L’été en poche (02): Pactum salis

BOURDEAUT_Pactum-salis_P

En 2 mots:
Après le succès phénoménal de En attendant Bojangles, on attendait Olivier Bourdeaut. En racontant la rencontre improbable entre un paludier et un agent immobilier, rencontre qui va provoquer des étincelles et remettre en cause leurs certitudes, il gagne le pari du second roman. N’hésitez pas à prendre le pas de ces deux durs à cuire dont l’existence va être bouleversée.

Ma note:
★★★★(j’ai adoré)
 
Si vous voulez en savoir plus…
Ma chronique complète publiée lors de la parution du roman en grand format

Les premières lignes
« Au dix-septième jour, l’action mêlée d’un ciel vierge de nuage et d’un vent d’est, chaud, constant, puissant, remplissait méthodiquement l’angle des œillets. Bientôt ceux-ci seraient entièrement pleins, recouverts d’une pellicule cristallisée rose, légèrement rose. Déjà, bousculée par le vent, la poussière grise des ladures commençait, par traînées arquées, à souiller les nappes fragiles, cette dentelle naturelle que des siècles d’ouvrages laborieux, patients, forcément patients, avaient façonnée, afin que ce jour-là, au dix-septième, tout se passe comme c’était en train de se passer.
Alentour, une euphorie consciencieuse doublée d’un sentiment d’urgence animait les marais de Batz-sur-Mer.
Dix-sept jours venteux, ensoleillés, bouillants et secs, avaient usé et brûlé les corps, réjoui les esprits. Après un mois de juin gris, pluvieux, un mois de juillet capricieux et désespérant, août offrait à ces marais ce pour quoi ils avaient été faits. S’activant autour des miroirs d’eau, cette galerie des glaces horizontale, paludiers et saisonniers alternent leur cueillette, faite de gestes amples et précis, avec une course trortée et périlleuse pour mener leur brouette le long de ces minces couloirs de vase sèche et gercée. Si certains rêveurs inconscients s’autorisent un coup d’oeil pour observer les essaims d’oiseaux survolant les plans d’eau ou leurs reflets glacés dans les étiers, les autres savent bien qu’au dix-septième jour une deuxième récolte est possible, probable. Ils ne regardent ni les oiseaux, ni leurs voisins, ils avaient eu juillet et juin pour cela. Ils auraient le reste de l’année pour lever la tête.
Au dix-septième jour, une parcelle de vingt-quatre œillets ne faisait l’objet d’aucune attention. Au bout de l’impasse du marais au Roy, les marais qu’un talus pelé séparait du traict du Croisic avaient fait leur part de travail et attendaient que l’Homme honore la sienne. Mais l’Homme ne venait pas et le blanc rosi se couvrait de gris, le trésor s’encrassait. Au loin, les cloches du Croisic annonçaient dixbuit heures, six tintements lourds, chutant du clocher, roulant comme une escouade du temps qui presse sur le miel, cette langue sableuse désertée chaque jour par l’océan pour devenir une prairie d’algues lézardée de filets d’eau argentés, de monticules de sable humides et scintillants par endroits, secs et dorés pour les plus élevés. »

L’avis de… Christine Ferniot (Média)
« On retrouve la jolie plume d’Olivier Bourdeaut dans ce livre, déjà aperçue dans son premier roman et toujours ses personnages atypiques, particulièrement travaillés. Son livre touchant et burlesque à la fois nous procure un véritable plaisir de lecture. Olivier Bourdeaut passe donc haut la main le test de la confirmation. »

Vidéo

Pactum Salis, le roman de la confirmation pour Olivier Bourdeaut © Grand Soir 3

Tags:
#pactumsalis #olivierbourdeaut #editionsfinitude #hcdahlem #roman #unLivreunePage. #livre#lecture#books#littérature #lire #lectrices #lecteurs #étéenpochedesblogueurs #livredepoche #foliogallimard #MardiConseil

Publicités