Les Prix d’excellence

WARGNIER_Les_prix_dexcellenceLogo_premier_roman

En deux mots:
Mathilde quitte sa famille d’industriels du textile pour les beaux yeux d’un cheminot, George, petit vietnamien adopté par un couple d’épiciers va faire de brillantes études. Et si chacun suit un parcours sentimental et professionnel bien différent, ils vont finir par se rencontrer et nouer une relation très particulière.

Ma note:
★★★ (bien aimé)

Ma chronique:

Le film de la vie de Mathilde et George

Pour ses débuts dans la roman, le cinéaste Régis Wargnier imagine la rencontre entre une scénariste et un scientifique aux parcours très différents, mais tout aussi passionnants.

Pour ses débuts dans le roman, on ne pourra pas reprocher à Régis Wargnier d’avoir exploré toute la palette des possibles dans son roman, toutes ces choses qu’un cinéaste ne peut pas faire faute de budget ou de temps. C’est ainsi qu’il nous fait quasiment parcourir toute la planète, sautant d’un continent à l’autre et qu’il n’hésite a raconter des parcours de vie courant sur plusieurs décennies. Il faut de reste resté bien concentré pour ne pas perdre le fil, même si deux personnages émergent aux biographies totalement différentes. Aussi faudra-t-il une succession de hasards – mais le hasard n’a-t-il pas bon dos ? – pour que Mathilde rencontre George.
Il retrace la rencontre de George, bébé rescapé de la guerre du Vietnam adopté en France et de Mathilde, raconteuse d’histoires : « Ils créent ensemble un lien indéfinissable, entre amitié et amour
Mathilde nait dans le Nord de la France au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale. Son père a fait fortune dans l’industrie textile en important notamment des tissus d’Afrique. S’il se rend souvent au Ghana, c’est toutefois aussi pour un motif qu’il va essayer de garder secret: il mène une double vie et a construit une sorte de double vie familiale puisque sa maîtresse ghanéenne lui a donné trois enfants. Et si Mathilde ne se doute pas de la chose, elle sent bien la distance s’élargir et leurs relations se distendre. Ce malaise diffus va la pousser à vouloir très vite s’émanciper et partager la vie d’un photographe. Mais ce dernier va se lasser d’elle. Par dépit sans doute, elle se dit que le parcours que lui offrent ses parents en vaut bien un autre. Mais alors que les préparatifs du mariage sont déjà très avancés, elle croise Stanislas Tchitchenko, un cheminot qu’elle chosira de suivre, consommant ainsi la rupture avec ses parents, mais aussi avec la fratrie qui n’a pas non plus digéré le scandale. Il faudra que beaucoup d’eau s’écoule sous les ponts pour qu’elle finisse par les retrouver.
Mais n’anticipons pas et venons-en à George, l’autre figure de proue de cette épopée.
Lui nait bien des années plus tard au Vietnam, fruit d’un amour «interdit» entre un G.I. et une vietnamienne. Après avoir frôlé la mort, il se retrouve chez un couple d’épiciers parisiens qui lui offrent leur amour et l’encouragent à suivre des études. Élève brillant, il sera poussé par un professeur a postuler pour l’Humanity School of Excellence installée à Suisse «sur une colline qui dominait le lac de Thoune, près de la bourgade de Niederstocken». En tant que représentant du peuple, il y côtoiera des fils de familles aisées venus du monde entier et notamment le très secret et très surveillé nord-coréen Hwang. C’est avec ce dernier qu’il entretiendra une relation amoureuse, faite de rendez-vous nocturnes durant lesquelles presque aucune parole ne sera échangée. Et c’est aussi là que Régis Wargnier situe la rencontre avec Mathilde, invitée à parler de propriété intellectuelle. Car entre temps elle a découvert le cinéma, d’abord en suivant un tournage, puis comme scénariste. Une carrière rapide qui n’aura rien à envier à l’ascension de Stanislas, qui pour n’avoir pas une acuité visuelle suffisante a dû oublier son rêve de conduire un TGV pour intégrer le service des ressources humaines de la SNCF. Un choix qui va le conduire jusqu’au sommet de l’entreprise.
Le couple aura trois enfants et va commencer à susciter l’intérêt de la presse. Et alors que la Festival de Cannes déroule son tapis rouge pour Mathilde, une histoire d’argent va ternir le conte de fées. Entre temps, on aura vu George vivre en direct la chute du mur de Berlin puis s’exiler aux Etats-Unis pour y poursuivre une brillante carrière scientifique qui bénéficiera aussi d’un coup de pouce de son ami Hwang.
On l’aura compris, Régis Wargnier s’est régalé dans les méandres de ces histoires ppur faire émerger des lieux et des thèmes qui lui sont chers, mettant sans dout eun peu de lui dans plusieurs des personnages nés sous sa plume. C’es tc equi fait toute la richesse d’un roman auquel on décernera sans hésitation Les prix d’excellence.

