L’été en poche (38)

RAUFAST_La_fractale_des_raviolis_P

La Fractale des Raviolis

En 2 mots
Après avoir découvert son infortune conjugale, une femme décide d’empoisonner son mari. Mais le fils de la voisine s’invite inopinément à l’heure du repas pour goûter le plat de raviolis…

Ma note
etoileetoileetoile (beaucoup aimé)

Si vous voulez en savoir plus…
Ma chronique complète publiée lors de la parution du roman en grand format

Lire un extrait

L’avis de… Bernard Babkine (Marie-France)
« C’est le mathématicien Mandelbrot qui invente le mot « fractale » en 1974 pour designer un objet dont chaque partie ressemble à l’ensemble comme un flocon de neige un chou fleur ou un brocoli. Pas sur que les raviolis entrent dans cette catégorie, même préparés par une femme trompée qui veut en servir à son mari bien assaisonnés et empoisonnés. Pour elle la vengeance est un plat qui se mange chaud. Mais rien ne se passe comme prévu et dans le style très « Marabout bout de ficelle » ce récit gigogne et jubilatoire nous permet de découvrir les étranges vierges de Barhofk un gamin capable de voir les infrarouges ou d’étonnants rats taupes. Bon appétit ! »

Vidéo


Pierre Raufast présente «La fractale des raviolis». © Production Alma éditeur.

La Fractale des Raviolis

RAUFAST_fractale_des_raviolis

La Fractale des Raviolis
Pierre Raufast
Alma
Roman
268 p., 18 €
ISBN: 2362791215
Paru le 21 août 2014

Où?
De Maubeuge à Marseille, en passant par Martigues et de nombreux autres lieux

Quand?

Le roman est situé de nos jours, avec des incursions dans plusieurs périodes historiques, notamment en 1699, quand une épidémie de peste ravage le Sud de la France.

Ce qu’en dit l’éditeur
Il était une fois une épouse bien décidée à empoisonner son mari volage avec des raviolis. Mais, alors que s’approche l’instant fatal, un souvenir interrompt le cours de l’action. Une nouvelle intrigue commence aussitôt et il en sera ainsi tout au long de ces récits gigognes. Tout ébaubi de voir tant de pays, on découvre les aventures extraordinaires d’un jeune garçon solitaire qui, parce qu’il voyait les infrarouges, fut recruté par le gouvernement ; les inventions stratégiques d’un gardien de moutons capable de gagner la guerre d’Irak ; les canailleries d’un détrousseur pendant l’épidémie de peste à Marseille en 1720 ou encore la méthode mise au point par un adolescent sociopathe pour exterminer le fléau des rats-taupes.
Véritable pochette surprise, le premier roman de Pierre Raufast ajoute à la géométrie rigoureusement scientifique, la collision jubilatoire du probable et de l’improbable.

Ce que j’en pense
****

Si vous êtes un lecteur-joueur, alors vous allez adorer ce premier roman. Imaginez que l’on vous donne une bonne douzaine d’histoires qui n’ont à priori rien à voir entre elles et, comme pour le spièces d’un puzzle, votre mission sera de les attacher les uns aux autres pour en faire un ensemble cohérent. Sans oublier qu’avec la dernière pièce posée, vous découvrirez la cohérence de l’ensemble.
C’est ce qui vous attend avec « La Fractale des raviolis ». Après avoir découvert son infortune conjugale, une femme – la narratrice – décide de tuer son mari. Mais comme elle n’a pas envie de moisir en prison, elle élabore un scénario aussi efficace que fatal: l’empoisonnement. Tout semble se dérouler on ne peut mieux, le mari étant ravi de pouvoir déguster le plat de raviolis concocté avec soin par son épouse.
C’est alors que le fameux grain de sable vient enrayer la machine: le fils de la voisine s’invite inopinément à l’heure du repas. Le plat de raviolis a déjà pris la direction de la table… Du coup, la question n’est plus de tuer le mari, mais de sauver le jeune innocent. L’innocence, parlons-en justement. Et voilà comment l’auteur passe d’un sujet à l’autre, non pas du « coq-à-l’âne », mais des moutons aux rats-taupes serait-t-on tenté de dire. Car tout un bestiaire va venir égayer le récit, par exemple les sauterelles que l’on prend un malin plaisir à éliminer de quelque 50 manières différentes.
En dire ici plus sur ce récit-gigogne serait dommage, tant on prend de plaisir à passer de chapitre en chapitre dans un autre univers, voire dans une autre époque sans que jamais cela paraisse incongru.
L’auteur est ingénieur et informaticien. On dira qu’il a parfaitement assimilé le principe de l’hyperlien. Vous savez, c’est ce formidable outil qui vous permet sur internet d’en savoir immédiatement plus sur le « sujet dans le sujet » et qui, de clic en clic, vous entraîne de plus en plus loin de l’endroit où vous vouliez initialement aller. Avec Pierre Raufast, cela se passe de la même manière, sauf que vous avez la garantie de retomber sur vos pieds à la fin du livre. Et connaître le dénouement de cette vengeance machiavélique.

Autres critiques
Babelio
L’Humanité
Cultur’elle (Caroline Doudet)
Page des libraires (Jean-François Delapré)

Citations
« J’aurais dû prendre cette décision beaucoup plus tôt.
Mais tuer son premier amour – fût-il le plus abject des êtres – mérite toujours un temps de réflexion, d’acceptation et de préparation. Ne pas le rater. Ne pas être soupçonnée. Ne pas perdre l’assurance-vie. Il me fallut plusieurs mois pour trouver un plan sûr garantissant ses trois points.
Au début, je me suis cassé la tête sur la question du cadavre. Où cacher le corps? Les solutions fournies par les romans policiers me semblaient trop compliquées.» (p. 19-20)

A propos de l’auteur
Né en 1973 à Marseille, Pierre Raufast a grandi à Martigues. Il a suivi une formation d’ingénieur à l’École des Mines de Nancy. Informaticien, il vit et travaille à Clermont-Ferrand. (Source: Alma Editeur)
Blog personnel

Commandez le livre en ligne
Amazon