Mercy, Mary, Patty

LAFON_Mercy_Mary_Patty

logo_avant_critique

Voici 5 bonnes raisons de lire ce livre:
1. Parce qu’avec La Petite Communiste qui ne souriait jamais, Lola Lafon a montré qu’elle pouvait se saisir d’un sujet original – la vie et l’œuvre de la gymnaste Nadia Comaneci – pour nous livrer une réflexion originale sur la place du sport et du corps des jeunes filles dans la politique et la société.

2. Parce qu’à l’instar de The Girls d’Emma Cline qui recréait la secte autour de Charles Manson et son expédition meurtrière qui a notamment coûté la vie à Sharon Tate, elle choisit un fait divers qui a secoué l’Amérique pour raconter une époque, pour creuser les failles d’une société en proie au doute. L’Affaire Patricia Hearst, enlevée en 1974 par des «révolutionnaires» dont elle ne tarde pas à épouser la cause, n’a pas fini de faire des vagues!

3. Parce que la fiction permet de questionner la version officielle et ce fameux «syndrome de Stockholm» qui contraindrait les otages à adopter le point de vue des ravisseurs et aurait entraîné Patricia Hearst sur la mauvaise pente. Les parcours de Mercy Short et Mary Jamison viennent étayer cette conviction.

4. Parce que les deux femmes imaginées par Lola Lafon, Gene Neveva et Violaine, sont de générations différentes et nous offrent un regard croisé sur les événements.

5. Pour cette promesse signée Véronique Rossignol dans Livres Hebdo : «Ce beau personnage ambigu de passeuse de flambeau bouscule, dérange, provoque, encourage à penser large. »

Lola Lafon sera présent aux manifestations suivantes :
Le Livre sur la Place à Nancy du 08 au 10 septembre 2017
Forum Fnac Livres du 15 au 17 septembre 2017 à Paris

Mercy, Mary, Patty
Lola Lafon
Éditions Actes Sud
Roman
240 p., 19,80 €
EAN : 9782330081782
Paru en août 2017

Ce qu’en dit l’éditeur
En février 1974, Patricia Hearst, petite-fille du célèbre magnat de la presse William Randolph Hearst, est enlevée contre rançon par un groupuscule révolutionnaire dont elle ne tarde pas à épouser la cause, à la stupéfaction générale de l’establishment qui s’empresse de conclure au lavage de cerveau.
Professeure invitée pour un an dans une petite ville des Landes, l’Américaine Gene Neveva se voit chargée de rédiger un rapport pour l’avocat de Patricia Hearst, dont le procès doit bientôt s’ouvrir à San Francisco. Un volumineux dossier sur l’affaire a été confié à Gene. Pour le dépouiller, elle s’assure la collaboration d’une étudiante, la timide Violaine, qui a exactement le même âge que l’accusée et pressent que Patricia n’est pas vraiment la victime manipulée que décrivent ses avocats…
Avec ce roman incandescent sur la rencontre décisive de trois femmes “kidnappées” par la résonance d’un événement mémorable, Lola Lafon s’empare d’une icône paradoxale de la “story” américaine pour tenter de saisir ce point de chavirement où l’on tourne le dos à ses origines. Servi par une écriture incisive, Mercy, Mary, Patty s’attache à l’instant du choix radical et aux procès au parfum d’exorcisme qu’on fait subir à celles qui désertent la route pour la rocaille.

« Faire un pas de côté et laisser à l’actualité ses conclusions, s’en remettre à la fiction, aux lignes droites préférer le motif du pointillé, ces traces laissées par Mercy Short, Mary Jamison et Patricia Hearst que je découvre lors d’une résidence à Smith College, Massachusetts.
Elles ont dix-sept ans en 1690, quinze ans en 1753 et dix-neuf ans en 1974. Leur point commun : elles choisissent de fausser compagnie au futur étroit qu’on leur concoctait et désertent leur identité pour en embrasser une nouvelle, celle des «ennemis de la civilisation» de leur époque, les Natifs américains pour les deux premières, un groupuscule révolutionnaire pour la troisième.
La rencontre est au centre de Mercy, Mary, Patty, la mienne et celle de mes personnages, Violaine et Gene Neveva, avec celle qui, en 1975, tourna brièvement le dos au capitalisme pour se rallier à la cause de ses ravisseurs marxistes: Patricia Hearst.
Sa voix rythme le récit, défait les territoires idéologiques et dévoile l’envers de l’Amérique, elle porte en elle une question qui se transmet de personnage en personnage, question-virus qui se transforme en fonction du corps qui l’accueille: que menacent-elles, ces converties, pour qu’on leur envoie polices, armées, prêtres et psychiatres, quelle contagion craint-on?
Patricia Hearst met à mal toute possibilité de narration omnisciente, à son épopée ne conviennent que des narrations multiples.
Si mon précédent roman interrogeait la façon dont les systèmes politiques s’affairent autour des corps de jeunes filles, Mercy, Mary, Patty s’attache à l’instant du chavirement, du choix radical et aux procès qu’on fait subir à celles qui désertent la route pour la rocaille, des procès similaires sur trois siècles, au parfum d’exorcisme. Mercy, Mary, Patty est semé du sable des Landes où se déroule le récit, ses grains minuscules enrayent la fiction d’un monde «civilisé» auquel on se devrait de prêter allégeance. » L. L.

