Ondes de choc

LIAUTAUD_Ondes_de_choc

En deux mots:
Confronté à un possible scandale, les dirigeants de Telltruth décident de sacrifier leur patron. Le complot est notamment ourdi par son propre fils, ce qui fait croître l’aspect dramatique de ce premier roman un peu inégal.

Ma note
★★★ (beaucoup aimé)

Ondes de choc
Didier Liautaud
Éditions Librinova
Roman
256 pages, 15,90 €
EAN : 9791026210641
Paru en mai 2017

Où?
Le roman se déroule en France, principalement à Paris avec quelques escapades en province.

Quand?
L’action se situe de nos jours.

Ce qu’en dit l’éditeur
Ondes de choc est une quête qui a pour toile de fond le monde des affaires et utilise un scandale comme révélateur des caractères. L’histoire est celle d’un fils qui se bat pour sauver son père et d’un père qui part à la dérive. C’est aussi celle de la journaliste ambitieuse qui suit cette affaire et qui va y trouver plus qu’un sujet. C’est enfin un récit parsemé de caractères, tous tranchés, qui subissent chacun différemment la mécanique implacable du scandale.
Ondes de choc relève de plusieurs influences. L’auteur a cherché à la fois le plaisir de l’intrigue et le commentaire de notre époque. C’est aussi une histoire d’amour et un regard littéraire sur le monde des affaires. C’est enfin une trace de Paris.

Ce que j’en pense
Les livres qui explorent le monde de l’entreprise ne sont pas légion et pourtant le sujet, quand il est bien mené, réserve de nombreux ressorts romanesques. À commencer par l’intrigue qui peut s’appuyer sur la trame des romans d’espionnage, comme c’est le cas ici. Paul Levelsec est à la tête de la société Telltruth, l’un des leaders de la téléphonie, notamment grâce au «micromob», un appareil miniature qui facilite la communication et qui s’est déjà vendu à quelque trois millions d’exemplaires. Tout irait donc pour le mieux s’il n’y avait ces soupçons sur les dommages que causeraient ces appareils sur la santé des utilisateurs. Les ondes sont-elles maléfiques ? Et si oui, comment la société va-t-elle pouvoir encaisser ce choc ?
Mais au moment de préparer l’une de ces fusions-acquisitions qui vont donner au groupe une position de quasi-monopole, il n’est pas question de laisser se développer une campagne de dénigrement. Il faut tenter d’éteindre au plus vite cet incendie qui couve.
Le temps des conciliabules et réunions secrètes est venu. Depuis L’imprécateur de René-Victor Pilhes on sait que l’appât du gain peut conduire à bien des errements, faisant fi des hommes. Au Club L’avenir – le bien nommé – Laurent Sacserre, secrétaire général de Telltruth, retrouve Dieter Obermaier, le numéro deux de l’entreprise et François Levitz. À l’ordre du jour officiel, on va parler de réorganisation en vue de la nouvelle opération financière. En réalité, on va développer une stratégie pour tenter de mettre un terme aux soupçons. Il s’agit de couper dans le vif et de sacrifier Georges, le père de Paul, président-fondateur, qui fera un bouc émissaire parfait.
À ce point de l’histoire le roman prend une nouvelle dimension. Il s’agit cette fois d’explorer les relations père-fils. S’agit-il de la vengeance du rejeton qui a toujours été dans l’ombre du père ou au contraire d’une manœuvre visant à la protéger ? Les carnets du père et les rencontres entre les deux membres de la famille vont peu à peu éclairer la chose.
Avant de conclure, j’aimerais souligner un autre aspect intéressant de ce roman : la nécessité de pouvoir disposer d’un journalisme d’investigation digne de ce nom, afin de pouvoir éclairer les pratiques douteuses, les mensonges par omission ou pire, la volonté délibérée d’étouffer les scandales sanitaires. Ici nous avons affaire à une jeune et ambitieuse journaliste, Céline de Lattre. En enquêtant, elle va pouvoir alerter l’opinion, mais n’étant pas novice en la matière, oser se demander à qui profite le crime. De ses rencontres avec Paul va naître un jeu subtil de séduction dont je vous laisser imaginer l’épilogue.
Ce roman a – on l’aura compris – d’indéniables qualités, mais il se heurte aux limites de l’autoédition. Avec cette matière un «vrai» éditeur aurait sans aucun doute pu gommer les imperfections, quelques longueurs ici et là qui nuisent au rythme ainsi que corriger des erreurs de syntaxe, toujours perturbantes. J’en parle d’autant plus librement que j’ai été mois aussi «victime» de ce miroir aux alouettes, en publiant trop vite un ouvrage qui n’était pas vraiment abouti.

