Crève-l’Amour

LANOVA_creve_lamour

Crève-l’Amour

Asa Lanova
Roman
Edition originale: L’Acropole
Réédité en 2006: Editions CamPoche (Bernard Campiche)
ISBN: 2882411677

Ce qu’en dit l’éditeur

Sorti en 1984, Crève-l’Amour, d’Asa Lanova, ressort en poche chez Campiche. On ne saurait trop vous conseiller de vite (re)découvrir l’itinéraire autobiographique d’Asa Lanova, adolescente et jeune femme suivie de près par la dépression qui décrit l’univers de la danse classique, l’éveil d’une femme, la vie de bohème et les grandes espérances d’une jeune artiste, de merveilles en désarroi. Une vibrante confession.

 Ce que j’en pense

****

Voilà un roman exutoire, un de ceux dont on sent sous la plume la nécessité d’exprimer les choses, de les rejeter même, de peur qu’elles ne vous étouffent. Il n’est plus nécessaire alors de faire la part d’autobiographie tant les lignes jaillissent de la vie et de ses épreuves. Comment raconter une enfance au bord du Léman faite de peines et d’angoisses plus que de bonheurs à la découverte de la vie et de son corps? comment parler de ses débuts de danseuse, de sa carrière et de ses coulisses? Comment dire les errements et les interrogations face à la mort et au rejet, à l’abandon? Comment? Avec une grâce indicible. Dire que l’on ressent le tourment du Crève-l’amour serait bien faible: on le partage. Asa Lanova ne s’est pas contentée de jeter ses souvenirs sur le papier, elle en a fait un exercice sans cesse recommencé. Travaillant sur son manuscrit comme la danseuse de ballet devant sa barre, elle a recommencé le mouvement et cherché l’harmonie, l’osmose entre l’écriture et les sentiments. Ce roman est une victoire sur le mal, l’oubli, la rémission et l’asphyxie.

Autres critiques

Postface à l’édition de poche et critiques

Citations

«Je sais maintenant que la panique qui, parfois, fait glisser le stylo de la main, que les sueurs putrides, la saignée à blanc, ne me lâcheront jamais complètement. Que je continuerais de voguer de rechute en rémission. Mais les mots me tendent leur renaissance, et cette grâce-ci, je ne la laisserai me fuir sous aucun prétexte».

A propos de l’auteur
Née à Lausanne, elle se passionne très jeune pour la danse classique. Elle deviendra rapidementa danseuse-étoile et travaillera à Paris sous la direction des maîtres tels que Préobrajenska, Kniaseff, Golovine et Béjart, dont elle sera la partenaire. Après quelques années de scènes, croyant avoir perdu la Grâce qui faisait d’elle une authentique ballerine, elle décide de mettre brutalement fin à sa carrière pour se retirer à la campagne. Cette retraite l’aménera tout d’abord au tissage haute lisse, puis à l’écriture. Outre un roman autobiographique, qui retrace l’itinéraire d’une danseuse-étoile, et son dur chemin vers l’écriture, son oeuvre dépeint avec sensualité les différents parcours de femmes en quête d’identité et de spiritualité. Les jeux de l’amour et de l’érotisme seront, au fil des livres, les composantes essentielles de ceux-ci. Après avoir passé plusieurs années à Alexandrie, elle vit aujourd’hui dans son pays natal.
Site Wikipédia de l’auteur

Acheter ce livre sur
Amazon

Publicités

L’Usage du Monde

BOUVIER_lusage_du_monde

L’Usage du Monde

Nicolas Bouvier
Edition originale: Payot, Petite Bibliothèque Voyageurs, 1963.
Réédité par La Découverte, Paris 2014.
ISBN 2707179019

