L’été en poche (18)

BUSQUETS_Ca_aussi_ca_passera_P

Ça aussi, ça passera

En 2 mots
Blanca enterre sa mère à Cadaquès. Avec famille, ami(e)s et amants, elle va tenter de combattre sa solitude et son spleen, tout en rendant hommage à la défunte.

Ma note
etoileetoileetoile (beaucoup aimé)

Si vous voulez en savoir plus…
Ma chronique complète publiée lors de la parution du roman en grand format

Les premières lignes

L’avis de… Hubert Artus (L’Express)
« En paix avec elle-même et les hommes de sa vie, elle offre une composition qui balance toujours entre l’autofiction sociale et le roman sentimental. Toujours profond, armé d’un humour souvent désopilant, Ça aussi, ça passera est porté par une écriture qui emporte le cœur. Et nos suffrages. »

Vidéo


Milena Busquets présente son ouvrage «Ca aussi, ça passera». Traduit de l’espagnol par Robert Amutio. © Production Librairie Mollat.

Cœur-Naufrage

BERTHOLON_coeur-naufrage

En deux mots
Lyla a passé le cap de la trentaine et se retrouve sans réelles perspectives jusqu’au jour où Joris, qu’elle a rencontré l’été de ses seize ans, lui laisse un message. Commence alors une drôle de partie de ping-pong. Entre eux, mais aussi entre le passé et leur présent.

Ma note
etoileetoileetoileetoile (j’ai adoré)

Cœur-Naufrage
Delphine Bertholon
Éditions JC Lattès
Roman
304 p., 20 €
EAN : 9782709658447
Paru en mars 2017

Où?
Le roman se déroule en France, notamment sur la côte landaise.

Quand?
L’action se situe de 1998 à nos jours.

Ce qu’en dit l’éditeur
« Certains jours, je m’attends des heures et ne me rejoins jamais. » À bientôt trente-quatre ans, Lyla est tenaillée par le sentiment de passer à côté de l’existence. Elle enchaîne les fiascos amoureux, accumule les névroses et attend, sans trop savoir quoi. Jusqu’au jour où un étrange message la ramène dix-sept ans en arrière. Cet été-là, sur la côte basque, tout allait basculer…

