Le jour où j’ai appris à vivre

GOUNELLE_Le_jour_ou_j’ai_appris

Le jour où j’ai appris à vivre
Laurent Gounelle
Kero
Roman
288 p., 19,90 €
ISBN: 9782366580983
Paru en janvier 2015

Où?
L’action se déroule aux Etats-Unis, principalement à San Francisco, mais également en Californie, comme à Big Sur.

Quand?
Le roman est situé de nos jours.

Ce qu’en dit l’éditeur
Et si tout commençait aujourd’hui ?
Imaginez : vous vous baladez sur les quais de San Francisco un dimanche, quand soudain une bohémienne vous saisit la main pour y lire votre avenir. Amusé, vous vous laissez faire, mais dans l’instant son regard se fige, elle devient livide. Ce qu’elle va finalement vous dire… vous auriez préféré ne pas l’entendre. À partir de là, rien ne sera plus comme avant, et il vous sera impossible de rester sur les rails de la routine habituelle.
C’est ce qui va arriver à Jonathan dans ce nouveau roman de Laurent Gounelle. À la suite de cette rencontre troublante, il va se retrouver embarqué dans une aventure de découverte de soi ponctuée d’expériences qui vont changer radicalement sa vision de sa vie, de la vie. Ce roman, dont l’intrigue est basée sur des expériences scientifiques réelles, éclaire d’une lumière nouvelle notre existence et nos relations aux autres, et apporte un souffle d’air pur dans notre vie.
Un nouveau roman lumineux et positif de Laurent Gounelle par l’auteur de L’homme qui voulait être heureux, Les dieux voyagent toujours incognito et Le philosophe qui n’était pas sage.
Les romans de Laurent Gounelle sont tous des best-sellers, traduits dans le monde entier.

Ce que j’en pense
***

Il y a du Guillaume Musso dans ce nouvel opus de Laurent Gounelle. On pourrait même dire que, comme le ferait un grand chef sûr de sa technique, il suffit d’utiliser les bons ingrédients pour réussir le plat. A commencer par situer l’action aux Etats-Unis, peut être parce que l’on imagine que là bas tout est possible. A moins que, au pays du New Age, les personnages ne soient plus réceptifs aux prédictions.
Ensuite, il convient de mettre en scène un personnage relativement banal mais qui a déjà un certain vécu. Ici, il s’agit de Jonathan, un agent d’assurances, qui a fondé sa société avec un ami et son ex-épouse. Si tous trois ont connu des hauts et des bas, l’affaire a continué à prospérer. Bref tout va bien jusqu’au moment où arrive l’épisode qui va remettre en cause le train-train quotidien.
Chez Laurent Gounelle, il s’agit de la rencontre avec une diseuse de bonne aventure. Cette dernière va tout simplement lui annoncer sa mort prochaine.
Même si vous êtes persuadé qu’une telle déclaration n’a aucune valeur scientifique, elle vous ébranlera sans doute un peu.
L’agent manquant d’assurance, il va décider de quitter ce métier de rapace pour chercher un nouveau sens à cette existence désormais limitée.
Pour faire monter la mayonnaise, il manque toutefois encore un ingrédient, celui qui fera le liant. Il prend cette fois la forme d’une tante philosophe qui semble avoir trouvé la sérénité et va le guider sur ce nouveau parcours.
Vient enfin, pour le lecteur peu prompt à avaler les gros caillloux semés tout au long de cette quête un argument de poids : « l’intrigue est basée sur des expériences scientifiques réelles ! »
Disons le tout net : même avec les grosses ficelles, on se laisse prendre au jeu pour peu que l’on soit un optimiste invétéré et que l’on aime cette idée de la rédemption vers laquelle on suit Jonathan. Il faut aussi aimer les quelques vérités toujours bonnes à dire (voir citations ci-dessous) et les feel-good stories.

Autres critiques

Babelio
Metronews
RTS (Radio La Première, podcast audio)
Blog Les lectures de Lily

Citations
« Si chacun de nous était conscient de l’immense valeur qui est la sienne, c’est toute la face du monde qui serait changée. Mais on vit dans une société où l’on dit rarement aux gens le bien que l’on pense d’eux. On a beaucoup de pudeur à l’exprimer et, finalement, beaucoup de retenue : chacun garde secrètement en soi ses opinions positives comme des graines qu’on laisserait se dessécher au fond de sa poche au lieu de les semer ou de les confier au souffle du vent, à la terre et à la pluie. »

« Nous sommes des êtres complets et la nature nous amène à le ressentir profondément, alors que la société crée en nous le manque. Elle sait nous faire croire et nous faire ressentir qu’il nous manque quelque chose pour être heureux. Elle nous interdit d’être satisfaits de ce que nous avons, de ce que nous sommes. Elle ne cesse de nous faire croire que nous sommes incomplets. »

