Ressentiments distingués

CARLIER_Ressentiments_distingues

En deux mots
Un corbeau jette son dévolu sur les habitants d’une petite île. Une lettre anonyme après l’autre sème l’émoi dans la population et entraîne une enquête mêlée de suspicion généralisée et de révélations gênantes. Fini la quiétude, bonjour l’angoisse!

Ma note
etoileetoileetoile (beaucoup aimé)

Ressentiments distingués
Christophe Carlier
Éditions Phébus
Roman
176 p., 16 €
EAN : 9782752910837
Paru en janvier 2017
Sélectionné pour le Prix Charles Exbrayat 2017 et pour le Prix Orange du livre 2017

Où?
Le roman se déroule sur une île qui n’est pas précisément située.

Quand?
L’action se situe de nos jours.

Ce qu’en dit l’éditeur
Sur l’île, le facteur ne distribue plus de lettres d’amour. Mais des missives anonymes et malveillantes qui salissent les boîtes aux lettres.
Un corbeau avive les susceptibilités, fait grincer les armoires où l’on cache les secrets. Serait-ce Tommy, le benêt ? Irène, la solitaire ? Ou bien Adèle qui goûte tant les querelles ? Ou encore Émilie, Marie-Lucie ou Félicien ? Bien vite, les soupçons alimentent toutes les conversations. Et l’inquiétude s’accroît. Jusqu’où ira cet oiseau maléfique ?
Avec L’assassin à la pomme verte, Christophe Carlier avait séduit les amateurs de polars sophistiqués. Il nous offre ici une réjouissante histoire de rancœurs, pleine de sel et vent.

Ce que j’en pense
Après L’assassin à la pomme verte, revoici Christophe Carlier dans lancé dans une nouvelle intrigue qui met cette fois aux prises les habitants d’une petite île et un corbeau qui a décidé de troubler leur quotidien à coup de lettres anonymes. Si la première missive choque, elle est pourtant prise pour une mauvaise plaisanterie.
Mais au fil des jours et avec l’arrivée d’autres courriers énigmatiques, c’est tout le microcosme qui s’excite. Au bar de La Marine, on laisse tomber les avis de tempête et les niveaux de marée pour cette affaire autrement plus sérieuse : « L’existence d’un corbeau était un fruit autrement plus savoureux. On mordit dedans avec appétit. »
Gabriel, Valérie, René et les autres vont très vite devenir des obsédés du scénario noir, des hypothèses de plus en plus tordues, de conjectures dans lesquelles ils vont se perdre. Car si sur le continent, à force d’avancer, on aboutit parfois, sur une île on ne peut guère que tourner en rond : « On s’envoie des cartes par désœuvrement, par lassitude, pour débusquer l’inavouable. Chacun songe aux secrets de familles, aux liaisons douces et maudites, aux penchants inavoués, que le temps finit parfois par mettre au jour. »
L’auteur sait, chapitre après chapitre, comment faire monter la tension, emmener le lecteur sur des chemins de traverse et distiller de petits indices. Il a aussi l’art d’accommoder son scénario de quelques trouvailles assez savoureuses, à l’image de cette initiative d’Émilie qui choisit la technique du contre-feu. Face au vilain corbeau, elle décide «de devenir la bonne corneille. Vous verrez que dans quelques temps, on parlera beaucoup plus de moi que de lui.» Ou encore cette lettre de vœux somme toute banale, mais qui sème toutefois la peur, car elle est signée: «Il s’agissait de Carole, une jeune femme qui était née sur l’île, qui y avait grandi et qui s’était noyée deux ans plus tôt. »
Le ton devient du coup plus dramatique. Un enquêteur est dépêché sur place pour faire la lumière sur cette sombre histoire. À La Marine, les visages s’allongent, les mines se crispent. « Depuis que la première carte a été envoyée, l’île a changé. Les falaises se sont acérées, les flots sont plus violents, le vent se plaint, la nuit, avec des sanglots humains. »
Jusqu’au dénouement, on suivra cette métamorphose avec attention. Si les amateurs d’enquête policière et d’énigmes savamment construites resteront sur leur faim, il en ira bien différemment de ceux qui aiment sonder la psychologie des personnages. La semeuse de scrupules, la tourmenteuse de consciences, la moraliste perverse enveloppe toute l’île… « Son manteau s’étend d’une falaise à l’autre, fluide, cape d’encre aux noirs replis. »
Une belle réussite !