Ce que j’en pense
Delphine Bertholon n’a pas son pareil pour happer le lecteur, pour lui offrir un épisode-choc et, à partir de là, faire monter la tension. Dès lors, il ne pourra plus lâcher le livre. C’était le cas dans Les corps inutiles et c’est encore le cas dans son nouveau roman qui met en scène une trentenaire qui regarde la vie lui filer entre les doigts sans vraiment essayer de bousculer son quotidien de traductrice littéraire. C’est alors qu’un message sur son répondeur va la secouer. Car elle se remémore son été 1998 et ce fameux épisode-choc.
Il a lieu sur la côte landaise où elle passe ses vacances. L’ambiance n’est pas vraiment à l’harmonie et à la détente. Aussi décide-t-elle de partir en vélo sur les chemins qui bordent la plage. Un moment d’inattention plus tard et elle chute et fait sauter la chaîne du vélo. Ne parvenant pas à réparer, elle va demander de l’aide à trois jeune surfeurs âgés d’une vingtaine d’année qui l’accueillent dans leur van. La conversation s’engage, le temps passe. Du haut de ses seize ans, Lyla se la joue femme libérée. On fume, on boit. Finalement Joris décide d’accompagner Lyla jusqu’à son vélo. Au fil du livre, on va comprendre que ce qui les rapproche, c’est d’abord une aversion commune pour leurs géniteurs. Lyla ne supporte plus sa mère Elaine, Joris ne s’entend plus avec son père. La haine-père et la haine-mère comme viatique.
Ils vont tout à tour nous livrer leur version des faits, retracer leur état d’esprit, leurs émotions, leur liaison aussi brève que passionnelle.
«Je vis avec cette chose-là depuis dix-sept ans, tapie au fond des os comme une excroissance dont je suis seule consciente, une boule de douleur brûlante comme un soleil. Cette chose-là m’a construite, définie, aggravée, et le sentiment d’avoir pris la bonne décision ne rend pas le présent plus facile. »
Delphine Bertholon orchestre brillamment le chassé-croisé entre les deux protagonistes et entre les deux époques et tend leurs interrogations et leur mal-être comme un fil rouge. On sent bien que depuis leur séparation leur vie reste comme bloquée, que leur parcours est entravé. « L’absence de choix est une abomination, et ce, même si l’existence est une suite de non-choix. On aimerait croire le contraire mais, en vérité, on passe son temps à jongler entre la peste et le choléra. »
Lyla cherche dans son métier un dérivatif, trouve un soutien auprès de son amie Camille, Joris a voulu construire une vie de famille classique, épousant Camille qui tentera bien de panser sa blessure. Mais rien n’y fera. Après 17 ans, le choc est violent : « Je croyais l’avoir oubliée, mais les parfums réactivent la mémoire mieux que n’importe quoi d’autre et, à peine montée dans le véhicule, ma jeunesse tout entière me sauta à la gorge. »
Mais peut-on (re)construire une vie sur la frustration, l’attente ? Joris saura-t-il sauver ce cœur naufragé? Lyla résistera-t-elle à son (in)confort quotidien pour une nouvelle aventure incertaine ? Avec beaucoup de subtilité, l’auteur nous démontre que les choses ne sont pas figées et que les faiblesses peuvent aussi être des forces, que l’on peut passer de l’ombre à la lumière. Pour la fille dans l’ombre de sa mère, pour la traductrice dans l’ombre des auteurs dont elle adapte les textes.
Delphine Bertholon progresse livre après livre. Cœur-Naufrage en apporte la preuve éclatante!

Autres critiques
Babelio 
Blog Cultur’Elle (Caroline Doudet)
Blog T Livres T Arts
Blog Les lectures du mouton (Virginie Vertigo)
Blog du petit carré jaune (Sabine Faulmayer)
Café littéraire gourmand
Blog L’Insatiable (Charlotte Milandri)
Blog Les chroniques de Koryfée (Karine Fléjo)
Blog Les livres de Joëlle (Joëlle Guinard)
Blog Kanoubook
Blog Collibris (entretien avec l’auteur)
Blog Les Petits Livres by smallthings

Les premières pages du livre

Extrait
« À quinze ans, à seize ans, on ne peut pas mourir. On pense sans arrêt à la mort, on écrit des poèmes avec du spleen dedans, on a souvent envie de se tailler les veines, suicide au bord des lèvres. Mais en vérité, on ne peut pas mourir. À quinze ans, à seize ans, on est tellement en vie que c’est le monde entier qui crève autour de soi, dans les lumières noires des pistes souterraines.
À dix-sept ans, on aimerait tuer… Même si pour cela, il est déjà trop tard. »

A propos de l’auteur
Delphine Bertholon est l’auteur de Twist, L’Effet Larsen, du très remarqué Grâce et, plus récemment, du Soleil à mes pieds et des Corps inutiles, tous parus chez Lattès. Dans Cœur-Naufrage, elle sonde le poids des non-dits dans nos trajectoires, et célèbre la beauté singulière des accidents de la vie. Elle vit à Paris, dans le 11e arrondissement. (Source : Éditions JC Lattès)

Page Wikipédia de l’auteur 

Commandez le livre en ligne sur Amazon (il suffit de cliquer sur la couverture)
//ws-eu.amazon-adsystem.com/widgets/q?ServiceVersion=20070822&OneJS=1&Operation=GetAdHtml&MarketPlace=FR&source=ac&ref=qf_sp_asin_til&ad_type=product_link&tracking_id=macolledelivr-21&marketplace=amazon&region=FR&placement=2709658445&asins=2709658445&linkId=40d1f711c6c189791ea0d06dfd55551a&show_border=true&link_opens_in_new_window=false&price_color=333333&title_color=0066c0&bg_color=ffffff

