Soudain, seuls

AUTISSIER_Soudain_seuls

 

 

 

 

 

 

Soudain, seuls
Isabelle Autissier
Stock
Roman
252 p., 18,50 €
ISBN: 9782234077430
Paru en mai 2015

Où?
L’action se déroule principalement au milieu de l’océan Atlantique, par plus de 50° Sud sur l’île australe de Stromness, après avoir navigué sur un voilier venu de Cherbourg, en passant par les Canaries, les Antilles, le Brésil, l’Argentine, la Patagonie. Les souvenirs et la seconde partie se situent également à Stanley, aux Falkland, à Antony, à Paris, dans les Alpes, à Glasgow et sur l’île de Jura.

Quand?
Le roman se déroule de nos jours.

Ce qu’en dit l’éditeur
Un couple de trentenaires partis faire le tour du monde. Une île déserte, entre la Patagonie et le cap Horn. Une nature rêvée, sauvage, qui vire au cauchemar.
Un homme et une femme amoureux, qui se retrouvent, soudain, seuls.
Leurs nouveaux compagnons : des manchots, des otaries, des éléphants de mer et des rats. Comment lutter contre la faim et l’épuisement ? Et si on survit, comment revenir chez les hommes ?
Un roman où l’on voyage dans des conditions extrêmes, où l’on frissonne pour ces deux Robinson modernes. Une histoire bouleversante..

Ce que j’en pense
****

Un vrai coup de cœur ! Voilà sans doute l’un des livres les plus forts qu’il m’a été donné de lire cette année. Le combat pour la survie de Louise et Ludovic offre à Isabelle Autissier à la fois l’occasion de parler de sa passion, la voile, et de s’interroger avec le lecteur sur son comportement en situation extrême.
Le résumé du livre est dramatiquement simple : Un jeune couple décide d’abandonner pour quelques temps leur routine, leur appartement du XVe et leur projet d’enfant, pour se lancer dans une expédition sur les mers du globe. Après avoir traversé l’Atlantique et longé l’Amérique du Sud et la Patagonie, ils prennent la direction du Cap Horn.
En route, ils s’offrent une excursion sur Stromness, aujourd’hui bout de terre abandonné et paradis de la faune locale.
Mais au retour de leur escapade sur l’île interdite, les conditions de mer sont devenues trop mauvaises. Ils décident de se réfugier dans les vieux entrepôts baleiniers pour y passer la nuit. Quand au petit matin la tempête s’est calmée, ils découvrent avec effroi que leur bateau a disparu. Le piège s’est refermé. La lutte pour la survie peut commencer.
Le coup de génie d’Isabelle Autissier consiste à nous montrer l’évolution psychologique de chacun des protagonistes. Car il devient vite évident que Louise et Ludovic ne «fonctionnent» pas de la même manière et que dans une telle situation, les chamailleries se transforment vite en opposition. Le vernis des conventions – on va s’en sortir ensemble – va bien vite s’éroder pour laisser les chairs et les cœurs à vif. Tant que le plan de survie fonctionne, qu’ils allient leurs forces pour trouver des conditions de survie plus ou moins acceptables, on admire leur courage et leur volonté. Mais au fil des jours, alors que les conditions climatiques s’aggravent, que l’arrivée d’éventuels sauveteurs devient de plus en plus improbable et que le régime alimentaire restreint commence à laisser des traces sur les organismes, les options se restreignent jusqu’à cette cruelle question : vaut-t-il mieux mourir à deux ou survivre tout(e) seul(e) ?
Question que chaque lecteur sera appelé à trancher et qui le hantera longtemps après avoir refermé le livre. Car le paroxysme des situations et la violence du conflit intérieur ne pourra laisser personne indifférent.

Autres critiques
Babelio
Paris-Match
RTL (Les livres ont la parole, Bernard Lehut)
BibliObs
Blog Que lire ?
Blog Les lectures du Hibou

Extrait

« L’odeur ne ment pas. Celle de cette nuit lui dicte de fuir, de repousser Ludovic, tout de suite.
Dans les grands moments, pense Louise, l’humain est seul. Devant la vie, la mort, les décisions suprêmes, l’autre ne compte plus. Elle doit l’oublier et juste vivre. C’est son droit le plus absolu, c’est son devoir envers elle-même.
La nuit est toujours aussi noire et calme. Seul couve l’œil rouge du poêle qu’ils n’éteignent jamais. C’est son tour d’y veiller. Ludovic ne va donc pas s’alarmer, dans son sommeil, qu’elle se lève et fourgonne dans la pièce. Elle récupère sa veste et ses chaussures, l’un des couteaux les mieux affûtés, balance une seconde avant de saisir le briquet, puis l’empoche. A tâtons elle attrape le carnet, le stylet, l’encre et une bougie qu’elle allume avant de recharger le feu.
Dans l’atelier, elle griffonne :
« Je pars chercher du secours. Je reviens au plus dans une semaine. »
Elle ne sait plus si cette dernière phrase est vraie, elle voudrait le croire, ou au moins faire semblant.
Elle hésite et ajoute :
« Prends soin de toi, je t’aime. »
A ce moment précis, elle ne l’aime pas. Il lui est même indifférent, mais elle a pitié de lui. Son départ va le dévaster. Elle lâche ce dernier mot comme une aumône. » (p. 129-130)

A propos de l’auteur

Isabelle Autissier est la première femme à avoir accompli un tour du monde à la voile en solitaire. Elle est l’auteur de romans, de contes et d’essais, dont Kerguelen (Grasset, 2006), Seule la mer s’en souviendra (Grasset, 2009),
L’amant de Patagonie (Grasset, 2012), et, avec Erik Orsenna, Salut au Grand Sud (Stock, 2006) ainsi que Passer par le Nord (Paulsen, 2014). Elle préside la fondation WWF France. (Source : Editions Stock)

Site Wikipédia de l’auteur

Commandez le livre en ligne
Amazon

Mes livres sur Babelio.com
Publicités

Une réflexion sur “Soudain, seuls

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s