L’été en poche (62)

JAUFFRET_Cannibales_P

Cannibales

En 2 mots
Une jeune artiste qui vient de rompre s’allie avec sa belle-mère pour mettre fin aux jours de leur amant et fils et… le manger. Contrairement aux apparences, ce roman épistolaire est une belle histoire d’amour, un brin surréaliste.

Ma note
etoileetoileetoileetoile (j’ai adoré)

Si vous voulez en savoir plus…
Ma chronique complète publiée lors de la parution du roman en grand format

Les premières lignes

L’avis de… Jérôme Garcin (L’OBS)
« A mi-chemin entre «les Liaisons dangereuses» et «le Silence des agneaux», ce roman, qui réconcilie la Marquise de Merteuil et Hannibal Lecter, est savoureux de férocité, onctueux de préciosité (on ne compte plus les mots anciens, de «comptée» à «souventes fois», de «hoirie» à «faquin») et délicieux d’absurdité. Bref, un Jauffret aux petits oignons. A servir brûlant. Végétaliens, s’abstenir. »

Vidéo


A l’occasion de la 38e édition du Livre sur la Place à Nancy, rencontre avec Régis Jauffret autour de son roman «Cannibales». © Production Librairie Mollat

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s