Mes livres sur Babelio.com


Focus Littérature

Badge Lecteur professionnel

Tags:
#coeurnaufrage #delphinebertholon #editionsjclattes #JCLattes #RL2017 #roman #rentreelitteraire #unLivreunePage. #livre #lecture #books

À la place du mort

baldenberger_a_la-place_du_mort

À la place du mort
Paul Baldenberger
Équateurs
Roman
220 p., 18 €
EAN : 9782849904480
Paru en août 2016

Où?
Le roman se déroule principalement en France, à Paris et en banlieue, à Issy-les-Moulineaux, Fontainebleau, Brunoy Versailles, Le Vésinet ou Meudon ainsi qu’à Lyon, Marseille, Manosque, au Vieux-Boucau et en Auvergne. Tunis et Oxford ainsi que New York et l’Oregon y sont aussi évoqués.

Quand?
L’action se situe des années 1940 à nos jours.

Ce qu’en dit l’éditeur
« Le pistolet était placé à côté du frein à main. Quand le conducteur fut assuré que personne ne pouvait voir la scène sur le point de se dérouler, la scène imaginée, fantasmée, celle qui marquerait son entrée hors du champ de la norme, de la loi, de la vie sociale, quand il fut tout à fait sûr que la longue et morne rue longeant le mur d’enceinte du lycée était déserte, il prit l’arme, la pointa sur ma tête, m’ordonna d’ouvrir la portière et de monter à l’avant, à côté de lui, à la place du mort. »
David a douze ans et attend la belle Nina devant l’aumônerie jouxtant le lycée. Elle ne viendra jamais au rendez-vous. À la place, une Peugeot bleue et un homme armé. Il ne relâchera l’enfant que trois heures plus tard.
Trois heures, le temps pour le bourreau de commettre son crime. Trois heures dans la tête de l’enfant qui fera tout pour survivre.
Entremêlés à ces heures obscures, les fragments de sa vie d’adulte et d’une enfance à l’ombre d’un frère absent : une banlieue tranquille au mitan des années 1980, quelques échappées sur la Côte d’Azur, des voyages lointains et des amours lumineuses pour tromper le vertige. Femmes et paysages dessinent une géographie intime secouée de tremblements. Nulle vallée de larmes, juste l’urgence de trouver la liberté, l’amour, la poésie.
L’écriture somptueuse nous plonge au cœur de ce combat pour conjurer la tragédie et rester du côté de ceux qui sont « un peu plus vivants que morts ».
Un premier roman à bout portant.