Autres critiques
Babelio

Les premières pages du livre 

Extrait
« Demain la réunion est d’importance, ses principaux investisseurs seront là. Bien que son apparente décontraction ne soit qu’une façade, car on ne lutte bien que quand on veut vraiment, il a sur ses capacités des certitude s qui font les Grands Hommes; ou les Grands Cons. Mentalement, il se prépare, détaille son tour de table et répète ses interventions. Ne manquant pas d’esprit ni de répartie, Paul n’aime pourtant l’improvisation qu’en saupoudrage. Sa culture scientifique donne toujours au travail un prestige que n’a ni le talent, la chance ou le sens de la communication.
« On va les prendre à revers.
— Les prendre à revers ? Je sens que cette journée va être fascinante.
— Oui. On a annoncé qu’on entamerait Doci.net; commençons par Trave3l.
— Je ne te suis pas très bien là. C’est quoi cette nouvelle idée ? On ne joue pas au poker. Ces gens mettent de l’argent dans tes sociétés et pour l’instant, tu n’as pas vraiment fait leurs fortunes « même si nous sommes d’abord une promesse ». Arrête tes numéros d’équilibriste, base toi sur les faits et joue là profil bas…en commençant par respecter l’ordre du jour. »
André est ce qu’on appelle un partenaire historique. Sorti de la même promotion que Paul, il est son Talleyrand, bien que le terme qu’André utilise plus volontiers soit défouloir. « T’as raison tu ne comprends rien. Je ne te parle pas de travestir la vérité, ni même d’en cacher une partie, je te parle de la présenter avec une certaine logique, une logique moins emmerdante que cet ordre du jour standard. Justement parce que nous ne sommes pas à maturité, il faut que nous relancions le rêve, qu’on ne tombe pas dans la gestion bête et méchante. Tiens, on va faire une petite démo…Il est au point le proto de Yassine, non ? En plus, ça éclaire complètement la stratégie…Bon maintenant que tu en sais un peu plus, ton avis ?
— Si on ajoute du concret ça peut marcher…Ca fait effectivement quelques temps que t’as pas fait ton numéro…Pourquoi pas. »

À propos de l’auteur
Didier Liautaud aime écrire pour les autres, peut-être parce qu’il aime transmettre autant que ressentir des émotions partagées. Après de longues hésitations à concrétiser ses projets littéraires, il se lance dans la publication de son premier roman. D’abord nourri de littérature française et de la culture haïtienne transmise par son père, il est aussi influencé par les Etats-Unis et le Royaume-Uni, pays où il a passé de nombreuses années. (Source : Éditions Librinova)

Compte Twitter de l’auteur 

Commandez le livre en ligne sur Amazon (il suffit de cliquer sur la couverture)

Mes livres sur Babelio.com


Focus Littérature

Badge Lecteur professionnel

Tags :
#ondesdechoc #didierliautaud #editionslibrinova #librinova #RL2017 #roman #rentreelitteraire #thriller #unLivreunePage. #livre #lecture #books

L’été en poche (12)

MAGNASON_Lovestar_P

LoveStar

En 2 mots
En imaginant la société LoveStar, Andri Snær Magnason entraîne ses lecteurs dans une réflexion aussi implacable que salvatrice sur l’avenir qui nous attend, si nous cessons d’être vigilants et si nous laissons les graines dépérir. Avec un humour froid et une imagination fertile.

Ma note
etoileetoileetoile (beaucoup aimé)

Si vous voulez en savoir plus…
Ma chronique complète publiée lors de la parution du roman en grand format

Les premières lignes

L’avis de… Marianne Payot (L’Express)
« C’est drôle, absurde, fou : les loups se font agneaux, les Mickey, agressifs et méchants, des coureurs font tourner les éoliennes, le maître se fait déborder par l’un de ses sbires. Et le lecteur ne rêve plus que d’aller fouler à son tour ce pays futuriste empli de volcans et de trolls millénaires. »

Vidéo


A l’occasion du Festival Etonnants Voyageurs 2016, rencontre avec Andri Snaer Magnason autour de son ouvrage « LoveStar » © Production Librairie Mollat

LoveStar

LaSolutionEsquimauAW

LoveStar
Andri Snær Magnason
Zulma
Roman
432 p., 21,50 €
ISBN: 9782843047008
Paru en janvier 2015

Où?
Principalement en Islande avec des escales à Paris ou à Chicago.

Quand?
Le roman est situé dans un futur non déterminé.

