Playground

KEPLER_Playground

En deux mots
Le cœur de Jasmine cesse de battre quelques secondes, après un affrontement au Kosovo. C’est le début d’une expérience de mort imminente qui va l’entraîner quelques mois plus tard, avec son fils Dante, à «vivre» une existence parallèle très troublante.

Ma note
etoileetoileetoileetoile (j’ai adoré)

Playground
Lars Kepler
Éditions Actes Sud
Roman
traduit traduit du suédois par Lena Grumbach
416 p., 23 €
EAN : 9782330078256
Paru en mai 2017

Où?
Le roman se déroule au Kosovo puis à Stockholm et dans une ville portuaire qui ressemble à une ville chinoise et que l’on situera dans l’au-delà.

Quand?
L’action se situe de nos jours.

Ce qu’en dit l’éditeur
Lors d’une mission de l’Otan dans le Nord du Kosovo, le lieutenant Jasmine Pascal-Anderson est grièvement blessée. Son cœur s’arrête pendant près de quarante secondes avant que les médecins ne parviennent à la réanimer. À son réveil, elle est persuadée d’avoir vu l’antichambre de la mort – une étrange ville portuaire évoquant la Chine ancestrale. Un monde sans foi ni loi sur lequel un gang fait régner la terreur pour s’emparer des “visas” des nouveaux arrivants, seuls viatiques permettant d’espérer un retour à la vie.
Des années plus tard, quand son fils de cinq ans doit subir une opération délicate nécessitant un arrêt cardiaque, Jasmine sait que le petit garçon n’en réchappera pas s’il se rend tout seul dans l’au-delà. Une solution radicale s’impose : provoquer chez elle un coma artificiel et l’accompagner de l’autre côté. Mais une fois réunis dans la salle d’attente entre vie et mort, mère et fils vont devoir affronter de terribles mercenaires sur le playground – véritable théâtre des horreurs.
Puisant dans les méandres de la mythologie chinoise, Lars Kepler est de retour avec un thriller surnaturel qui met aux prises l’amour filial avec la perversité humaine. L’homme serait-il fondamentalement voyeur, attiré par le spectacle macabre de la souffrance d’autrui ? Sur le playground en tout cas, les spectateurs assoiffés d’ultraviolence veulent en avoir pour leur argent.