Ce que j’en pense
***
Delphine Bertholon dans Les Corps inutiles a raconté comment une jeune fille de 15 ans tente de vivre après une agression sexuelle. Paul Baldenberger (dont on apprend qu’il s’agit d’un pseudonyme et que le récit est autobiographique) nous propose une variation sur ce même thème avec une jeune garçon de douze ans dans le rôle de la victime.
David, qui attend la belle Nina de Valmain, la «fille idéale» près de l’aumônerie est contraint de monter dans une Peugeot 505 bleue et de subir les assauts d’un homme : « J’ai regardé devant pour ignorer l’arme endormie entre ses cuisses. »
Le traumatisme est si violent que seul le mutisme peut enfermer ce crime.
« Il me faudra des années pour revenir à ce tremblement premier, celui des roues de la Peugeot rue Louis-Vicat, l’une des dernières rues pavées de ma banlieue. Tout s’éclairera alors et je tisserai un fil supplémentaire entre ces trois heures et le reste de ma vie. »
Au moment de prendre la plume et de raconter cet épisode, on sent que le temps a passé, mais que les plaies restent ouvertes. Qu’à l’heure du bilan, l’auteur éprouve une sorte de nécessité à revenir sur ce drame et sur toutes les blessures familiales, que ‘est pour lui le moyen de les transcender, à commencer par l’exil de sa mère en 1941 à Tunis où elle est contrainte de fuir, laissant ses parents s’engager dans la résistance : « Lorsque je raconte cette histoire vieille de soixante ans à mon amie, ses yeux brillent. Je suis le grand narrateur, l’homme qui a toujours des histoires sur tout, qui tricote des rêves avec ces lambeaux de passé où il semble si à l’aise, si léger, qui font comme des bandelettes dont il se couvre le corps.»
C’est du reste la grande vertu de ce roman, cette belle écriture, fine et précise, qui permet de dire les choses d’une façon terriblement simple. Comment le petit garçon a grandi à l’ombre d’un frère décédé, comment il a vécu ses premiers émois sexuels, avec Christelle a sept ans. Placé derrière elle durant un cours de chant, il «éprouve une irrésistible envie de toucher sa nuque, de l’embrasser, de la mordre.» Avec Nina quelques années plus tard et à qui il n’osera avouer qu’elle est «comme par inadvertance, associée à un événement plus grand qu’elle, qui la dépasse comme il me dépasse et me submerge. »
Comment tout cela s’arrête brutalement, après ce «tremblement au milieu du mouvement et je suis au-delà de ma vie, comme projeté dans un autre monde, découvrant une nouvelle forêt tandis que l’ancienne s’est évanouie. »
Comment la mort envisagée alors trouve dans l’éloignement un pis-aller. Mais avec un ami allemand avec lequel il grimpe en montagne et avec un séjour en Oregon auprès d’une famille américaine, il reprend goût à la vie. Une vie d’où toute vulgarité est bannie, où le beau est un baume délicat, où le luxe est un pansement agréable et où les partenaires sont belles et riches, même si les relations sont éphémères.
Voilà un premier roman réussi parce que l’on sent à chaque ligne sa nécessité et parce que l’on en oublie le sordide pour n’en garder que la transcendance.

Autres critiques
Babelio
France Inter (La prescription littéraire – Patricia Martin)
L’Express (Jérôme Dupuis)
Libération (Claire Devarrieux)
Blog Le nouveau Cénacle 
Blog Tête de lecture
Blog A la recherche du temps présent 

Les premières pages du livre 

À propos de l’auteur
Paul Baldenberger vit et travaille à Paris. (Source : Éditions Équateurs)

Commandez le livre en ligne sur Amazon (il suffit de cliquer sur la couverture)

Mes livres sur Babelio.com


Focus Littérature

Continuer

mauvignier_continuer

Continuer
Laurent Mauvignier
Éditions de Minuit
Roman
240 p., 17 €
ISBN: 9782707329837
Paru en septembre 2016

Où?
Le roman se déroule à Bordeaux et dans la région, comme à Lacanau, Hossegor, à Projan, à Paris, à Nantes, Tours, dans le Berry ou le Sud de l’Italie, puis au Kirghizistan, dans la région de Bichkek et Osh.
Quand?
L’action se déroule de nos jours.

Ce qu’en dit l’éditeur
Sibylle, à qui la jeunesse promettait un avenir brillant, a vu sa vie se défaire sous ses yeux. Comment en est-elle arrivée là ? Comment a-t-elle pu laisser passer sa vie sans elle ? Si elle pense avoir tout raté jusqu’à aujourd’hui, elle est décidée à empêcher son fils, Samuel, de sombrer sans rien tenter.
Elle a ce projet fou de partir plusieurs mois avec lui à cheval dans les montagnes du Kirghizistan, afin de sauver ce fils qu’elle perd chaque jour davantage, et pour retrouver, peut-être, le fil de sa propre histoire.

