Sorbet d’abysses

EMMENEGGER_Sorbet_dabysses

Sorbet d’abysses
Véronique Emmenegger
Luce Wilquin
Roman
269 p., 21 €
ISBN: 9782882535030
Paru en avril 2015

Où?
L’action se situe, pour la jeunesse de Shirley, l’une des protagonistes, dans le Somerset puis à Londres. Toutefois, le lieu principal n’est pas défini.

Quand?
L’action est située de nos jours.

Ce qu’en dit l’éditeur
Lorsque la famille du brillant philosophe Egault Lévy apprend qu’il est atteint d’une maladie de démence, le monde manque de s’écrouler. Shirley, sa femme soumise, ainsi que ses trois enfants sortent alors de leurs retranchements. Subir ou ne pas subir ? Accepter ou se révolter ? Chacun va être invité à modifier sa façon de voir la vie face à cette descente dans les entrailles de la mémoire et du langage. La maladie cache dans ses souffrances des portes de sortie étonnantes.
Scènes cocasses, éclats de bonheur, de rire… Une remise en question salutaire face à la débandade du langage et de la mémoire.

Ce que j’en pense
***

On pourrait résumer ce livre en disant qu’il raconte le parcours d’un homme atteint d’une maladie dégénérative de type Alzheimer, mais voilà qui serait bien trop réducteur. Car Véronique Emmenegger est bien trop subtile pour ne pas s’arrêter à cette seule dimension. Elle choisit certes de nous livrer la chronique d’une déchéance annoncée, mais décide d’emblée de confronter tous ses personnages à une réalité qui est loin d’être manichéenne. Comme nous l’annonce le titre: « Loin de Shirley, l’espoir de trouver une oreille pour entendre sa voix, elle aussi boitillante. Il faut déguster ce sorbet d’abysses avec une cuillère en argent, qui laisse sur la langue le goût des mauvais jours.»
Voici donc Shirley, l’épouse soumise qui n’avait que dix huit quand le professeur Égault Lévy l’a remarquée dans les couloirs de l’Université londonienne avant de lui proposer de devenir sa traductrice. « Dans la foulée, il lui proposa de l’épouser, ce serait plus simple.»
Son mari occupe la place centrale du récit. C’est du reste devenu une habitude pour l’intellectuel qui voyage de conférences en séminaires : il est partout la vedette. C’est du reste ce qui va donner à ce roman toute sa force tragique. Car Égault refuse d’admettre son «problème». Il va même dans un premier temps, faire comme si de rien n’était, avant de devoir petit à petit abdiquer.
La galerie de personnages ne serait pas complète sans les trois enfants du couple : Sixtine, Donatien et Olga.
Sixtine, la «Japonaise», est admirative de son père et mettra elle aussi longtemps à admettre sa maladie. Donatien est assez effacé. Il regarde les femmes agir et suit le mouvement, y compris dans leur formidable initiative finale, qu’il serait dommage de dévoiler ici. Olga, la petite dernière que son frère et sa sœur ont surnommé « la punkette», déteste cette étiquette qui remonte à ses treize ans, période de sa « révolte XXL, les vêtements teints en noir dans la machine familiale, les ongles mal vernis, les cheveux courts d’un côté et plus longs de l’autre, un vrai poème gothique.» C’est avant tout la force vive. Son énergie va être bien utile à tous, surtout depuis que Shirley a abdiqué et pris la fuite : « Quand le leader devient fardeau, rien ne sert d’attendre ou de maudire, il faut agir. Fuir la combustion ramassée de la rancœur pour prendre la tangente. Là se trouvent les fleurs ressuscitées. Il n’y a pas de prescription, il faut les cueillir toutes. »
La force de ce livre tient, on l’aura compris, non pas à la maladie, mais aux remises en question qu’elle peut entraîner. Pour chacun des protagonistes, mais bien entendu aussi pour le lecteur qui, par ricochet, se pose les mêmes questions que Shirley, Sixtine, Donatien et Olga.
Certains critiques aiment utiliser la formule « lisez et vous n’en sortirez pas indemnes ». Je crois qu’elle ne s’est jamais mieux appliquée qu’ici.


Autres critiques

Babelio

Extrait
« Il a été convenu par téléphone de commencer le Grand Mensonge. Impossible de traîner Monsieur Lévy chez un docteur en hallucinations afin de gober toute une série de pastilles aussi joliment colorées que les poissons. Il faut lui prescrire des banalités pour simples trous de mémoire. Le Professeur prévient qu’il faudra revenir dans un mois, car le dosage est approximatif. Il y a tout de même trois sortes de médicaments et Égault se demande bien pourquoi, avec tout l’argent qu’on met dans la recherche, ces fantômes en blouse blanche n’ont toujours pas réussi à trouve run modèle unique.
L’ordonnance griffonnée, quelqu’un frappe à la porte. Il s’agit du psychiatre du département de psycho-gériatrie adjacent, lequel passait par là. Il propose à Égault de discuter un moment, invitation refusée tout net. Monsieur Lévy lui rappelle qu’il n’est pas égrotant et qu’il a assez fait mumuse pour aujourd’hui. Il a toute sa tête ! » (p.53)

A propos de l’auteur
Véronique Emmenegger est née à Paris en 1963 d’un père agent de voyages suisse-allemand et d’une mère secrétaire française. Durant sa petite enfance, elle a beaucoup voyagé en Europe (Grèce, Espagne, Italie, Iles Canaries) et a été en partie élevée par ses grands-parents à Paris.
Revenue en Suisse, sa scolarité obligatoire se passe au collège de Morges et au gymnase à Lausanne.
Attirée par des études de médecine, la vie en a décidé autrement. Par le biais d’un concours lancé par l’Hebdo, lequel recherche des jeunes reporters, elle fait partie des douze jeunes sélectionnés. L’Hebdo offre à chacun une petite somme d’argent et la possibilité d’un reportage. Véronique part à Londres et réalise sa première double page sur les punks. C’est en terre britannique qu’elle écrit son premier roman «Mademoiselle Faust», ville de tous les départs. Elle obtiendra son RP en free-lance quelques années plus tard.
En 1987, «Mademoiselle Faust» paraît à Paris aux éditions Sillages dirigées par Noël Blandin. Suivront «Les Bouches» en 1992 toujours chez le même éditeur. «Richesse Invisible», une commande des éditions d’En Bas, lui offre la possibilité de collaborer avec Pierre-Antoine Grisoni, photographe de l’agence Strates. Suivront «Fringales» en 2011, un recueil de 52 nouvelles sur le thème du vêtement. Et «Cœurs d’assaut» en 2013, un roman sur l’abandon et la survie en milieu hostile. (Source : Site internet de l’auteur)
Site internet de l’auteur
Page Facebook de l’auteur

Commandez le livre en ligne
Amazon

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s