Autres critiques
Babelio 
Traversées (Nadine Doyen)
Page des libraires (Charlyne Drouhard)
Blog motspourmots.fr (Nicole Grundlinger)
Blog Domi C Lire 
Blog Encres Vagabondes (Brigitte Aubonnet)
Blog Lire au lit
Blog Bob Polar express 
Blog Booquin 


Présentation du livre par l’auteur – Production Librairie Mollat

Les premières pages du livre

Extrait
« La première enveloppe arriva le 13 octobre, qui ne tombait pas un vendredi. Elle ne constitua un événement que pour Théodore, qui vivait seul et ne recevait jamais de courrier. Imaginant qu’elle contenait une bonne nouvelle, il l’ouvrit avec curiosité et en tira une carte postale au dos de laquelle figuraient deux phrases.
Les ayant parcourues, il déchira ce courrier malencontreux, de sorte qu’aucun de ses proches n’en soupçonna l’existence. On ne parle pas de ce genre d’envoi. Interrogé, Théodore aurait nié l’avoir reçu, mais il passa des heures à se demander qui en était l’auteur. »

A propos de l’auteur
Christophe Carlier a reçu, entre autres, pour L’Assassin à la pomme verte le prix du premier roman 2012. Il a publié en 2013 un livre sur les dessins de Sempé, en forme d’hommage (Happé par Sempé, Serge Safran éditeur). Son second roman, L’Euphorie des places de marché (Serge Safran éditeur), est paru en 2014. Après avoir travaillé dix ans à l’Académie française, il a consacré un livre aux lettres que les candidats ont adressées à l’institution pendant plus de quatre siècles (Lettres à l’Académie française, Les Arènes, 2010). (Source : Éditions Phébus)

Commandez le livre en ligne sur Amazon (il suffit de cliquer sur la couverture)
//ws-eu.amazon-adsystem.com/widgets/q?ServiceVersion=20070822&OneJS=1&Operation=GetAdHtml&MarketPlace=FR&source=ac&ref=qf_sp_asin_til&ad_type=product_link&tracking_id=macolledelivr-21&marketplace=amazon&region=FR&placement=2752910835&asins=2752910835&linkId=link_id&show_border=showServedBorder&link_opens_in_new_window=openInNewWindow&price_color=servedPriceColor&title_color=servedTitleColor&bg_color=servedBGColor

Mes livres sur Babelio.com


Focus Littérature

Tags:
#christophecarlier #ressentimentsdistingues #editionsphebus #phebus #RL2017 #roman #rentreelitteraire #thriller #unLivreunePage. #livre #lecture #books

Publicités

Votre commande a bien été expédiée

PEYREBONNE_Votre_commande_a_bien_ete_expediee

En deux mots
L’histoire d’une improbable rencontre entre Eugène, un acheteur frustré et, Lucia, une responsable d’un service clientèle va déboucher sur une réflexion sociale et écologique.

Ma note
etoileetoileetoile(beaucoup aimé)

Votre commande a bien été expédiée
Nathalie Peyrebonne
Éditions Albin Michel
Roman
224 p., 16 €
EAN : 9782226398970
Paru en juin 2017

Où?
Le roman se déroule en France, principalement au Pays Basque, à Saint-Jean-de-Luz et environs ainsi que dans le Nord de la France, à Boulogne-sur-Mer et Wissant. Un voyage au Guatemala y est également évoqué, ainsi que des phénomènes étranges constatés sur l’île de Märket, entre la Finlande et la Suède, en Californie, à Bombay, en Biélorussie et au Japon.

Quand?
L’action se situe de nos jours, avec un point de départ situé le 6 janvier 2014.

Ce qu’en dit l’éditeur
Commander une cocotte en fonte rouge sur Internet, l’attendre, adresser une réclamation au service clientèle en regardant d’un œil Senior Story, la nouvelle et déroutante émission de téléréalité, lire, s’inventer une existence, inviter Lucia au Pays basque pour fêter l’arrivée de la cocotte : ainsi va, paisiblement, la vie d’Eugène.
Puis surviennent les premiers incidents. Et le monde entier semble pris de hoquet.
Jubilatoire, inattendu, mordant, le roman de Nathalie Peyrebonne est un conte de fée où les héros prennent leurs désirs pour des réalités.

