Les vacances

WOLKENSTEIN_Les_Vacances

logo_avant_critique

Voici trois bonnes raisons de lire ce livre:
1. Parce que le sujet abordé, la recherche du premier film resté inachevé d’Éric Rohmer, tourné en 1952, permet tout à la fois de rendre hommage au cinéaste, de sillonner la Normandie et de construire un suspense qui va tenir le lecteur en haleine jusqu’à l’épilogue.

2. Parce que la traque de ce film, une adaptation du roman de la comtesse de Ségur, Les Petites Filles modèles est menée par Paul et Sophie, le premier étant un spécialiste des films disparus et la seconde, une spécialiste de l’œuvre de la Comtesse de Ségur.

3. Parce que Florence Bouchy dans Le Monde a trouvé les arguments pour nous faire lire ce roman: « Les Vacances est un roman diablement vivant, qui épouse la spontanéité des échanges aussi bien qu’il sait jouer des temps de délibérations intérieures, d’hésitations ou de scrupules, sans jamais paraître inutilement bavard. C’est aussi un roman joyeux, bienveillant sans naïveté et moins -léger qu’il n’y paraît d’abord, qui n’ignore pas que toute recherche scientifique est aussi et parfois avant tout une enquête sur soi-même. »

Les vacances
Julie Wolkenstein
Éditions P.O.L.
Roman
368 p., 18,90 €
EAN : 9782818042663
Paru en août 2017

Ce qu’en dit l’éditeur
Automne 1952 : dans un château délabré de l’Eure, Éric Rohmer tourne Les Petites Filles modèles. C’est son premier long-métrage. Presque achevé, jamais sorti au cinéma, il a disparu. Ceci est avéré et vérifié. Nul ne sait ce qu’est devenu ce film. A-t-il été perdu, volé, détruit par Rohmer qui n’en aurait pas été satisfait ?
Printemps 2016 : Sophie, une prof d’université à la retraite spécialiste de la comtesse de Ségur, et Paul, un jeune homme qui consacre sa thèse à des films introuvables, traversent ensemble la Normandie à la recherche de traces, de témoins, d’explications : par exemple, Joseph Kéké, l’étudiant béninois qui a produit le film, a-t-il vraiment cassé une dent à une strip-teaseuse poétesse ? À quoi servent les châteaux en ruines ? Quel rapport entre la comtesse de Ségur, Éric Rohmer et le cinéma érotique des années 1970 ?
Ce roman ébouriffant et drôle multiplie les pistes et les péripéties. De nouveaux personnages réels ou fictifs surgissent à chaque détour de page et nourrissent une enquête qui mêle vertigineusement réalité avérée et vérifiée à la fiction la plus débridée.
Chemin faisant, et c’est ce qui donne aussi à cette histoire une profondeur inattendue tant le ton en est plaisant, désinvolte et spirituel, c’est avant tout sur eux-mêmes que Paul et Sophie enquêtent sans s’en rendre compte.

Les critiques
Babelio 
La Croix (Christine de Martinoir)
BibliObs (Jérôme Garcin)
Diacritik (Christine Marcandier)
Libération (Claire Devarrieux)
La semaine.fr (Béatrice Arvet)
Blog motspourmots.fr (Nicole Grundlinger)

Les premières pages du livre
« – Mon vrai prénom est Sophie.
– Je sais. Moi, c’est Paul.
¬– Vous vous foutez de ma gueule ?
Il tombe une pluie fine sur la banlieue de Caen, et les deux fumeurs que nous sommes – les seuls, apparemment, parmi la poignée de chercheurs restés au sec dans l’abbatiale – nous abritons comme nous pouvons sous le porche. Le vent a forci et rabat l’averse dans notre direction, mais nous ne nous laissons pas décourager et tirons sur nos cigarettes humides.
Sophie et Paul. Comme les personnages les plus célèbres de la littérature pour enfants. Comme dans la comtesse de Ségur. D’accord. Une coïncidence de plus. La semaine dernière, quand je l’ai rencontré pour la première fois au Starbucks de la gare Saint-Lazare, il s’appelait Gaspard et moi Pauline, mais nous l’avions fait exprès. Moi, en tout cas, je l’avais fait exprès.

Extrait
« J’ai remonté le train pour trouver un wagon tranquille. Le premier, tout au bout du quai, était presque vide, je me suis assis et j’ai sorti de mon sac à dos l’exemplaire des Petites Filles modèles que je venais d’acheter à la Fnac, en face de la gare. Je sais, ce n’est pas très professionnel, mais je n’avais pas encore eu le temps de le lire. Paris-Caen, une heure cinquante si tout va bien, je m’étais dit que ce serait suffisant.
De toute façon, ce qui comptait, c’était ce qui m’attendait là-bas, dans les réserves sacrées de l’IMEC, l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine : les archives d’Eric Rohmer, le scénario manuscrit de son premier film, adapté des Petites Filles modèles de la comtesse de Ségur, premier film tourné à l’automne 1952, presque achevé, et jamais sorti.
Disparu. Comme tous les films auxquels j’ai décidé de consacrer ma thèse. Des images que je ne verrai jamais. Et que, dans le cas de Rohmer, presque personne, à l’époque, n’a vues. »

À propos de l’auteur
Julie Wolkenstein, née en 1968, enseigne la littérature comparée à l’Université de Caen. Les Vacances (2017) est son huitième roman. Elle a publié, toujours aux Éditions de Minuit: Le mystère du tapis d’Ardabil (2015) ; Adèle et moi (2013) ; L’Excuse (2008) ; Happy End (2005) ; Colloque sentimental (2001) ; L’Heure anglaise (2000) et Juliette ou la Paresseuse (1999). (Source : Éditions de Minuit)

Page Wikipédia de l’auteur 

Commandez le livre en ligne sur Amazon (il suffit de cliquer sur la couverture)

Mes livres sur Babelio.com


Focus Littérature

Tags:
#lesvacances #juliewolkenstein #editionspol #RL2017 #roman #rentreelitteraire #unLivreunePage. #livre #lecture #books #RLN2017 #littérature #lecture #lire #lectrices #lecteurs

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s