J’ai vu un homme

SHEERS_Jai_vu_un_homme

J’ai vu un homme
Owen Sheers
Rivages
Roman
traduit de l’anglais par Mathilde Bach
352 p., 21,50 €
ISBN: 9782743633219
Paru en août 2015

Où?
Le roman se déroule principalement à Londres, mais aussi aux Etats-Unis, à New York, et au Pakistan.

Quand?
L’action se situe de nos jours.

Ce qu’en dit l’éditeur
Michael laisse planer le doute jusqu’à la dernière page, tel un héros de Hitchcock. Est-il simplement un mari détruit par la mort de sa femme, reporter de guerre tuée au Pakistan ? Ou un personnage manipulateur ? J’ai vu un homme est un formidable page-turner, dans la lignée de Samedi de Ian McEwan. Histoire d’amour, portrait d’un monde globalisé qui a banalisé la violence, récit d’un deuil, ce roman magnifique sera publié dans une douzaine de pays et s’annonce comme un succès international.

Ce que j’en pense
****
En refermant ce livre, une image m’est revenue en mémoire. Terrible. Celle de ce film montrant une bavure de l’armée américaine lors de la guerre en Irak. En juillet 2007, deux journalistes de l’agence Reuters et deux enfants ont notamment été tués «par erreur» par des tirs de l’armée américaine.
C’est une histoire semblable qui sert de point de départ au roman du Gallois Owen Sheers, en s’attachant aux conséquences d’un tel acte, à ce que l’on appelle prudemment les dégâts collatéraux, et qui feront trois victimes supplémentaires. Michael Turner est la première à entrer en scène. En rencontrant Caroline, ce journaliste devenu écrivain, a trouvé non seulement une âme sœur ¬– elle est grand reporter – mais au fil des semaines, elle devient aussi son épouse et la future mère de leurs enfants. Mais le rêve se brise lors d’un reportage au Pakistan. Un drone de l’armée américaine fait exploser son convoi. Michael se retrouve veuf, désemparé et cherche à tromper sa peine en partant s’installer à Londres. En emménageant, il croise son voisin Josh Nelson.
Ce banquier est la seconde victime. En décidant de prendre son voisin sous son aile protectrice, en lui faisant partager sa vie de famille, il ne se doute pas combien des conséquences de sa bonne action. Michael devient si proche de Josh, de Samantha son épouse et des enfants qu’il n’hésite pas à pénétrer dans l’appartement du voisin quand il constate qu’une porte est restée ouverte. Il voulait simplement récupérer un tournevis. Seulement voilà, en le voyant, la fille bascule de l’escalier et se tue. Michael décide de fuir. La suite ne se raconte pas, je vous laisse la découvrir tant elle est bien racontée.
Reste la troisième victime, le commandant McCullen. Il s’agit d’un pilote de drones sur une base près de Las Vegas. C’est lui qui a tué par méprise, Caroline. Et qui ne supporte plus cette mort qu’il a sur la conscience et qui, pour sa hiérarchie, fait partie des «risques du métier». Mc Cullen décide quant à lui de prendre la plume et d’écrire à Michael. Plus pour mettre des mots sur le drame qu’il vit que pour s’excuser. Puis, il prend la route, entend essayer de se reconstruire en vivant une nouvelle vie on the road again
La force de ce roman est de mettre en scène ces trois hommes qui ne sont pas coupable, mais qui tous se sentent responsables de la situation dramatique qu’ils ont contribué à engendrer. Comment peuvent-ils continuer à vivre avec ce poids ? Construit comme une enquête qui rend vite le lecteur addictif (on sent par exemple très bien sur les pas de Michael que quelque chose n’est pas normal dans la maison de son maison), excellent dans l’analyse psychologique, voilà sans aucun doute l’un des romans étrangers les plus réussis de la dernière rentrée littéraire. Ne passez pas à côté, comme j’aurais pu le faire sans le pouvoir de persuasion d’un libraire passionné, dont c’est ici l’occasion de souligner combien ils demeurent indispensables !