Ce qu’en dit l’éditeur

« Peu de temps après que les mouches à miel eurent colonisé Chicago, les papillons monarques furent saisis d’un étrange comportement. […] Au lieu d’aller vers le sud rejoindre leurs quartiers d’hiver, ils se dirigèrent vers le nord. » C’est ainsi que s’ouvre le roman, fable imaginative et pourtant étrangement familière, tenant à la fois de Calvino et des Monty Python.
Face à la soudaine déroute de toutes sortes d’espèces volantes, le génial LoveStar, vibrionnant et énigmatique fondateur de l’entreprise du même nom, invente un mode de transmission des données inspiré des ondes des oiseaux, libérant d’un coup l’humanité, pour son plus grand bonheur, de l’universelle emprise de l’électronique. Et développant au passage quelques applications aussi consuméristes que liberticides… Avec des hommes et des femmes ultra connectés payés pour brailler des publicités à des passants ciblés, le système ReGret, qui permet « d’apurer le passé », ou le rembobinage des enfants qui filent un mauvais coton. Autre innovation, et pas des moindres, en faveur du bonheur humain : les âmes sœurs sont désormais identifiées en toute objectivité par simple calcul de leurs ondes respectives.
Quand Indriði et Sigríður, jeunes gens par trop naïfs et sûrs de leur amour, se retrouvent « calculés », ils tombent des nues : leur moitié est ailleurs. Les voilà partis, Roméo et Juliette postmodernes contrariés par la fatalité, pour une série de mésaventures cocasses et pathétiques, jusqu’à ce que leur route croise celle de LoveStar lui-même, en quête de son ultime invention…

Ce que j’en pense
***

Au moins depuis le lancement de la première bombe atomique on sait que le progrès et la science ne sont pas forcément synonymes de bienfait pour l’humanité. Après les attentats terroristes contre Charlie Hebdo, on a pu constater combien l’internet pouvait aussi servir aux criminels de tout poil. Ne vous fiez pas au titre de ce roman d’anticipation islandais, car LoveStar est une société et un personnage qui entend proposer des solutions aux calamités du monde, alors qu’ils ne sont que des apprentis sorcier.
Mais, si j’ose dire, n’anticipons pas et commençons par le début. Face à la soudaine déroute des oiseaux, insectes et autres papillons qui ne savent plus s’orienter en raison de la multiplication de signaux en tous genres, le monde scientifique cherche la parade.
En Islande, on finit pae découvrir comment transmettre des données sans recourir à des lourdes infrastructures électroniques. LoveStar, tel un Steve Jobs de cette nouvelle ère, entrevoit immédiatement les usages possibles de cette découverte et crée une société qui ne va pas tarder à dominer la planète. Car, une fois maîtrisée cette nouvelle connectivité, une multitude d’applications vont pouvoir être envisagées : la publicité ciblée adressée par des « aboyeurs », le ReGret qui permet de réécrire un CV, LoveMort qui entend remplacer les enterrements par des étoiles filantes (les cadavres sont envoyées dans la stratosphère avant de retomber sur terre en se consumant) et une sorte de réseau Meetic infaillible puisqu’il accouple les gens en fonction de la compatibilité de leurs ondes. Sans compter quelques autres idées…
Seulement voilà, Indriði et Sigríður s’aiment et ne veulent pas être séparés par une application, aussi géniale soit-elle…
Avec une sorte de détachement, d’humour froid, Andri Snær Magnason entraîne ses lecteurs dans une réflexion aussi implacable que salvatrice sur l’avenir qui nous attend, si nous cessons d’être vigilants et si nous laissons les graines dépérir. Il n’y a pas que de bons auteurs de polars en Islande, en voici la démonstration éclatante.

Autres critiques
Babelio
L’Express
Chronicart
Café Powell

Citations
« Face à la bêtise de la population, les savants hochaient tristement la tête. Il n’avait jamais été prouvé que les ondes eussent le moindre effet sur la santé, déclaraient les médecins. Quant aux scientifiques sérieux, ils refusaient de se laisser entraîner sur un terrain réservé aux hurluberlus.
Dans un hangar désaffecté de l’aéroport de Reykjavík s’était en revanche réuni un groupe international constitué d’ornithologues, de spécialistes en aérodynamique et en chimie organique qui s’était fixé pour objectif de se pencher d’un peu plus près sur les ondes. Jour et nuit, ils travaillaient à disséquer et analyser des sternes, des
colombes, des frelons, des saumons et des papillons monarques. Animés d’une foi inébranlable, ils avaient la certitude qu’il était possible de découvrir le secret régissant le sens de l’orientation. L’entreprise avait été baptisée LoveStar. C’est
également sous ce nom qu’on connaissait son directeur. Aucune précision ne fut communiquée sur le choix de cette dénomination. »

A propos de l’auteur
Andri Snær Magnason est né à Reykjavík en 1973. Poète, dramaturge, essayiste, nouvelliste remarqué très tôt, il est aussi l’auteur d’un livre pour la jeunesse, les Enfants de la planète bleue (Gallimard, 2003), traduit en vingt-six langues. LoveStar est son premier roman. Il a déjà été publié en Allemagne et aux États-Unis. (Source : Editions Zulma)
Site Wikipédia de l’auteur
Site officiel de l’auteur (en anglais)

Commandez le livre en ligne
Amazon