L’été en poche (22): Ma Reine

G01164_Ma_reine.indd

En 2 mots:
Le petit garçon de la station-service de la Vallée de l’Asse ne veut pas aller en pension. Aussi décide-t-il de partir pour la guerre. Une fugue qui va lui apprendre un tas de choses, y compris sur lui-même. Un premier roman délicat et tendre qui explore le monde avec les yeux d’un garçon. Tout ceux qui ont gardé quelque chose de l’enfance en eux vont adorer!

Ma note:
★★★★
(j’ai adoré)

Si vous voulez en savoir plus…
Ma chronique complète publiée lors de la parution du roman en grand format

Les premières lignes
« Je tombais, je tombais et j’avais oublié pourquoi. C’était comme si j’étais toujours tombé. Des étoiles passaient au-dessus de ma tête, sous mes pieds, autour de moi, je moulinais pour m’y raccrocher mais je n’attrapais que du vide. Je tourbillonnais dans un grand souffle d’air mouillé.
Je brûlais de vitesse, le vent hurlait entre mes doigts, j’ai repensé à l’époque où on courait le cent mètres à l’école, les seules fois où les autres ne se moquaient jamais de moi. Avec mes grandes jambes, je les battais tous. Sauf que là, mes jambes ne servaient à rien. Elles tombaient elles aussi comme des imbéciles.
Quelqu’un a crié, loin. Il fallait que je me rappelle pourquoi j’étais là, c’était forcément important. On ne tombe pas comme ça sans une bonne raison. J’ai regardé derrière moi, mais derrière ça ne voulait plus rien dire. Tout changeait tout le temps, tellement vite que j’avais envie de pleurer.
À coup sûr, j’avais fait une énorme bêtise. J’allais me faire gronder ou pire, même si je ne voyais pas ce qu’il y avait de pire que d’être grondé. Je me suis roulé en boule comme quand Macret me tabassait, c’était un truc connu[…] »

L’avis de… Olivier Mony (Livres Hebdo)
« Andrea choisit une narration intérieure, celle d’un grand enfant, Shell, un gosse différent dans un monde guetté par l’indifférence. Il règne sur cette parution un parfum qui n’est pas sans rappeler celui qui précédait la publication du Bojangles d’Olivier Bourdeaut, avec lequel il partage une identique fantaisie plus noire qu’il n’y paraît. »

Vidéo


Jean-Baptiste Andrea présente «Ma reine» © Production Librairie Mollat

Tags:
#mareine #jeanbaptisteandrea #editionsliconoclaste #68premieresfois #roman #unLivreunePage. #livre #lecture #books #étéenpochedesblogueurs #livredepoche #foliogallimard #lundiLecture

Publicités