Ce que j’en pense
Durant les vingt premières pages du nouveau roman de Laurent Mauvignier, on vit au rythme d’une expédition à cheval dans les plaines et les plateaux du Kirghizistan.
Sybille a choisi d’emmener son fils Samuel dans cette région d’Asie centrale pour partager avec lui sa passion pour la randonnée, mais aussi pour lui faire changer d’air. Car Samuel file un mauvais coton. Retour en arrière, quelques semaines plus tôt.
Look de skinhead, désœuvrement, alcool et drogue, sans oublier la dernière virée dans une villa de Lacanau et cette tentative de viol qui lui vaut de finir à la gendarmerie.
Sybille, qui élève seule son fils, est également au bout du rouleau. Depuis son divorce, elle se laisse aller, n’a plus vraiment goût à rien. C’est un peu en désespoir de cause qu’elle appelle son ex-mari Benoît à la rescousse. Qui, une fois de plus, ne partage pas son avis et refuse de l’aider, même financièrement : « Ton fils fait des conneries et toi au lieu de le foutre en pension avec des gens qui sauront lui tenir la bride, eh bien, non, madame veut lui donner le goût de l’air libre et partir… »
Aussi décide-t-elle de vendre sa maison en Bourgogne et ne laisse pas vraiment el choix à son fils. Soit il l’accompagne, soit c’est la pension.
Toutefois, le Kirghizistan n’a rien du Club Med. Après avoir réussi à se débarrasser de voleurs de grand chemin, la mère et son fils doivent affronter un terrain hostile.
Sur un sol devenu spongieux, au milieu des glaces, ils évitent de peu la mort. C’est, pour Samuel, le moment d’appeler au secours. Car il a promis à son père qu’en cas de danger il serait prévenu.
Mais les quelques jours de voyage, les conditions de vie spartiates, le quotidien avec les chevaux ont fait leur effet. Il va mieux, Sybille le sent : «C’est-à-dire lentement, doucement, les choses apparaissent, il revient vers la vie, ou plutôt il commence, pas à pas, à accepter de prendre le temps de regarder autour de lui ; c’est comme si tout à coup il découvrait qu’un monde existe qui n’est pas lui, dont il n’est pas le centre. »
Voilà qui met un peu de baume sur les blessures d’une mère, dont on va comprendre au fil des pages le lourd passé. Les cauchemars qui l’accompagnent et cette sensation d’être passée à côté de sa vie.
Comme dans son précédent roman, Laurent Mauvignier utilise l’histoire récente, le fait divers, cette fois il s’agit de l’attentat du 25 juillet 1995 dans la station Saint-Michel de la ligne B du RER parisien, pour construire son scénario.
On comprend dès lors combien ce voyage est autant pour le fils que pour la mère l’occasion d’une délicate introspection. Avec le sens de la tension dramatique qu’on lui connaît, l’auteur alterne les phases d’espoir et celles de doutes, les épisodes qui rapprochent avec ceux qui éloignent. Je ne dirai rien de l’épilogue, sinon que nous sommes loin d’un Happy end romantique et pour tout dire peu crédible. Car toujours, il faut continuer.

Autres critiques
Babelio
Télérama (Marine Landrot)
Culturebox (Laurence Houot)
Le JDD (Bernard Pivot)
L’Express (Marianne Payot)
L’Humanité (Jean-Claude Lebrun)
Les Echos (Thierry Gandillot)
La Croix (Patrick Kéchichian)
Atlantico.fr (Marie Ruffin)
Blog Médiapart (Colette Lallement-duchoze)

