Pardonnable, impardonnable

TONG_CUONG_Pardonnable_impardonnable

Pardonnable, impardonnable
Valérie Tong Cuong
Jean-Claude Lattès
Roman
336 p., 19 €
ISBN: 9782709646086
Paru en janvier 2015

Où?
L’action se déroule en France, dans une petite ville vers le Nord qui n’est jamais nommée.

Quand?
Le roman se déroule de nos jours.

Ce qu’en dit l’éditeur
Un après-midi d’été, alors qu’il se promène à vélo sur une route de campagne, Milo, douze ans, chute et se blesse grièvement.
Ses parents Céleste et Lino et sa grand-mère Jeanne se précipitent à son chevet. Très vite, chacun va chercher les raisons de l’accident. Ou plutôt le coupable. Qui était avec lui ce jour-là ? Pourquoi Milo n’était-il pas à sa table, en train de faire ses devoirs, comme prévu ?
Tandis que l’angoisse monte autour de l’état de Milo resurgissent peu à peu les rapports de force, les mensonges et les petits arrangements qui sous-tendent cette famille. L’amour que chacun porte à l’enfant ne suffira pas à endiguer la déflagration. Mais lorsque la haine aura tout emporté sur son passage, quel autre choix auront-ils pour survivre que de s’engager sur le chemin du pardon ?
Un roman choral qui explore la difficulté à trouver sa place au sein du clan, les chagrins et la culpabilité, mais aussi et surtout la force de l’amour sous toutes ses formes.

Ce que j’en pense
****
Avant de réviser sa leçon d’histoire avec sa tante Marguerite, l’archéologue, Milo a pris son vélo pour aller cueillir des fleurs pour Céleste. Dans la descente, l’enfant chute lourdement. Il se retrouvera dans le coma.
Autour de son lit se rassemblent tous les proches, à commencer par les parents et grands-parents. Tous vont essayer de comprendre ce qui s’est passé.
Valérie Tong Cuong a la bonne idée de donner la parole successivement à tous les personnages de ce drame, offrant au lecteur les différents points de vue et surtout la diversité des jugements.
Céleste vient de voir le ciel s’effondrer une seconde fois sur elle. Après avoir perdu un premier enfant, elle doit désormais se battre pour ne pas en perdre un second. Car les médecins restent très circonspects. On se rend très vite compte qu’elle ne pourra pas vraiment compter sur son mari Lino qui a déjà été condamné et qui essaie d’oublier ses déboires dans l’alcool, tant il se sent « méprisé, envahi, exploité par sa belle-famille. » Alors il se morfond, alors il rumine ses angoisses, sa rage, sa douleur. Il se tait, comme après cet arrachement dont il a été victime avec Céleste : «Nous étions tous plongés dans l’indicible, l’indicible a laissé la place à l’inexplicable, puis à l’autocensure. Dans tous les cas : le silence. »
Un silence qui va pourtant être brisé, car il est des questions qui demandent une réponse, notamment lorsque l’on comprend que le scénario de l’accident est d’abord le fruit de l’imagination de Marguerite. Pourquoi a-t-elle caché qu’elle avait organisé une course avec son neveu ? Pourquoi a-t-elle repoussé la leçon d’histoire ? Et pourquoi a-t-elle si peur du jugement de sa mère ?
Avec beaucoup de maestria, l’auteur rassemble les pièces du puzzle et découvre les secrets de famille dont chacun des protagonistes est peu ou prou dépositaire et victime.
« Il est si difficile de composer avec une vie dont on ne détient que des fragments, quand on n’a même pas idée de ce qui nous échappe, quand tout autour de nous n’est constitué que de pièces manquantes dont on ignore les contours.» expliquera Céleste quand elle commencera à comprendre pourquoi ses parents on fait d’elle leur fille préférée et choisi de délaisser Marguerite.
Tandis que Milo réclame sa tante – que la famille a choisi de bannir – toute la construction soigneusement bâtie à coups de non-dits ou de mensonges vole en éclats. Marguerite aimerait pouvoir répondre au vœu de Milo, avoir voix au chapitre. Auprès de Gustavo, le médecin qui soigne l’enfant, elle va se confier, tenter d’expliquer son comportement.
Les amateurs de psycho-généalogie trouveront dans ce roman une belle illustration de la charge émotive qui, de génération en génération, peut affecter une famille. Une grande réussite, finement ciselée.

Autres critiques
Babelio
Les Echos
La Vie
Blog Les chroniques de Koryfée (Karine Fléjo)
Blog ABCD Livres
Blog MicMelo Littéraire
Blog Meely lit
Blog Plume de Cajou

Extrait
« On avait ce jeu tous les deux, pardonnable, impardonnable. Tu voles dans mon porte-monnaie : pardonnable. Un hold-up : pardonnable. Tu as commis un homicide involontaire : pardonnable. Un meurtre : pardonnable. Un assassinat, je viendrai te voir en prison ! On cherchait pour quel motif on pourrait bien se laisser tomber, lui et moi, on n’en voyait aucun : tout ce qui pourrait arriver de mauvais ou de contrariant, à l’un comme à l’autre, aurait forcément une explication, sinon une justification. Ce qui est bien, disait Milo en collant son nez dans mon cou, c’est de savoir que quelqu’un sera là pour toi quoi qu’il arrive, qu’au moins une personne au monde ne cessera jamais d’avoir confiance en toi. Ce qui est bien, répondais-je, c’est de savoir qu’une personne au monde, rien qu’une seule, tient à toi pour toujours. Quoi qu’il arrive. »

A propos de l’auteur
Valérie Tong Cuong a travaillé huit ans en entreprise avant de se consacrer à l’écriture et à la musique. Elle a publié plusieurs romans, dont les très remarqués Providence et L’Atelier des miracles ainsi que des nouvelles. Elle écrit également pour le cinéma et la télévision. Pardonnable, Impardonnable est son dixième roman. (Source : Editions JC Lattès)

Site Internet de l’auteur
Page Twitter de l’auteur

Site Wikipédia de l’auteur

Commandez le livre en ligne
Amazon

Publicités

Une réflexion sur “Pardonnable, impardonnable

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s