Ce qu’en dit l’éditeur

À l’été 1953, un jeune homme de 24 ans, fils de bonne famille calviniste, quitte Genève et son université, où il suit des cours de sanscrit et d’histoire médiévale puis de droit, à bord se sa Fiat Topolino. Nicolas Bouvier a déjà effectué de courts voyages ou des séjours plus long en Bourgogne, en Finlande, en Algérie, en Espagne, puis en Yougoslavie, via l’Italie et la Grèce. Cette fois, il vise plus loin : la Turquie, l’Iran, Kaboul puis la frontière avec l’Inde. Il est accompagné de son ami, Thierry Vernet, qui documentera l’expédition en dessins et croquis. Ces six mois de voyage à travers l’Anatolie, l’Iran puis l’Afghanistan donneront naissance à l’un des grands chefs-d’œuvre de la littérature dite « de voyage », L’Usage du monde, qui ne sera publié que dix ans plus tard – et à compte d’auteur – aux éditions Droz, avant d’être repris par René Julliard en 1964. Après avoir connu un formidable succès, le livre était resté longtemps indisponible, avant de reparaître aux éditions La Découverte en 1985. Art de l’observation et du croquis, profond intérêt et curiosité insatiable pour les autres peuples, le voyageur n’est jamais en postition dominante, mais d’accueil, d’une ville à l’autre, passant par des villages qui, à l’époque, connaissaient encore le luxe de ne pas apparaître sur les cartes, comme ballotté au gré des éléments et des événements : « Fainéanter dans un monde neuf est la plus absorbante des occupations », écrit-il dès les premiers jours du périple. Mais ce profond humanisme n’est pas pour autant un dilettantisme ; par son écriture serrée, toujours très retenue, d’une grande précision, économe de ses effets et ne jouant pas « à la littérature », il a réussi à atteindre ce à quoi peu d’écrivains autoproclamés sont parvenus : un pur récit de voyage, dans la grande tradition de la découverte et de l’émerveillement, en même temps qu’une réflexion éthique et morale sur une manière d’être au monde parmi ses contemporains, sous toutes les latitudes.

Ce que j’en pense

*****
La longue marche de l’auteur ne s’est pas déroulée en Chine, mais d’Europe en Orient. De Yougoslavie au Pakistan en traversant la Grèce, la Turquie, l’Iran et l’Afghanistan, il a mis 18 mois, de juin 1953 à décembre 1954. Et si ce périple a depuis inspiré beaucoup de routards, il ne ressemble en rien à un guide. Ou plutôt si, c’est le guide des guides, celui qui donne la philosophie du voyage exprimée dès l’avant-propos : Un voyage se passe de motifs. Il ne tarde pas à prouver qu’il se suffit à lui même. On croit qu’on va faire un voyage, mais bientôt c’est le voyage qui vous fait, ou vous défait. En prenant le pas du marcheur, on voit d’abord le monde avec des yeux différents, on sent les choses, on entend les bruits. On est obligé d’être curieux et cette curiosité vous permet d’apprendre des milliers de choses, même quand vous ne comprenez pas la langue des autochtones. Lisez ou relisez ce livre, vous y découvrirez notamment des clés pour comprendre l’évolution géopolitique de ces pays. Plus de soixante ans après, c’est très étonnant.

Lien Wikipedia de l’ouvrage

Autres critiques
Babelio

A propos de l’auteur
Né le 6 mars 1929 au Grand Lancy/GE, Nicolas Bouvier a décroché une licence en Droit suivie d’une licence en Lettres à l’université de Genève avant de parcourir le monde et de faire du voyage toute sa vie, même si officiellement sa profession est iconographe et journaliste indépendant. Avec L’Usage du Monde, il publie le livre culte du bourlingueur qui ne veut pas bourlinguer idiot. Tantôt présenté comme journal, tantôt comme récit de voyage, il préfère dire qu’il écrit des feuilles de route, comme le faisaient les bonzes itinérants japonais et les moines chinois. Après Japon (1967) et Chronique japonaise (1975), il écrira un livre sur 25 ans de télévision romande, puis Le Poisson-scorpion (1981) qui retrace un voyage à Ceylan et sera couronné par le Prix Schiller. L’année suivante, il fera paraître un recueil de poèmes, Le dehors et le dedans. Avant de publier Le Journal d’Aran et d’autres lieux (1990), il avait fait le portrait d’une dynastie de photographes : Les Boissonas (1983). Nicolas Bouvier est mort le le 17 février 1998. Il est inhumé à Cologny près de Genève.

Acheter ce livre sur
Amazon