Ce que j’en pense
Ce roman commence par un épisode sanglant qui va d’emblée saisir le lecteur. Jasmin Pascal-Andersson, Lieutenant dans les troupes de l’OTAN engagées au Kosovo, est victime d’une embuscade. Grièvement blessée, son cœur va cesser de battre pendant une quarantaine de secondes. Après réanimation, elle est victime d’hallucinations que les médecins attribuent au stress post-traumatique.
Transférée à Stockholm pour sa convalescence, elle va tenter d’oublier ce traumatisme et tenter de retrouver une vie normale, notamment en oubliant l’engagement sur le terrain. Elle est affectée dans un bureau, met au monde un petit garçon baptisé Dante. Seule ombre au tableau, le père de l’enfant n’est guère présent mais entend toutefois se voir confier la garde de l’enfant sous prétexte que sa mère a fait un séjour en asile psychiatrique.
C’est en se rendant au tribunal pour plaider sa cause que Jasmine est victime d’un terrible un accident de voiture en compagnie de sa mère et de son fils.
Ses hallucinations reprennent, car son cœur cesse à nouveau de battre.
C’est à ce moment que le roman bascule dans une autre dimension. Jasmine vit en effet une expérience mort imminente, c’est-à-dire cet état particulier que l’on appelle quelquefois le couloir de la mort et durant lequel on n’est plus vivant, mais pas encore mort. Pour elle, ce séjour va se situer dans une ville portuaire qu’on dirait chinoise. Elle y fait du reste la connaissance d’un jeune homme qui va l’aider dans son périple. Car il s’agit pour elle d’obtenir un visa, un droit de retour sur terre en quelque sorte.
Aussi quand sur son lit d’hôpital, on lui apprend que son fils est dans le coma, elle comprend qu’il lui faut retourner dans ce monde, si elle veut pouvoir sauver son fils. Sa sœur Diana accepte de lui faire une injection qui bloque son rythme cardiaque pour une minute. Jasmine, et le lecteur avec elle, se retrouve à nouveau dans le port chinois aux côtés de centaines de personnes qui souhaitent un visa, de peur de devoir embarquer sur les bateaux pour leur dernier voyage.
Très vite, la tension grimpe. Jasmine doit combattre la mafia qui a pris le pouvoir et qui gangrène l’administration et la justice. Son combat sera sans merci, car il s’agit bien d’une question de vie ou de mort. Parviendra-t-elle à ses fins? Dante sera-t-il également sauvé? Le suspense croit au fil des pages…
Sans dévoiler ici l’issue de ce thriller que l’on pourrait également classer dans le fantastique ou la SF, disons qu’il captive à la fois par le sujet qu’il traite, cette expérience que des dizaines de personnes affirment avoir vécue, et par son traitement, en courts chapitres très addictifs.
Si Jasmine est au cœur du récit, son fils Dante (un prénom qui n’est pas le fruit du hasard, tant L’Enfer qui nous est proposé ici se rapproche de ce classique) va l’accompagner dans son périple, ainsi que Ting, dont on découvrira qu’il a quitté le monde des vivants en même temps qu’elle.
Ceux qui suivent Lars Kepler savent qu’il s’agit d’un pseudonyme, celui d’un couple d’auteurs suédois, Alexander et Alexandra Ahndoril, qui a bâti sa réputation sur les enquêtes de l’inspecteur Joona Linna, dont on citera notamment Le marchand de sable ou encore Désaxé paru l’an passé. Cette fois, il s’agit d’un one shot, c’est-à-dire un livre hors de cette série, qui n’en est pas moins captivant même s’il ne s’agit pas d’un thriller classique.
Si les amateurs d’ésotérisme et de mystère sont gâtés ici, gageons que ceux qui ne croient pas en cette expérience aux frontières de la mort seront tout autant happés par ce récit poignant.

Autres critiques
Babelio
Blog Un bouquin sinon rien 

Les premières pages du livre

Extrait
« Jasmine Pascal‐Anderson se réveilla à l’hôpital Országos Orvosi à Budapest. Elle devina une silhouette devant la fenêtre, puis reconnut Mark. Il était difficile de le distinguer dans le halo de lumière dentelé devant ses yeux. Elle tenta de parler, mais n’avait pas encore retrouvé sa voix. Il vint s’asseoir sur le bord du lit, et dit quelque chose qu’elle ne parvint pas à saisir. Il avait apporté une de ses boucles d’oreilles. Il lui tapota la joue, et fixa la petite perle au lobe de son oreille gauche. D’une main faible, elle retira le masque à oxygène humide, et se mit à respirer à pleins poumons.
— La mort ne fonctionne pas, réussit-elle à articuler en toussant.
— Jasmine, tu es en vie, tu n’es pas morte, chuchota Mark en s’efforçant de sourire. »

A propos de l’auteur
Lars Kepler est le pseudonyme du couple d’écrivains Alexander et Alexandra Ahndoril. Mariés dans la vie, ils ont écrit plusieurs romans chacun. (Source : Éditions Actes Sud)

Site Wikipédia des auteurs 

Commandez le livre en ligne sur Amazon (il suffit de cliquer sur la couverture)
//ws-eu.amazon-adsystem.com/widgets/q?ServiceVersion=20070822&OneJS=1&Operation=GetAdHtml&MarketPlace=FR&source=ac&ref=qf_sp_asin_til&ad_type=product_link&tracking_id=macolledelivr-21&marketplace=amazon&region=FR&placement=2330078250&asins=2330078250&linkId=e1f7cc682bcc8a94dcdee966c0f5345b&show_border=true&link_opens_in_new_window=false&price_color=333333&title_color=0066c0&bg_color=ffffff

Mes livres sur Babelio.com


Focus Littérature

Tags :
#tplayground #larskepler #editionsactessud #actessud #RL2017 #roman #rentreelitteraire #thriller #unLivreunePage. #livre #lecture #books

Publicités

2 réflexions sur “Playground

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s