Autres critiques
Babelio
20 Minutes (2 minutes pour choisir)
France Culture (émission «Par les temps qui courent» – Marie Richeux)

Les premières lignes:
« Vous écrivez les jeunes filles qui disparaissent. Vous écrivez ces absentes qui prennent le large et l’embrassent sans en trier le contenu, élusives, leur esprit fermé aux adultes. Vous interrogez notre désir brutal de les ramener à notre raison. Vous écrivez la rage de celles qui, le soir, depuis leur chambre d’enfant, rêvent aux échappées victorieuses, elles monteront à bord d’autocars brinquebalants, de trains et de voitures d’inconnus, elles fuiront la route pour la rocaille.
Mercy Mary Patty, votre ouvrage publié en 1977 aux Etats-Unis, leur est dédié, qui vient d’être réédité, augmenté d’une préface signée par vous et d’une courte note de l’éditeur. Il n’est pas encore traduit en France. Il se termine par des remerciements ainsi que votre biographie, depuis l’obtention de vos diplômes en littérature américaine, histoire et sociologie jusqu’aux postes que vous avez occupés: Chicago University 1973, collège des Dunes, France, 1974-75, lectrice à l’université de Bologne en 1982 et enfin Smith College, Northampton Massachussets. Des articles parus ces derniers mois dans la presse universitaires soulignent l’importance de vos recherches, les magazines s’interrogent sur ce qu’ils appellent votre « retour en grâce ». Le New Yorker vous consacre deux colonnes : « Une théorie controversée : Gene Neveva et ses jeunes filles chavirées, de Mercy Short en 1690 à Patricia Hearst en 1974. »
Le libraire de Northampton glisse votre livre dans une pochette de papier brun, il se montre curieux de mon choix, l’affaire Hearst est de l’histoire ancienne, vous venez d’Europe n’est-ce-pas, vous avez votre lot de jeunes filles toxiques en ce moment, celles-là qui affichent leur allégeance à un Dieu comme on s’amourache d’un acteur, Marx, Dieu, question d’époque… Vous êtes étudiante à Smith College je parie, continue-t-il, si vous cherchez à rencontrer l’auteure, son numéro de téléphone est dans l’annuaire des professeurs.
Mais je ne vous cherche pas. Votre bureau est au premier étage du bâtiment devant lequel je passe chaque matin mais ça n’a pas d’importance car je ne vous cherche pas, je vous suppose. Au librairie j’explique la raison de ma présence ici, je prononce votre nom, je raconte, je dis Mme Neveva comme si vous étiez à nos côtés et que vous m’en imposiez, je dis Neveva à la façon de vos élèves françaises qui vous vénéraient et dont je n’ai pas été, Neveva Gene arrivée dans une petite ville du Sud-Ouest au mois de janvier 1974, jeune enseignante qui à l’automne 1975 punaise à la hâte une feuille de papier dans les deux boulangeries de la ville, cherche étudiante très bon niveau d’anglais oral et écrit, job temps plein d’une durée de quinze jours. Adultes s’abstenir. URGENT.»

À propos de l’auteur
Née en 1974 dans le Nord de la France, Lola Lafon a grandi en Bulgarie, puis dans la Roumanie de Ceausescu que ses parents choisissent de fuir à la fin des années 1980. Outre des études d’anglais, elle se passionne pour la danse, le théâtre et la musique. Elle fonde d’ailleurs un groupe en 2000, Leva, avec lequel elle enregistrera un album très remarqué. En 2003, Lola Lafon se distingue avec la parution de son premier roman, Une fièvre impossible à négocier (Babel n°1405). Cette militante féministe, qui fréquenta un temps les squats, signe d’autres ouvrages parmi lesquels Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce (Babel n°1248) et La petite communiste qui ne souriait jamais (Babel n°1319). Cette évocation romanesque de la vie de la gymnaste Nadia Comaneci lui vaudra un grand succès en librairie, de nombreuses traductions et une flopée de récompenses.
Dans le domaine musical, Lola Lafon compte deux albums à son actif : Grandir à l’envers de rien (Label Bleu / Harmonia Mundi, 2006) et Une vie de voleuse (Harmonia Mundi, 2011). (Source : Éditions Actes Sud / Lire)
Commandez le livre en ligne sur Amazon (il suffit de cliquer sur la couverture)

Mes livres sur Babelio.com


Focus Littérature

Tags:
#mercymarypatty #lolalafon #editionsactessud #actessud #RL2017 #roman #rentreelitteraire #thriller #unLivreunePage. #livre #lecture #books #RLN2017

Publicités

3 réflexions sur “Mercy, Mary, Patty

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s