Les Prix d’excellence
Régis Wargnier
Éditions Grasset
Roman
432 p., 22 €
EAN: 9782246813781
Paru le 31 janvier 2018

Où?
Le roman se déroule principalement en France, dans le Nord puis à Paris et sa banlieue, en passant par Tarbes ou encore Cannes et son festival, mais il nous entraîne également dans le monde entier, du Ghana à la Corée du Nord en passant par Berlin ou encore New York.

Quand?
L’action se situe des années soixante à nos jours.

Ce qu’en dit l’éditeur
Les prix d’excellence, ce sont Mathilde et George, vingt ans d’écart: elle, une fille de la bonne bourgeoisie textile du nord de la France; lui, le fils d’un G.I. et d’une Vietnamienne, adopté par de petits épiciers parisiens. Dans les années 80, Mathilde, passionnée de cinema, rompt avec sa famille, fait sa vie avec un cheminot, devient scénariste  ; George suit de brillantes études en Suisse, puis part pour les Etats-Unis où il se spécialise dans la biologie. Lorsqu’ils se rencontrent, en 1989, leur entente est immédiate, évidente. Ils ne deviennent pas amants, car chacun aime intensément de son côté (Mathilde, son mari; George, un Nord-coréen), mais ils se savent unis par la passion. Ils s’écrivent, ils s’admirent. Le succès vient, et l’espoir: Mathilde est primée pour un film à Cannes, George fait des découvertes scientifiques de première importance. Mais le vieux monde, celui de la convention et de l’envie, n’en veut pas: une cabale se monte. Mathilde et George recevront-ils le prix d’excellence de la vie?
Une histoire d’amour romanesque et trépidante, avec, en arrière-plan, les bruissements du monde de mai 68 à nos jours.

Les critiques
Babelio
Madame Figaro (Isabelle Potel)
Europe 1 (L’invité culture de la matinale)
Ouest-France (Pascale Monnier)
Franceinfo (émission «Mise à jour» de Jean-Mathier Pernin)
Livreshebdo (Prix Cazes de la brasserie Lipp 2018)
Page des libraires (Jocelyne Rémy, Librairie L’Écritoire, Sémur-en-Auxois)
L’avenir.net (Michel Paquot – entretien avec l’auteur)