« Notre voie apparait à nous quand s’évanouissent nos illusions, qui nous trompent sur notre direction, et que notre conscience s’éveille. Et tu sais, ce qui est troublant dans la vie, c’est que tout ce qui nous arrive, en positif comme en négatif, en joies comme en drames, sert secrètement un seul but: éveiller notre conscience, car c’est seulement là que nous devenons pleinement nous-mêmes. »

« Pour bien vivre sa vie, reprit Margie, il est nécessaire d’être à l’écoute de ce qui vient du plus profond de nous-même. Entendre les messages chuchotés par notre âme. Mais notre âme est comme un ange qui murmure d’une voix si douce, si faible, qu’il faut tendre l’oreille. Comment veux-tu la percevoir dans le brouhaha incessant ? Comment veux-tu y prêter attention quand ton esprit est accaparé par des milliers de choses en dehors de toi-même ? » (page 79)

« Le monde est la résultante de nos actes individuels. Se changer soi-même est la seule voie vers un monde meilleur. Un monde meilleur où il fait bon vivre. »

« Mais il le savait : il ne sert a rien de regretter des choix passées. La vie est ainsi,elle est jalonnée d’erreurs,et sans doutes ces erreurs ont-elles leur raison d’être,sans doute nous apportent-elles quelque chose malgré tout .Accepter. La philosophie de Margie finissait par passer.
L’acceptation est un art de vivre. »

A propos de l’auteur
Laurent Gounelle est né le 10 août 1966 de mère catholique et de père protestant. Originaire des Cévennes, de l’Ardèche et de Venise par son père, de l’Aisne, de la Hollande et de la Belgique par sa mère dont la famille a vécu un quart de siècle en Cochinchine. A la maison, l’influence asiatique se ressentait jusque dans les habitudes culinaires… Il reçoit une éducation assez stricte dans une ambiance sérieuse dont il s’évade par la rêverie, la lecture, et l’observation du monde.
A 17 ans, il veut devenir psychiatre, mais en est dissuadé par le médecin de famille — un pessimiste invétéré convaincu que ce métier n’a pas d’avenir. Son père, professeur et chercheur en physiologie, avait quant à lui peu d’estime pour les « sciences molles »…
Poussé par ses parents à faire des « études sérieuses », il entreprend alors un cursus de sciences économiques à Dauphine dont il sort diplômé en 1988, complété par un troisième cycle à la Sorbonne.
Son bac + 5 en poche, il se retrouve à 23 ans propulsé dans le monde de l’entreprise, jeune cadre promis à un avenir sans encombre. Et pourtant, c’est le choc. Il se retrouve confronté à une crise existentielle, son métier n’ayant pas de sens profond à ses yeux. « Ce n’est pas la vie que je voulais », réalise-t-il brutalement. S’en suivent alors quelques années pendant lesquelles il se cherche, un parcours erratique qu’une journaliste de Libération qualifiera plus tard de « trajectoire de poulet fraîchement décapité ».
Mais sa passion très tôt manifestée pour l’être humain ne le lâche pas. Il se jette corps et âme dans les sciences humaines et notamment la psychologie et la philosophie, à travers des lectures puis des formations de plus en plus pointues aux Etats-Unis, en Europe et en Asie. Il fait des voyages initiatiques. Il rencontre des sages.
Désireux de faire de sa passion son métier, il devient consultant en relations humaines, métier qu’il exercera pendant 15 ans. En France puis à l’international, des entreprises lui confient des missions de conseil et de formation qui gravitent autour de l’amélioration des relations entre les gens, l’épanouissement au travail, la recherche de sens.
En 2006, au cours d’une année chargée en émotions (mort de son père quelques mois après son mariage, naissance de son premier enfant, mort de son meilleur ami…), Laurent Gounelle prend la plume pour écrire une histoire qui permettrait de partager des idées qui lui tiennent à cœur sur la vie et la recherche du bonheur. « L’homme qui voulait être heureux » est publié en 2008 et devient un best-seller mondial, traduit en 25 langues, n°1 des ventes en France.
En 2010, Laurent Gounelle publie « Les dieux voyagent toujours incognito » qui prend tout de suite la tête des listes de meilleures ventes et devient également un best-seller en Espagne et dans la plupart des pays d’Amérique du sud. L’adaptation cinématographique de ce roman est actuellement en préparation.
En 2012, Laurent Gounelle publie « Le philosophe qui n’était pas sage » dans une co-édition Plon / Kero, un roman en forme de satire de la société occidentale moderne, qui devient à son tour un best-seller et est en cours de traduction dans de nombreux pays.
En 2014, Laurent Gounelle publie « Le jour où j’ai appris à vivre », un roman sur la découverte de soi et du sens de la vie, qui se placera dès sa sortie dans toutes les listes des best-sellers. Ce roman est en cours de traduction dans de nombreux pays. (Source : Site internet de l’auteur)

Site internet de l’auteur
Page Facebook de l’auteur
Page Wikipédia de l’auteur

Commandez le livre en ligne
Amazon

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s