L’été en poche (12): Je dirai malgré tout que cette vie fut belle

DORMESSON_je-dirai-malgre-tout-que-cette-vie-fut-belle_P

En 2 mots:
Extrait d’un entretien avec Pauline Sommelet pour «point de vue»
«Je dirai malgré tout que cette vie fut belle, 500 pages en forme de confession à la fois lucide et humoristique.»

Ma note:
★★★★ (j’ai adoré)

Les premières lignes
« PERSONNAGES
MOI : Magistrat intègre, sévère, bienveillant, ironique.
Dans les milieux intellectuels et à la mode, souvent surnommé Sur-Moi avec une ombre de dérision en raison de ses hautes fonctions et de l’idée qu’il s’en fait.
MOI : C’est moi. Plaisirs, travail, ambitions, foutaises et Cie.
ENTRE AUTRES : politiques, artistes, écrivains, journalistes, femmes du monde, putains, fonctionnaires nationaux ou internationaux, chauffeurs, médecins, banquiers, éditeurs, marins, mannequins, facteurs, soldats, chômeurs, hôtesses de l’air, escrocs, génies, etc.
(Le cumul est autorisé.)

DÉCOR
Le décor est le monde.
Avec ses mers, ses fleuves, ses montagnes, ses forêts, ses palais, ses châteaux, ses jardins, ses vieilles pierres, ses églises et ses temples, ses synagogues et ses mosquées, ses échangeurs et ses ponts, avec ses lois partout les mêmes et avec ses visages innombrables et toujours différents dans l’espace et dans le temps, il fait peur et il est beau.“

ACCUSÉ, LEVEZ-VOUS !

MOI : Accusé, levez-vous !
MOI : Même assis, je ne tiens pas debout.
MOI : Alors, restez assis.
MOI : Merci.
MOI : Mais ne vous vautrez pas.
MOI : Je tâcherai de me tenir aussi droit que possible.
MOI : N’en faites pas trop.
MOI : Juste ce qu’il faut.
MOI : Vous savez pourquoi vous êtes là ?
MOI : Aucune idée.
MOI : Aucune idée, vraiment ?
MOI : Vraiment.
MOI : Pas la moindre ?
MOI : Pas la moindre. Je suis là, c’est tout.
MOI : Pas d’inquiétude ? Pas de soupçons ?
MOI : Mon Dieu…
MOI : Vous êtes né…
MOI : Oui.
MOI : Vous voyez bien !
MOI : Ah ! évidemment…
MOI : Quand ?
MOI : Mes parents m’ont souvent assuré que j’étais né le 16 juin 1925, quelques jours avant l’été, entre la fin de la Première Guerre mondiale et la grande crise tout aussi mondiale. Mais, franchement, je n’en sais rien. Ce n’est pas beaucoup plus qu’une rumeur qui court, appuyée, je crois, sur des liasses de papiers qui se répètent les uns les autres. Sans aucune garantie. Mon identité me paraît souvent très floue et plus proche d’une fiction juridique que d’une évidence scientifique.
MOI : Où ?
MOI : J’ai longtemps essayé de faire croire que j’étais né dans l’Orient-Express ou à Rumeli Hisar, sur la côte européenne de la Turquie. C’est-à-dire nulle part. Ou partout. Citoyen du monde. Cosmopolite. Je crois, en vérité, être né à Paris, rue de Grenelle, dans le 7e arrondissement. Il faut bien s’accrocher quelque part. Je suis français. Et fier de l’être. Mais, à quelques semaines à peine, je me mets à voyager. Je pars pour la Bavière. Je parle allemand avant de parler français. Et si je chantonne quelque chose autour de mes quatre ou cinq ans, ce n’est pas :
Ainsi font, font, font
Les petites marionnettes…
mais :
Hänschen klein
Ging allein
In die weite Welt hinein…
MOI : Nom et prénom ?
MOI : Jean, Bruno, Wladimir, François de Paule Lefèvre d’Ormesson.
MOI : Jean, passe encore. Le Baptiste ou l’Évangéliste ?
MOI : Le bien-aimé. L’Évangéliste.
MOI : Mais pourquoi Bruno, pourquoi Wladimir et pourquoi François de Paule ?
MOI : Bruno était un prénom courant dans la famille de ma mère. Wladimir était le prénom du frère cadet de mon père. Mon père s’appelait André. Mon oncle Wladimir est né en Russie où mon grand-père était en poste. Et nous descendons tous d’une sœur de saint François de Paule. Tous les Ormesson depuis quatre ou cinq siècles s’appellent François ou Françoise de Paule.
MOI (consultant ses notes) : D’après plusieurs témoignages, vous auriez droit à un titre ?
MOI : J’appartiens à une famille, probablement d’artisans, qui acquiert un semblant de notoriété au XVIe siècle. Parmi d’innombrables greffiers, notaires, juristes, intendants qui formeront la caste modeste et orgueilleuse des parlementaires, elle se met, avec un esprit d’indépendance, au service du roi. L’histoire commence à la fin du XIVe siècle, du côté d’Enghien, avec un Pierre Lefèvre. Elle se poursuit avec Olivier Ier, conseiller de Michel de l’Hospital et président de la Chambre des comptes. Charles IX veut le mettre à la tête de ses finances, mais Olivier d’Ormesson refuse la charge.
— J’ai mauvaise opinion de mes affaires, aurait dit le roi, puisque les honnêtes gens ne veulent point s’en mêler. »

L’avis de… Florent Georgesco (Le Monde)
«Les derniers livres de Jean d’Ormesson ont été, avec les invitations sur les plateaux de télévision, où il brillait et avait su se rendre populaire, sa tournée d’adieu. Qu’ai-je donc fait (Robert Laffont, 2008), C’est une chose étrange à la fin que le monde (Robert Laffont, 2010), Un jour je m’en irai sans avoir tout dit (Robert Laffont, 2010): les titres de cette série de livres forment à eux seuls la litanie de cette sorte de cérémonie du souvenir par anticipation. Je dirai malgré tout que cette vie fut belle, sans doute le plus émouvant d’entre eux, est, davantage qu’un bilan, un acte de gratitude pour les œuvres et les personnes qui ont marqué cette si longue vie, que le goût du bonheur, fût-il lucide et sans illusion, aura traversée de part en part.»

Vidéo
Rencontre avec Jean d’Ormesson au Grand théâtre de Bordeaux à propos de son roman Je dirai malgré tout que cette vie fut belle © Production Librairie Mollat

Tags: #étéenpochedesblogueurs #livredepoche #editionspocket #Babel #lelivredepoche #minuitpoche #foliogallimard #rivagespoche #pointsseuil
#lundiLecture #MardiConseil #VendrediLecture

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s