Les premières pages du livre:
« Mathilde
Quand elle eut dix-sept ans, Mathilde était toujours vierge.
Obsédées par la protection et la défense de leur hymen, mais taraudées par un désir fiévreux, les jeunes filles des années soixante de la bonne société avaient acquis une très bonne pratique des préliminaires, qu’elles nommaient entre elles « flirts poussés» : des attouchements sexuels, pour commencer, puis la masturbation du petit ami si celui-ci leur plaisait un peu, ou la fellation quand elles voulaient garder un mec qui faisait envie à leurs copines.
Les plus enhardies avaient été jusqu’à tester la sodomie, mais là c’étaient les garçons qui n’avaient pas été à la hauteur.
Et quand se profilait celui qui pouvait à la fois plaire à leurs familles et faire crever de jalousie leurs meilleures amies, en quelque sorte le fiancé idéal, elles faisaient marche arrière toute: elles se montraient ardentes et maladroites dans les premiers baisers, et affichaient un air surpris et bouleversé quand les prétendants avaient l’audace de glisser les mains sous leurs robes.
Après la célébration des fiançailles, elles ôtaient d’un air timide la jolie bague sertie de diamants qui risquerait de blesser le gland de leur promis quand elles le masturbaient. Et une fois les faire-part de mariage imprimés et postés, se sentant en totale sécurité, elles entraînaient leurs chéris vers le premier rapport complet et l’extase tant attendue.
Parmi celles qui avaient transgressé les règles et perdu leur virginité, quelques-unes s’inscrivirent dans des clubs d’équitation, fortes des témoignages de championnes de saut d’obstacles qui avaient confié avoir déchiré leur hymen en franchissant des triples haies. Elles auraient une explication à fournir en cas de litige.
On les voyait rarement sur les terrains, mais, le dimanche, elles allaient faire le marché en tenue de cavalière.
Pour les grands frères de Mathilde, il y avait deux sortes de filles, et ce classement avait été établi par l’autorité parentale, celles qu’on respecte, et celles qu’on peut ne pas respecter : les domestiques, les Anglaises, les Suédoises, les filles rencontrées sur les plages en vacances ou dans les boîtes de nuit et, dans certains cas, les femmes mariées.
Jérôme et Étienne avaient établi leur domination sur la petite dernière.
Fille et benjamine, ils ne lui laissaient aucune chance, trop jeune pour les suivre dans leurs jeux et leurs expéditions, et trop proche d’eux pour qu’ils n’aient pas d’instinct posé un droit de regard sur tout ce qu’elle faisait, ou voulait entreprendre.
Mathilde subit sans s’insurger cette situation, et elle en tira un grand profit, par l’observation de ses frères, de la prime adolescence à la jeunesse: elle apprit l’orgueil des hommes, leur vanité parfois, les limites de leur courage, leur manque de confiance, souvent déguisé sous une autorité maladroite, leur gentillesse aussi, refoulée pour qu’on ne les croie pas faibles.
Elle avait compté sur la complicité et la solidarité de sa mère, Colette, pour tenir tête aux hommes de leur famille.
Elle s’attendait toujours, lorsqu’elle déposait un baiser sur la joue de celle-ci, le matin au lever, et au moment d’aller se coucher, à un signe, ou un geste, qui aurait trahi la simple bienséance de leurs rapports, et qui les aurait subitement rapprochées.
Ça n’arriva jamais. Mathilde se demandait si cette froideur, et cette distance maintenue avec ostentation, n’avaient pas pour origine leur dissemblance.
Personne, en les croisant le dimanche à la sortie de la messe, n’aurait pu affirmer qu’elles étaient mère et fille.
Colette avait un joli minois, des traits fins, tout à fait le genre de visage que les photographes exposaient dans un cadre de couleur argentée, bien au milieu de leur vitrine, gage de la qualité de leur clientèle.
Mathilde dépassait sa mère d’une tête, et son allure évoquait spontanément la souplesse et l’aisance des danseuses et des athlètes.
Elle ne faisait rien pour plaire ou être remarquée, et ses vêtements simples et droits lui dessinaient une silhouette androgyne. Mais ceux qui l’observaient décelaient vite, dans ses mouvements, sa poitrine haute et ferme, sa taille fine soulignée par un bassin généreux.
Le professeur de dessin de la classe de première avait insisté pour faire son portrait, en lui disant : « Vous avez cette distinction particulière des hommes trop beaux, aux traits symétriques, et pourtant votre féminité est incontestable. Vous auriez dû vivre dans la Grèce antique, ils vous auraient couronnée. »
Dans le petit monde qui gravitait autour de leur famille, il y avait, pour Mathilde, une bonne dizaine de maris possibles, parmi les amis de Jérôme ou les copains d’Étienne.
L’adolescente représentait, au sein de la moyenne bourgeoisie du Nord, un bon parti, en considération de la petite fortune conquise par son père dans l’industrie textile.
La réussite de Lucien Maupertuis tenait en un mot, le batik. Les enfants, auxquels on demandait souvent quelle était la profession de leur père, avaient appris par cœur cette définition : le batik est une technique d’impression des étoffes, originaire de l’île de Java, qui permet de décorer les tissus à l’aide de cire et de teinture. »

Extrait
« Rien n’était laissé de côté : son parcours programmé comme mineur de fond, le virage obligé vers un autre métier, l’engagement à la Société nationale comme cheminot, le rêve du train à grande vitesse, brisé par la minuscule perte d’acuité visuelle, l’entrée au ressources humaines, et s’ensuivait le récit exhaustif des postes successifs qu’il avait occupés. Un grand nombre de photographies illustrait le texte : le petit Tchitchenko avec son père et sa mère, devant leur maisonnette des corons, un dimanche à la foire de Bully-les-Mines, les premières vacances au Tréport, dans la baie de Somme, une photo de classe au lycée de Lens, une partie de football sur le terrain de sport… »

À propos de l’auteur
Régis Wargnier est cinéaste. Il a notamment réalisé Indochine (1991), avec Catherine Deneuve, qui a obtenu succès mondial, remportant un Oscar et cinq Césars. Les Prix d’excellence est son premier roman. (Source : Éditions Grasset)

Page Wikipédia de l’auteur 

Commandez le livre en ligne sur Amazon (il suffit de cliquer sur la couverture)

Mes livres sur Babelio.com


Focus Littérature

Badge Lecteur professionnel
Badge Critiques à la Une

Tags:
#lesprixdexcellence #regiswargnier #editionsgrasset #hcdahlem #rl2018 #roman #rentreelitteraire #rentree2018 #unLivreunePage. #livre #lecture #books #littérature #primoroman #lire #lectrices #lecteurs #premierroman #VendrediLecture #NetgalleyFrance

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s