Le souffle

DIMAY_le_souffle  RL_hiver_2021  Logo_premier_roman

En deux mots
Irène a changé de ville et d’emploi. Elle est désormais «Interfaceuse» pour mener à bien un projet industriel, rassembler les productions d’indigo et de pastel. À l’attrait de la nouveauté va toutefois très vite se heurter la sensibilité des collègues et avec la charge de travail augmente, la pression va devenir intenable.

Ma note
★★★ (bien aimé)

Ma chronique

Le blues de la cadre supérieure

Dans un percutant premier roman, Lou Dimay raconte l’horreur économique. La pression mise sur une cadre supérieure pour réussir un projet industriel sous le regard croisé de ses supérieurs et de ses collaborateurs.

Irène a quitté sa ville pour un nouvel emploi. En arrivant à Guède, elle trouve un petit hôtel, mais pourra très vite le quitter pour un logement que lui a proposé Jihane, lorsqu’elle s’est rendue compte qu’elle était nouvelle dans la région.
Côté travail, il y a tout à faire. Son poste d’«interfaceuse» vient d’être créé, dans le but de rassembler les productions d’indigo et de pastel, jusque-là en concurrence. «Notre rôle est de les connecter, de les mettre en synergie pour construire de nouvelles procédures, inventives mais rentables, pour que les teintes produites se diversifient en réponse à la demande du marché.» Projet ambitieux dans lequel elle s’investit totalement sous l’œil de Romuald qui a tracé sa route et avec l’aide de Colombe qui avait un temps lorgné son poste de direction. L’équipe se compose en outre de Camille, Julie, Angèle et Frank. Après les premiers tâtonnements, les problèmes de communication, le projet semble avancer, les rôles bien répartis. Mais la charge de travail devient de plus en plus lourde: «Pause méridienne raccourcie, Sandwich avalé rapidement. Ventres alimentés devant les écrans bleus. Abattre le travail, nourrir les machines, rédaction de conventions, préparation de guides financiers, rapports d’activité intermédiaires, lettres officielles, travaux à superviser, avenants…» Une pression qui transforme les relations, crispe les hiérarchies et pousse au crime. La jalousie vient se mêler à la tension, le sexisme à la rivalité, l’envie à la vengeance.
Lou Dimay raconte dans ce petit conte cruel la vie de l’entreprise qui, sous couvert de performance et de grands projets, met les cadres sous pression et les pousse à bout. Quand quelqu’un réussit, alors cette personne est mise en lumière. Mais toute lumière déploie sa part d’ombre. Une ombre propice aux tractations secrètes et aux coups bas. Le tout s’achevant dans un bain… d’indigo. Les Bleus à l’âme se Fondant au bleu de la grande cuve.
Ce fulgurant récit de la violence économique gagnerait à être distribué dans toutes les écoles de commerce!
Seul petit bémol, l’emploi de l’écriture inclusive qui entrave la lisibilité du texte.

Le souffle
Lou Dimay
Éditions Blast
Roman
96 p., 11 €
EAN 9782956773542
Paru le 15/01/2021

Où?
Le roman est situé en France, à Guède, une ville imaginaire dont le nom vient de la plante également nommée le pastel des teinturiers

Quand?
L’action se déroule de nos jours.

Ce qu’en dit l’éditeur
Mon activité professionnelle se répand dans tous les espaces, empiète sur mon sommeil. La masse de travail assomme, le quotidien en accéléré. La fatigue m’entame et engourdit mon indignation et ma vigilance.
C’est à Guède, dans les replis de l’indigo et du pastel, qu’Irène perd le souffle. Dans l’entreprise qui l’embauche, la verticalité l’assomme. À mesure qu’elle incorpore les directives qu’elle reçoit et dont elle est relai, elle assiste à son propre effacement. Quelque chose dysfonctionne au bureau : la hiérarchie, les objectifs de la boîte, les rapports de pouvoir entre services et personnes, le sexisme décomplexé. Le climat propice à l’emprise exacerbe l’absurdité et la violence du travail. Les bureaux, comme les cuves où macèrent les couleurs, deviennent un étau. C’est à Guède qu’Irène étouffe et lutte pour retrouver sa voix face au contrôle, mais cela aurait pu être partout ailleurs.