Les premières pages du livre

Extrait
« Bektash part seul en voiture, sa femme propose d’accompagner les voyageurs jusqu’à leur maison. Elle montera sur l’un des chevaux et eux deux, mère et fils, sur l’autre. Ce soir on boira du lait de jument fermenté, le koumis, de la bière russe, la Baltika, on mangera des pâtes et de la viande de mouton, on parlera de la vie et des gens d’ici et puis, bien sûr, en buvant une vodka, on écoutera ce que les étrangers ont à dire.
Car Sibylle et Samuel savent que, contrairement à ce que leur rencontre matinale pourrait laisser présager, les Kirghizes sont un peuple ouvert et généreux. Sibylle et Samuel acceptent l’invitation, on ne peut pas refuser à celui qui offre son hospitalité, surtout quand il vient de vous sauver la vie. »

A propos de l’auteur
Laurent Mauvignier est né à Tours en 1967. Diplômé des Beaux-Arts en Arts Plastiques (1991). Il publie son premier roman aux Éditions de Minuit en 1999. Depuis, tous ses livres ont été publiés chez le même éditeur. Ses romans s’essayent à circonscrire le réel mais se heurtent à l’indicible, aux limites du dire. Une langue qui tente de mettre des mots sur l’absence et le deuil, l’amour ou le manque, comme une tentative de vouloir retenir ce qui nous file entre les doigts, entre les ans. (Source : laurent-mauvignier.net)

Site Internet de l’auteur
Site Wikipédia de l’auteur

Commandez le livre en ligne
Amazon

Mes livres sur Babelio.com


Focus Littérature

Beaux rivages

BOURAOUI_Beaux_rivages

Beaux rivages
Nina Bouraoui
JC Lattès
Roman
252 p., 19 €
EAN : 9782709650526
Paru en août 2016

Où?
Le roman se déroule principalement à Paris, à Joinville et à Zurich.

Quand?
L’action se situe de nos jours, plus précisément à compter des attentats contre Charlie Hebdo le 7 janvier 2015.

Ce qu’en dit l’éditeur
C’est une histoire simple, universelle. Après huit ans d’amour, Adrian quitte A. pour une autre femme : Beaux rivages est la radiographie de cette séparation.
Quels que soient notre âge, notre sexe, notre origine sociale, nous sommes tous égaux devant un grand chagrin d’amour.
Les larmes rassemblent davantage que les baisers.
J’ai écrit Beaux rivages pour tous les quittés du monde. Pour ceux qui ont perdu la foi en perdant leur bonheur. Pour ceux qui pensent qu’ils ne sauront plus vivre sans l’autre et qu’ils ne sauront plus aimer. Pour comprendre pourquoi une rupture nous laisse si désarmés. Et pour rappeler que l’amour triomphera toujours. En cela, c’est un roman de résistance. N. B.