Autres critiques
Babelio
L’Express (Marianne Payot)
France Inter (L’humeur vagabonde – Kathleen Evin)
Blog Fragments de lecture (Virginie Neufville)
Blog A l’ombre du noyer
On l’a lu (Interview)
Blog Sur mes brizées
Blog Les chroniques assidues

Extraits
« L’événement qui bouleversa leur existence survint un samedi après-midi de juin, quelques minutes à peine après que Michael Turner, croyant la maison des Nelson déserte, eut franchi le seuil de la porte du jardin. Ce n’était que le début du mois, mais Londres se boursouflait déjà sous la chaleur. Les fenêtres béaient le long de South Hill Drive. Garées des deux côtés de la route, les voitures bouillaient, brûlantes, leurs carrosseries prêtes à craqueler au soleil. La brise du matin s’était retirée, laissant la rangée de platanes parfaitement immobile. Les chênes et les hêtres du parc alentour ne bruissaient pas davantage. La vague de chaleur s’était abattue sur la ville une semaine plus tôt, et cependant les herbes hautes qui s’étendaient hors de l’ombre protectrice des arbres commençaient à jaunir.
Michael avait trouvé la porte du jardin des Nelson entrouverte. Il s’était penché dans l’entrebâillement, l’avant-bras appuyé au cadre de la porte, et avait appelé ses voisins. »

« De la même manière , Michael trouvait un certain soulagement à ce que Caroline soit une inconnue pour Josh et Samantha. Josh croyait bien avoir vu l’un de ses reportages une fois dans un hôtel à Berlin, mais il n’en était pas persuadé. Ce qui était sûr , en revanche, c’est que ni l’un ni l’autre ne l’avaient jamais rencontrée en personne. A leurs yeux, sa mort était juste un événement dans la vie de Michael. Une chose avec laquelle il était arrivé à leur porte, comme avec le reste de son passé, alors qu’avec ses amis d’avant, il se sentait lesté d’une perte. Pour Samantha et Josh, Caroline n’existait qu’à travers ce que Michael racontait. Quand il leur parlait d’elle, il s’entendait raconter sa vie, et non sa mort. Ainsi, pour eux, il n’y avait pas d’ »avant » Caroline, il n’y avait que l’écho d’un être, qui résonnait encore chez cet homme assis à leur table, non pas comme une absence mais comme une partie de lui. » (p. 91)

« Las Vegas fournissait à l’Amérique des versions du monde, afin que l’Amérique n’ait pas besoin de s’y aventurer. D’autres pays, d’autres lieux étaient ainsi simultanément rapprochés et tenus à distance. Exactement comme ils l’étaient sur ces écrans qu’il observait à Creech. »  (p. 260)

A propos de l’auteur
Owen Sheers, né en 1974 aux îles Fidji, a grandi au pays de Galles. Ecrivain, poète et dramaturge, il a remporté de nombreux prix et publié plusieurs romans, dont Résistance traduit en français. (Source : Editions Payot & Rivages)

Site Wikipédia de l’auteur

Commandez le livre en ligne
Amazon

Mes livres sur Babelio.com
Publicités

Comment s’en mettre plein les poches en Asie mutante

HAMID_Comment_sen_mettre_plein

 

 

 

 

 

 

Comment s’en mettre plein les poches en Asie mutante
Mohsin Hamid
Grasset
Roman
traduit de l’anglais (Pakistan) par Bernard Cohen
256 p., 18 €
ISBN: 9782246807827
Paru en septembre 2014

Où?
L’action se situe en «Asie mutante», vraisemblablement à Lahore, au Pakistan.

Quand?
Le roman est situé de nos jours, durant la période qui va de la naissance à la mort du personnage principal, soit un peu plus de 80 ans.

Ce qu’en dit l’éditeur
Lecteur, lectrice : tu viens d’acquérir le nouveau roman de Mohsin Hamid. Grand bien t’en a pris. Car celui-ci va te permettre de découvrir comment t’en mettre plein les poches en Asie mutante, comme le héros de cette édifiante et rocambolesque épopée : né dans la plus insigne pauvreté, au cœur de la campagne d’un pays anonyme du continent indien, il va monter à la ville, parfaire son éducation, rencontrer l’amour, flirter avec la tentation politique, puis faire fortune par le plus inattendu des moyens. Ce sont, en une poignée de pages, quatre-vingts années d’une vie d’homme que tu tiens entre tes mains – « un homme fait de tous les hommes et qui les vaut tous et que vaut n’importe qui » à l’heure de la mondialisation galopante. Et si cette fable contemporaine et universelle te fait verser quelques larmes, ne t’en fais pas, car celles-ci jailliront avant tout du plaisir et de l’émotion que tu t’apprêtes à éprouver en lisant ce petit joyau de littérature.