Les critiques
Babelio 
Lecteurs.com 
Blog les maux dits

Les premières pages du livre
« J’arrive dans cette ville. Guède.
Le voyage s’est déroulé dans un état de flottement qui me quitte soudain. C’est l’automne. Les nuages filent au-dessus de ma tête. La lumière est dorée à cinq heures de l’après-midi, le ciel se dégage. L’air est plus frais que celui de mon ancienne rue, le soleil frappe aux yeux, chauffe les paupières fermées. Les paysages sont larges, les arbres paraissent plus grands, ils ne se tassent pas dans un périmètre restreint, ils respirent. Les couleurs sont vives, le vent me relie.
Je suis partie, peut-être que je fuis. J’ai refermé les volets et la porte sur mon étouffement, en entassant ce qui me reste dans une petite valise. J’ai accepté ce travail, malgré tant d’hésitations. je change de rivages et laisse si peu derrière moi. Je me suis détachée de ce qui me retenait encore, ma peau frémit.
Il pleut. Mille petites morts, et un corps qui se souvient de tout, qui parle plus fort que la voix ne porte. Quatre heures cyanosée sans inspirer avant ma première goulée d’air, j’ai survécu à ma naissance, Combien de fois faudra-t-il mourir avant d’être en vie?
La place centrale est vide à cette heure, grise et morne de pavés ternes. Même la pluie n’arrive pas à les faire briller. Je fais mes premiers pas sous les arbres qui bruissent, indifférents à ce qui se passe au sol. À ma droite, les commerces ont des rideaux métalliques tirés d’où aucune lumière ne filtre. À gauche, le cimetière occupe un pan entier de l’esplanade, au loin les bruits d’une bêche dans la ville minérale. Je traverse par une allée en graviers jusqu’à la bâtisse qui se dresse devant moi.
Je suis prête à me réinventer pour retrouver la surface, à endosser un élan d’où qu’il vienne et il faut bien que je travaille. Rester là-bas, c’était m’éteindre ou voir ma peau se tanner jusqu’au cuir. Je pars et cède, habitée par la marée, tente de m’en imprégner. Ballotée par mes hésitations sur le poste, j’ai traversé la France pour rejoindre cet emploi aux bras tendus. Avec un tel marché et une telle précarité, je pèse mon privilège devant l’occasion, me convaincs que la chance m’épaule et que je parviendrai à convenir aux exigences. Au téléphone, j’ai compris que l’on attend de moi des initiatives et de la créativité. J’y vois des défis et de la nouveauté, ils appellent cela «innovation».
Mes pas crissent devant une fontaine surplombée par un homme nu, riant, triomphant, asséché. Je trébuche sur une pierre et manque de m’effondrer. D’un regard circulaire, je rattrape mon chemin et ravale le débordement. Je pose ma valise un instant, le temps de me reconstituer entre la devanture du barbier et celle de la boulangerie. Mon hôtel se serre entre deux établissements de commerce. Bleus. Vente d’habits et de chaussures de sécurité d’un côté. Pompes funèbres et fleuriste de l’autre. C’est l’adresse que l’on m’a indiquée. Je sens la transpiration. Un frisson glacé me parcourt le bras, jusqu’au cou. »

Extrait
« Je reprends un service central. Récemment instauré, il développe l’interfaçage entre deux procédés gérés jusque-là séparément. Depuis des années, les productions d’indigo et de pastel sont en concurrence à Guède. Notre rôle est de les connecter, de les mettre en synergie pour construire de nouvelles procédures, inventives mais rentables, pour que les teintes produites se diversifient en réponse à la demande du marché. L’entreprise se positionne à la fois comme le lieu de l’innovation, de l’invention et de la production massive, capitalisant des dizaines d’années d’activités artisanales et ancestrales de la ville et la région. Je cherche une dynamique croisée entre des membres disparates… » p. 19.

À propos de l’auteur
Autrice, enseignante et chercheuse, Lou Dimay a trouvé dans l’écriture les conditions de la survie, l’activation d’autres possibles et la vitalité de la révolte face aux violences ordinaires et aux rapports de domination de «l’ordre social». Elle s’ancre dans l’expérience ordinaire, l’éphémère, les silences, les voix, les dits, non-dits et indicibles, le langage des corps et la texture des êtres. Elle explore les formes de l’écriture et de la parole qui déprotègent et reconnaissent la fragilité en même temps qu’elles s’inscrivent dans le désir et la puissance collective. Premier roman: Le Souffle. (Source: Éditions Blast)

Compte Twitter de l’auteur
Compte Instagram de l’auteur 
Page Facebook de l’auteur 

Commandez le livre en ligne sur Amazon (il suffit de cliquer sur la couverture)

