Décousue

RACHEL-decousue

 

 

 

 

 

-18ans

Décousue
Maryssa Rachel
5 sens éditions
Roman érotique
224 p., 15 €
ISBN 9782970104124
Paru en août 2015

Où?
Le roman se déroule principalement à Paris

Quand?
L’action se situe de nos jours.

Ce qu’en dit l’éditeur
À la manière d’un journal intime, Maryssa Rachel nous emmène à travers les chemins sinueux du libertinage, révélant ainsi toute la complexité de l’être humain et de ses désirs les plus profonds. Déroutant ou dérangeant, ses mots tantôt doux tantôt acerbes continueront de provoquer ou simplement d’exister, sans même se retourner, sous le regard conformiste d’une société en plein questionnement.

Ce que j’en pense
***

Ce roman – à ne pas mettre entre toutes mains, comme il convient de l‘écrire – est avant tout une déclaration de liberté. Celle de Rose, une femme qui entend bien mener sa vie comme elle l’entend, sans notamment subir les humeurs des hommes qui, presque tous, vont le décevoir à un moment ou à un autre : « Dès le premier coup de bite donné, ils se sentent surpuissants et pensent qu’ils pourront enfin m’enfermer, me posséder. Je déteste l’étouffement, je suis indépendante et je compte bien le rester encore longtemps ».
Une déclaration d’indépendance qui se heurte toutefois bien vite à un petit problème : la narratrice, qui est une hédoniste, aime la bonne chère et la bonne chair, la champagne, les entrecôtes saignantes et le sexe. Et pour parvenir à ses fins, elle n’a «pas besoin de phrases ni de longs discours, seuls les corps s’expriment. Exit hypocrisie, mensonge et bla-bla inutile.»
Car le parcours de Rose était jusque là assez classique, depuis la découverte de la sexualité à l’école, puis chez les bonnes-sœurs jusqu’à la rencontre avec Mickael, son premier copain, avec laquelle elle restera sept ans, histoire de faire ses classes.
Histoire aussi de se lasser en découvrant à la fois les servitudes de la vie de couple et la facilité qu’elle a à séduire : « Un homme, c’est mécanique. Un homme, il suffit de la regarder avec envie pour qu’à son tour il ait envie. Un homme, il suffit de lui dire ce qu’il veut entendre pour qu’il nus mange dans la main. Un homme, c’est simple. »
Commence alors le petit catalogue de ses rencontres et de ses fantaisies jusqu’aux clubs échangistes, en passant par la rencontre fortuite ou la fille du bar au regard de braise… qui ne va pas tarder à enlever son «r» au mot braise. Ajoutons une mention pour la scène de la bibliothèque, fantasme commun à de nombreux amateurs de littérature.
Cette addiction va peu à peu l’entraîner sur des chemins un peu plus risqués. Comme pour une droguée en manque, elle va devoir satisfaire sa boulimie de sexe avec des partenaires de moins en moins attirants, des objets plus ou moins vibrants, des pervers plus ou moins violents. Un peu n’importe où et n’importe quand. Nous voilà entraînés vers un remake d’Histoire d’Ô plutôt que vers une Emmanuelle 2.0. Quand Eros s’approche de Thanatos. Quand la douleur, l’humiliation, l’insulte accompagnent la jouissance.
C’est du reste là que réside, à mon sens, l’intérêt de ce roman. On comprend avec la narratrice que la quantité ne saurait se substituer à la qualité : « J’ai trente-cinq ans, un peu fatiguée, usée, blasée par la multitude de ces relations qui s’additionnent chaque jour un peu plus. Je n’ai toujours pas trouvé la personne qui puisse me combler, j’ai toujours peur lorsque je frôle l’amour. »
Rose sent que son chemin est parsemé d’épines. Désormais, c’est avec toutes ses expériences et sa nouvelle lucidité qu’elle affronte la vie.

Autres critiques
Babelio
Blog Le monde enchanté de mes lectures (Eloradana2303)
Blog Esprits libres

Extrait
« Combien de fois ai-je entendu des hommes ou des femmes traiter des nanas qui aiment le sexe de nymphomanes ; des jaloux, des envieux sans nul doute, des coincés, des frustrés, des malheureux. Des gens qui n’arrivent tout simplement pas à assumer entièrement leurs propres envies. Il est tellement plus facile de mettre en avant chez l’autre ses propres névroses et de les discriminer. Je suis donc une hypersexuelle, une séductrice, une prédatrice, peu importe en fait les mots qu’on me colle sur la peau. Je me sers de mon corps pour communiquer, les mots ne sont que des mots, il est plus facile de parler que d’agir. Je préfère agir que parler car je déteste la facilité. »
Extrait en vidéo (p. 63-65)

A propos de l’auteur
Ecrivaine, Photographe, Chroniqueuse (LP MAG paris) et scénariste est née dans la Drôme en 1976. Certains la qualifient de « photo_thérapeute ». Elle aide majoritairement les gens qui la sollicitent à retrouver confiance en eux.
Elle jongle entre écrits et travail photographique. Ses expositions sont réalisées aussi bien dans la Drôme, en PACA que sur Paris. Elle a participé à l’illustration de la brochure «Tomber la culotte» financée par l’INPES ainsi que l’article « D’économe je suis devenue écolo » sur TF1 NEWS, en octobre 2011. Son premier roman « Shemale » est sorti en octobre 2012 aux Ed. Kirographaires.
En février 2012, elle est invitée sur le plateau de « la nouvelle édition » sur canal+ pour parler du documentaire d’A.Rawlins. La chaîne W9 la contactera également pour photographier l’héroïne d’une émission TV.
Maryssa Rachel travaille principalement sur des sujets qui dérangent et par le biais de ses œuvres tous supports son but est de faire réagir, d’amener à réfléchir. (Source: 5 sens éditions)

Page Facebook de l’auteur

Commandez le livre chez l’éditeur

Mes livres sur Babelio.com
Publicités

2 réflexions sur “Décousue

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s