Ce que j’en pense
***

Présenté comme un manuel de développement personnel, ce roman ravira tous les amateurs de belles success-stories. Disons aussi un mot du quatrième de couverture, car cette fois ce texte remplit parfaitement son rôle. Si vous avez pris le temps de le lire (voir ci-dessus), vous conviendrez certainement avec moi que cette présentation donne furieusement envie de se plonger dans le nouveau roman de Mohsin Hamid dont deux œuvres ont déjà été traduites en français : L’intégriste malgré lui (Denoël), et Partir en fumée (Stock). D’autant que le récit tient la promesse de cette belle présentation.
Nous suivons donc le héros de cette épopée au moment où il quitte la campagne qui l’a vu naître et où le seul destin qui s’offrait à lui était de mettre ses pas dans ceux de ses misérables parents. « Partir à la ville est le premier pas pour s’en mettre plein les poches en Asie mutante, et tu viens de l’accomplir. Félicitations ».
Suivront 11 autres chapitres formant autant d’étapes vers le but ultime annoncé par le titre. Toutefois, « comme le sait tout homme entreprenant ayant rencontré le succès, de nombreuses compétences ne peuvent être enseignées à l’école : elles demandent que l’on mette la main à la pâte. Pendant une vie entière parfois. »
Il ne faudra par conséquent pas s’imaginer que, comme dans les vrais manuels de développement personnel, la réussite arrive sans coup férir, en suite le programme.
Mohsin Hamid a le recul, l’humour et le cynisme nécessaires pour mettre le doigt sur les failles du système, sur les contradictions et sur les obstacles qui peuvent ralentir, voire détruire une belle ambition. L’amour peut, par exemple, enrayer la belle machine. Quand il faut par exemple choisir entre le cœur de sa charmante voisine ou consacrer tout son temps à la récolte des fruits de son labeur, voire même à dévorer ceux des autres.
Entre la copie de DVD et la vente d’eau — pas vraiment minérale — en bouteilles, on découvrira cette Asie mutante que l’on peut situer au Pakistan et cette volonté farouche de ses habitants à vouloir s’en sortir. C’est habilement construit, finement décrit et joliment subversif. Car on l’aura compris, si ce livre n’est pas vraiment le meilleur guide pour s’en mettre plein les poches, il nous offre un beau portrait du capitalisme et de ses travers en pays émergent.

Autres critiques
Babelio
Libération
La Presse (Montréal)
BibliObs (entretien avec l’auteur)
TLC (toute la culture)
Blog atasi.over-blog (un passionné de l’Inde)

Extrait
« Le nombre d’ouvrages entrant dans la catégorie des livres de développement personnel est impressionnant. Par exemple, pourquoi persistes-tu à lire ce roman étrangé encensé de toutes parts et fantastiquement ennuyeux, te traînant de page en page – « que ça s’arrête, par pitié ! » – à travers une prose lente comme la poix et une prétention stylistique embarrassante, sinon par envie de comprendre des contrées lointaines qui, mondialisation oblige, ont de plus en plus d’impact sur ta vie ? Quelle est-elle cette pulsion, sinon le désir de développement personnel ?
Et que dire des autres romans, ceux que tu apprécies et dévores avec avidité, enchanté par leur intrigue, ou par leur langue, ou par leur profondeur, ou par la quantité de scènes de sexe aussi gratuites qu’explicites ? Ceux-là sont également des versions du livre de développement personnel. Il t’aident au moins à passer le temps, or c’est de temps que toute personne est faite. » p. 25

A propos de l’auteur

Mohsin Hamid est né en 1971 à Lahore, au Pakistan, et a vécu à Londres, à New York et en Californie. Ses deux premiers romans, Partir en fumée (prix Betty Trask et finaliste du prix PEN/Hemingway en 2000) et L’intégriste malgré lui (finaliste du Man Booker Prize en 2007, adapté au cinéma par Mira Nair), se sont vendus à plus d’un million d’exemplaires dans le monde et ont été traduits dans plus d’une trentaine de langues. De nouveau établi à Lahore depuis quelques années, il contribue régulièrement au New York Times, au Guardian, au New Yorker ou encore à la revue Granta. Salué par une presse unanime aux États-Unis et en Angleterre et en cours de traduction dans le monde entier, Comment s’en mettre plein les poches en Asie mutante, son troisième roman, fera prochainement l’objet d’une adaptation au cinéma par Guillermo Arriaga, le scénariste d’Amours chiennes, Babel et 21 grammes. (Source : Editions Grasset)

Site Wikipédia de l’auteur

Commandez le livre en ligne
Amazon