Mes livres sur Babelio.com


Focus Littérature

Tags:
#lesouffle #LouDimay #editionsblast #hcdahlem #roman #RentréeLittéraire2021 #litteraturefrancaise #litteraturecontemporaine #lundiLecture #LundiBlogs #rentréedhiver #RentréeLittéraireJanvier2021 #rentreelitteraire #rentree2021 #RL2021 #livre #lecture #books #blog #littérature #bloglitteraire #livre #roman #lecture #jaimelire #lecturedumoment #lire #bouquin #bouquiner #livresaddict #lectrice #lecteurs #lecteurscom #bouquiner #livresque #auteur #jaimelire #lectureaddict #litterature #instalivre #livrestagram #unLivreunePage #writer #reading #bookoftheday #instabook #Bookstagram #Book #Bookobsessed #bookshelf #Booklover #Bookaddict

Qui ne dit mot consent

BRAMI_Qui_ne_dit_mot_consent

logo_avant_critique

Voici trois bonnes raisons de lire ce livre:
1. Parce que Alma Brami a su se construire, roman après roman, une belle œuvre. Ce septième opus vient souligner son talent de prosatrice hors-pair.

2. Parce que Marie-Lucile Kubacki dans La vie souligne qu’Alma Brami « signe une nouvelle variation sur le thème des relations toxiques et de l’emprise psychologique: un thriller aussi haletant que glaçant. »

3. Parce que Karine Fléjo trouve que « ce roman d’Alma Brami est d’une intensité émotionnelle rare. Au fil des pages, le masque tombe, l’enfer se dessine, la pression monte. Sans jamais forcer le trait, sans jamais verser dans le pathos, l’auteur lève le voile sur la violence conjugale, la manipulation mentale, l’avilissement de l’autre réduit à n’être qu’un objet. »

Qui ne dit mot consent
Alma Brami
Éditions du Mercure de France
Roman
176 p., 16,80 €
EAN : 9782715245358
Paru en août 2017

Ce qu’en dit l’éditeur
Émilie a suivi son mari à la campagne quand les enfants étaient encore petits, depuis ils ont grandi et quitté la maison. Dehors, il y a une vigne qui donne des raisins, il y a aussi une table en bois, des chaises, un banc, pour les petits déjeuners copieux, il y a des tommettes rouges dans le salon, un grand escalier qui mène à l’étage, et à l’étage, une chambre d’amis.
Chaque famille a ses secrets.
Que se passe-t-il dans cette maison au bout de la route du grand chêne?
Dans ce terrible huis clos, Alma Brami dresse brillamment le portrait d’une femme meurtrie pour qui le couple est devenu un piège.

Les critiques
Babelio 
La cause littéraire (Jean-Paul Gavard Perret)
La Vie (Marie-Lucile Kubacki)
Les chroniques de Koryfée (Karine Fléjo)
Blog Fragments de lecture… (Virginie Neufville)
Blog Le boudoir de Nath
Blog Les mots étaient livres 
Blog Dans la bibliothèque de Noukette 
Blog Les petits livres by smallthings
Blog Baz’Art 

Les premières pages du livre

Extraits
« Ça avait commencé quand les enfants étaient petits. Il avait besoin d’air, la ville l’angoissait. Le travail chérie, tu sais ce que c’est le travail ? J’ai besoin de rentrer chez moi, et de me ressourcer tu comprends ?
Il avait bien fallu que je comprenne quand il avait mis en vente notre appartement pour acheter cette maison. On sera bien, il répétait, tu veux avoir un mari détendu, heureux, disponible ?
Bien sûr que je voulais.
Il ferait des allers-retours et on profiterait en famille le plus possible, ce serait merveilleux. Il m’avait dit chérie, j’attends de toi que tu me soutiennes, c’est pas facile pour moi non plus, tu sais.
J’avais répondu je sais.
On s’était installés ici début novembre. Dieu que la ville m’avait manqué. Notre petit appartement à côté de l’école des enfants, le bruit des voisins, les odeurs de nourriture dans la cage d’escalier. On s’habituera, je me persuadai, on construira des cabanes, on dormira à la belle étoile, on aura un potager. »

« Il me racontait ce qu’il voulait, mais je ne devais pas poser de questions. T’es trop curieuse là mon Coeur, ça me met mal à l’aise, j’ai l’impression que tu fais des fiches. Quand il commençait à me complimenter et à me suivre de pièce en pièce, c’était le signal qu’il avait fait le tour de « l’invitée » et qu’il me demanderait sous peu de « l’aider ». J’ai fait une erreur, je n’aurais jamais dû, je ne te mérite pas. De toute façon il n’y a que toi qui sait m’aimer comme il faut, il n’y a que toi qui me connais, ton amour est extraordinaire. »

