude de déclamer quelques passages dans son train de banlieue. Au fil des voyages, il commence à se constituer un petit public et notamment deux sœurs qui le sollicitent pour venir faire la lecture dans une maison de retraite.
Guylain accepte et propose à son collègue, qui déclame des alexandrins dans sa loge, de l’accompagner.
Un jour, il découvre une clé USB et une sorte de journal rédigé par une personne travaillant comme « dame-pipi » dans un centre commercial. A la lecture du journal, il se dit qu’il aimerait bien rencontrer cet auteur si particulier. Guiseppe, qui a été victime de la Zerstor, va essayer de le seconder dans sa quête.
Ce premier roman, notamment avec le brio dont est mené cette fin, est une belle réussite saluée par une critique quasi unanime. Gageons que vous serez de leur avis en refermant le livre !

Autres critiques
Babelio
L’Express
Le Figaro
Culturebox
L’Humanité

Citations
« Pour tous les voyageurs présents dans la rame, il était le liseur, ce type étrange qui, tous les jours de la semaine, parcourait à haute et intelligible voix les quelques pages tirées de sa serviette. Il s’agissait de fragements de livres sans aucun rapport les uns avec les autres. Un extrait de recette de cuisine pouvait cotoyer la page 48 du dernier Goncourt, un paragraphe de roman policier succéder à une page de livre d’histoire. Peu importait le fond pour Guylain. Seul l’acte de lire revêtait de l’importance à ses yeux. » (p.13)

A propos de l’auteur
Jean-Paul Didierlaurent habite dans les Vosges. Nouvelliste exceptionnel lauréat de nombreux concours, trois fois finaliste et deux fois lauréat du Prix Hemingway, Le Liseur du 6h27 est son premier roman. (Source : Editions Au Diable Vauvert)

Commandez le livre en ligne
Amazon

Publicités

2 réflexions sur “Le liseur du 6h 27

  1. J’ai adoré l’idée d’un inconnu lisant des textes dans le métro. Si cela pouvait exister … Et puis je travaille dans une maison de retraite alors j’ai trouvé la suite encore plus belle.

    J’ai été impressionnée par les descriptions du travail avec « la bête ». Toutes proportions gardées, j’ai pensé à Victor Hugo.

    L’histoire d’amour, c’est le petit bonbon en plus !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s