Ce que j’en pense
Une bonne poignée d’embarras du quotidien, une grosse pincée d’humour, un soupçon de fantastique et une dose de hasard forment les ingrédients de ce délicieux roman concocté dans une cocotte en fonte rouge.
Car c’est cet ustensile de cuisine qui va servir d’objet transactionnel et permettre la rencontre – très improbable – d’Eugène et de Lucia. Commandé en ligne et dûment payé, l’objet n’arrive pas du côté du Pays Basque. Aussi Eugène décide-t-il de s’adresser au service des consommateurs afin d’éclaircir la situation.
Après de premiers échanges dans un jargon administratif décourageant et des positions aussi tranchées qu’opposées «votre commande a bien été expédiée» contre «La cocotte ne m’est toujours pas parvenue», les deux parties vont finir par trouver un terrain d’entente. Du coup Eugène s’enhardit et, tout en remerciant son interlocutrice, va inviter cette dernière à goûter la cuisine mijotée dans la belle cocotte.
Lucia, qui va bien finir par avouer son prénom, va aller au-delà des espérances d’Eugène en décidant un beau jour de quitter le Nord de la France pour rejoindre cet aimable client.
Il faut dire que l’un comme l’autre ne mènent pas vraiment une vie exaltante, mais pourraient fort bien adopter le slogan de la nouvelle émission de télé-réalité qui fait grimper l’audimat et rassemble des vieux «remuants, bavards, rigolards, galvanisés» : «Senior Story: et la vie reprend de plus belle» !
Si Eugène vit seul, Lucia a des enfants qu’elle confie à son frère Kamel le temps de son escapade. Partie la fleur au fusil, elle va trouver un hôte attentionné. Dans sa cuisine où la cocotte ronronne doucement sur le feu elle se sent exister « il ya de l’air dans ses poumons, du sang dans ses veines, des émotions dans son cœur, son corps est plein de tout ce qui y circule, il est délicieusement lourd, le poids de l’évidence. »
Alors que l’on prend gentiment le chemin d’une délicate romance, Nathalie Peyrebonne choisit de faire basculer son roman dans une dimension beaucoup plus grave. Eugène et Lucia sont témoins d’événements aussi étranges que déstabilisants. Il semble bien que le monde commence à se dérégler. Au bistrot les conversations vont bon train: « Moi, je crois que le monde, on l’a peut-être usé, épuisé. Rien n’est éternel, les gars, il faut bien qu’un jour ou l’autre tout cela s’arrête. » Alors que la psychose s’installe, Eugène accueille Kamel, Adèle et Oscar qui, comme beaucoup d’habitants ont choisi de trouver refuge du côté du Pays Basque. Mais là aussi, les déraillements vont se poursuivre…
Voici l’heure des remises en cause, du questionnement sur l’écologie et sur les migrants, quand brusquement «l’exil redistribue les cartes».
Je vous laisse découvrir si la fin du monde approche où s’il y a encore une porte de sortie. Mais, vous l’aurez compris, ce roman habilement construit est bien davantage que l’histoire d’une rencontre improbable. Sans jamais avoir l’air d’y toucher, il nous appelle à la vigilance.

Autres critiques
Babelio
Blog Chickon
Blog Dans la bulle de Manou 
Blog Le livre-vie 

Les premières pages du livre

Extrait
« – Je vais vous dire, moi, tonne un cinquantenaire à l’allure négligée, le monde, depuis le temps qu’on s’en fiche, pas étonnant qu’il en ai marre, il se rebiffe, vous voyez, il en a sa claque, plein le dos, qu’on aille d’un côté ou de l’autre, qu’on s’arrête plus, qu’on regarde plus, qu’on écoute plus, qu’on saccage tout, alors il s’éteint, voilà, fallait faire attention. »

A propos de l’auteur
Nathalie Peyrebonne est professeure de littérature espagnole à l’université, traductrice et journaliste littéraire (Délibéré, Le Canard enchainé). Elle a déjà publié Rêve Général en 2013 et La silhouette, c’est peu en 2015. (Source : Éditions Albin Michel)

Commandez le livre en ligne sur Amazon (il suffit de cliquer sur la couverture)
//ws-eu.amazon-adsystem.com/widgets/q?ServiceVersion=20070822&OneJS=1&Operation=GetAdHtml&MarketPlace=FR&source=ac&ref=qf_sp_asin_til&ad_type=product_link&tracking_id=macolledelivr-21&marketplace=amazon&region=FR&placement=222639897X&asins=222639897X&linkId=67b07228403c0502029eb76fd75dc172&show_border=true&link_opens_in_new_window=false&price_color=333333&title_color=0066c0&bg_color=ffffff

Mes livres sur Babelio.com


Focus Littérature

Tags :
#votrecommandeabieneteexpediee #nathaliepeyrebonne #editionsalbinmichel #albinmichel #RL2017 #roman #rentreelitteraire #unLivreunePage. #livre #lecture #books