À propos de l’auteur
Comédienne, Alma Brami a été révélée comme romancière à l’occasion de la rentrée littéraire 2008 avec Sans elle, couronné par de nombreux prix. Depuis, elle a publié Ils l’ont laissée là en 2009 et Tant que tu es heureuse en 2010. Ces trois romans ont été publiés en Chine en septembre 2011. C’est pour ton bien, son 4e roman, a été publié au Mercure de France en 2012. En janvier 2013, elle a publié Lolo, aux éditions Plon. Elle écrit également pour les enfants; son premier album jeunesse Moi, j’aime pas comme je suis est paru aux éditions Albin Michel en 2011. Après J’aurais dû apporter des fleurs, Qui ne dit mot consent est son septième roman. (Source : Éditions du Mercure de France)

Site Wikipédia de l’auteur 

Commandez le livre en ligne sur Amazon (il suffit de cliquer sur la couverture)

Mes livres sur Babelio.com


Focus Littérature

Tags:
#quineditmotconsent #almabrami #editionsdumercuredefrance #mercuredefrance #RL2017 #roman #rentreelitteraire #thriller #unLivreunePage. #livre #lecture #books #RLN2017 #littérature #lecture #lire #lectrices #lecteurs #MardiConseil #VendrediLecture

Les insatiables

lustiger_les_insatiables

En deux mots
Un journaliste d’investigation, enquêtant sur la mort d’une prostituée, met à jour un scandale politico-économico-sanitaire. Une plongée décapante dans la France d’aujourd’hui.

Ma note
etoileetoileetoileetoile (j’ai adoré)

Les Insatiables
Gila Lustiger
Éditions Actes Sud
Roman
traduit de l’allemand par Isabelle Liber
384 p., 23 €
EAN : 9782330066598
Paru en septembre 2016

Où?
Le roman se déroule en France, à Paris et en région parisienne, à Évry, Mantes-la-Jolie et en allant vers la Normandie à Vernon, Louviers, Rouen, Pont-l’Évêque, tandis ques communes de Charfeuil et Rosaires semblent nées de l’imagination de l’auteur. En revanche, des voyages dans les hauts-lieux touristiques sont tels que Saint-tropez, Marbella, Genève, Saint-Moritz ou Porto-Cervo sont évoqués.

Quand?
L’action se situe d’une part en 1984 et d’autre part 27 ans plus tard avec le reprise de l’enquête par le personnage principal du livre.

Ce qu’en dit l’éditeur
En 1984, Émilie T., jeune escort-girl parisienne, avait été sauvagement assassinée, meurtre jamais élucidé. Vingt-sept ans plus tard, la presse annonce l’arrestation d’un employé de banque sans histoires, Gilles Neuhart, dont l’ADN correspond à celui trouvé sur la scène du crime.
Dix-sept lignes – c’est ce que son rédacteur en chef demande à Marc Rappaport sur cette affaire. Le journaliste, homme complexe et tourmenté, suit son intuition et cherche, envers et contre tout, à en savoir davantage sur le destin de la jeune femme.
Patiente et tenace, son enquête lève le voile sur un drame sanitaire impliquant quelques insatiables de l’industrie chimique et de la sphère politique.
Dans cet ambitieux roman dédié au journalisme d’investigation, Gila Lustiger dresse un portrait impitoyable de certains milieux français. S’inspirant de faits réels, l’auteur explore strate par strate la société parisienne et provinciale.
Un réquisitoire puissant contre les maux qui affligent nos démocraties néolibérales.

Ce que j’en pense
Gila Lustiger, auteur allemande vivant depuis plus de vingt ans en France, nous offre avec ce roman tout à la fois un thriller passionnant, une charge contre les élites, la révélation d’un scandale sanitaire et un portrait au vitriol de la France d’aujourd’hui. C’est dire la richesse et la densité de cette analyse sans concessions des mœurs de ces dirigeants politiques et économiques que le pouvoir aveugle et qui s’autorisent crimes et châtiments en toute impunité. Ceux qu’on appelle Les Insatiables. Elle nous dépeint la réalité de cette France à deux vitesses, ce fossé entre les nantis qui se permettent tout et les sans-grade qui semblent condamnés à subir leur sort.
C’est à un journaliste d’investigation répondant au nom de Marc Rappaport que l’auteur va confier le soin d’entraîner le lecteur dans un dossier non-élucidé. Franc-tireur et mouton noir de la famille, ce dernier ne se satisfait pas de voir les enquêtes de police bâclées ou trop vite classées, comme cet assassinat d’une prostituée survenu en 1984. Si, près de trente ans plus tard, on reparle de l’affaire, c’est que la police scientifique a pu exploiter des traces ADN et remonter jusqu’à un certain Gilles Neuhart, employé de banque et père de famille sans histoires.
Seulement voilà, Marc va constater très vite que sa culpabilité ne saurait être aussi évidente que la police l’affirme. En parlant à son épouse, puis au présumé coupable, il va comprendre que l’origine de ce viol, puis du meurtre brutal qui a suivi, est à chercher ailleurs.
Pierre, son rédacteur en chef et ami, lui enjoint de ne pas s’obstiner, d’autant que les pressions ne tardent pas à arriver.
«Pour des raisons profondes et inconnues, on se laissait entraîner et, soudain, on se retrouvait tout entier accaparé». Marc ne cédera pas, notamment en raison de son passé (son grand-père était un grand capitaine d’industrie) ainsi que de la proximité avec les habitants de son village d’enfance. Du coup Gila Lustiger rajoute encore une strate supplémentaire à ce formidable roman : on peut le lire comme un manuel à l’usage des jeunes journalistes, véritable mode d’emploi de l’investigation.
Ne négliger aucune piste, essayer de rapprocher des éléments qui n’ont à priori rien à voir, faire parler tous les protagonistes de l’histoire…
Voilà comment on passe d’un meurtre à une curieuse accumulation de cas de cancers, d’une prostituée tuée à Paris à une usine chimique aux procédés douteux. Grâce au chantage à l’emploi, elle peut se permettre de passer outre à certaines procédures, à faire fi de la législation pour accroître son marché et ses bénéfices.
Avec cette acuité que possède les personnes étrangères quand elles découvrent pour la première fois une ville, un milieu, des habitudes qui nous semblent tellement ancrées dans la société que l’on ne pense plus à les questionner, Gila Lustiger va dresser le catalogue des compromissions, des petits arrangements, de la corruption, de la criminalité en col blanc qui gangrènent notre pays.
On ne lâche plus le roman, d’autant que sa construction nous offre régulièrement de nouveaux coups de théâtre, reliant subtilement toutes les pièces du puzzle les unes aux autres : « D’un côté, nous avons le meurtre d’une prostituée commis il y a trente ans, e de l’autre ? Un groupe qui fabrique des additifs pour l’alimentation animale et dont le personnel présente un nombre élevé de cas de cancer du sein. Nous pensons que les deux histoires sont liées parce que le père de la victime et le beau-frère du meurtrier supposé travaillaient dans le même groupe. »
Bien plus plaisant que des ouvrages de sociologie, bien plus fascinant que les essais politiques, ce roman montre avec force détails un visage de la France, de l’évolution de la société. Que tous les candidats à la présidentielle devraient méditer, tant il est éclairant !

Autres critiques
Babelio 
RTL (Les livres ont la parole – Bernard Lehut)
Culture-Tops 
La Vie (Yves Viollier)
Le Temps (Stefanie Brändly)
Blog Le Suricate 
Blog Bouquivore 

Extrait
« Des questions, des questions, toujours des questions. Et une seule conclusion : il vieillissait, il perdait peu à peu de son mordant, comme Pierre, dont la mine était si pincée, maintenant, que Marc n’avait aucun doute sur la suite. Le rédacteur en chef allait céder. Allez, d’accord, dirait-il, je te donne une semaine pour tes recherches, une semaine, pas plus. Et bien sûr, à peine sorti du restaurant, il regretterait sa décision et confierait à son ami la fastidieuse page locale pour une période d’expiation d’au moins dix jours. Ce qu’il regretterait aussi. Si bien qu’un soir, il sonnerait chez Marc avec une bouteille de pomerol et un petit sourire en coin. »

À propos de l’auteur
Gila Lustiger, auteur de langue allemande, vit en France. Elle a notamment publié Nous sommes (Stock, 2005, sélectionné pour le prix Médicis étranger), Un bonheur insoupçonnable (Stock, 2008) et Cette nuit-là (Stock, 2013). (Source : Éditions Actes Sud)

Site Wikipédia de l’auteur 

Commandez le livre en ligne sur Amazon (il suffit de cliquer sur la couverture)

Mes livres sur Babelio.com


Focus Littérature

Tags:
#gilalustiger #RL2016 #roman #rentreelitteraire #lesinsatiables #actessud