Ce que j’en pense
Pour cette chronique, j’ai choisi un angle particulier, celui de la bibliothérapie, un concept cher à Régine Detambel qui propose de soigner les maux par la lecture. En lisant Beaux rivages, je me suis en effet d’une part demandé si cela avait fait du bien à Nina Bouraoui d’écrire cette histoire et d’autre part si le roman peut aider le lecteur qui affronte un chagrin d’amour.
En refermant le roman, je crois pouvoir répondre oui à ces deux interrogations, car sans dévoiler l’issue de cette rupture entre A. et Adrian, on comprend l’universalité de ce parcours, les étapes plus ou moins difficiles qu’il faut traverser pour pouvoir s’en sortir. Dans un article, le magazine Psychologies – auquel j’emprunte les intertitres qui suivent – détaille les étapes à traverser. Des étapes qui constituent la trame exacte du roman et qui débute sur le choc d’une annonce forcément brutale. A. vit depuis huit ans une relation forte avec Adrian, un galeriste Suisse. Si leur relation est longtemps restée si intense, c’est sans doute aussi parce qu’entre Zurich et Paris où ils vivent respectivement, ils doivent profiter de chaque minute ensemble. Lors de vacances communes et de déplacements professionnels ou privés chez l’un ou l’autre. Mais le fait de ne pas vraiment vivre ensemble a aussi un inconvénient majeur : malgré les technologies modernes, la séparation fait mal. Adrian en a assez et opte pour une autre relation. Pour A. tout s’effondre.
Un sentiment de vide
«Je ne mangeais plus, ne dormais plus, il me semblait être au centre d’une forêt dévastée, avec aucun arbre pour m’abriter, et il y avait cette femme (je montrai sa photographie) ma rivale, je n’arrivais pas à comprendre, pourquoi elle et pas une autre, et elle tenait ce blog, qui d’une façon était mon dernier lien à Adrian, même si je me trompais, mais j’essayais de savoir où ils en étaient par ce prisme, elle me manipulait, j’étais tombée dans ses filets (…) c’était bon de souffrir, après tout je le méritais peut-être, je me sentais salie, j’avais non seulement perdue confiance en moi, mais en tous les hommes aussi.»
Une angoisse d’abandon
Nina Bouraoui détaille presque chaque minute de cette phase si difficile durant laquelle on ne sait plus vraiment à quoi se raccrocher, où on a l’impression que chaque événement du quotidien est un signe, ou chaque musique entendue – Shy’m, Natasha St-Pier, Pascal Obispo, Emmanuel Moire – résonne trop fort en soi, où même les ami(e)s ne peuvent rien pour vous. «Il me fallait remonter aux sources de l’abandon, non pour trouver un remède, en existait-il vraiment ?, mais un chemin vers la clarté.»
Comprendre les raisons de la rupture
Elle se connecte au «blog de l’autre» pour prendre des nouvelles de son infortune, veut retrouver Adrian pour le reconquérir, puis finit par se rendre compte qu’il n’y aura pas de retour en arrière. Va chercher le soutien du Docteur Krantz. Si la psy ne peut la guérir, elle peut au moins poser un diagnostic et explique « avoir à soulager ses patients d’un nouveau mal – les réseaux sociaux. Elle manquait d’outils pour nous défendre de ce qui était, selon elle, une invention diabolique mettant à rude épreuve le principe même de liberté ; j’en subissais, telle une souris de laboratoire, l’expérience, elle s’en désolait, ne voyant ä court terme, aucune issue au trouble qui me rongeait. »
Une occasion de se redéfinir
Comprenant alors que ce n’est pas en se complaisant dans sa souffrance qu’elle s’en sortira, A. finit par entrevoir une issue, imagine qu’elle peut repartir. Sauf que, fort de cette douloureuse expérience, elle s’engage sans illusions dans sa nouvelle histoire : «On va dans le mur, mais je ne sais pas à quelle vitesse».
Un beau roman, aussi désespéré qu’une histoire d’amour qui se veut éternelle.

Autres critiques
Babelio 
ELLE (Olivia de Lamberterie)
L’Express (Alexandre Fillon)
Publik’Art (Bénédicte de Loriol)
Blog Livresse des mots
Culturebox (Véronique Dalmaz)
Blog Bookalicious (avec interview de l’auteur)
Myboox (avec interview vidéo de l’auteur)

Les 25 premières pages du livre

À propos de l’auteur
Née en 1967, Nina Bouraoui est romancière. Elle est notamment l’auteur de La Voyeuse interdite (prix du Livre Inter 1991), Garçon manqué, La Vie heureuse, Mes mauvaises pensées (prix Renaudot 2005), Appelez- moi par mon prénom et Standard. Ses livres sont traduits dans le monde entier. (Source : Éditions JC Lattès)

Site Wikipédia de l’auteur 

Commandez le livre en ligne
Amazon

Mes livres sur Babelio.com


Focus Littérature

Badge Lecteur professionnel

Les mains lâchées

LLOBET_Les_mains_lachees68_premieres_fois_Logo

Les mains lâchées
Anaïs Llobet
Plon
Roman
152 p., 16 €
ISBN: 9782259249683
Paru en août 2016

Où?
Le roman se déroule principalement aux Philippines, à Manille et sur l’île de Tacloban.

Quand?
L’action se situe en 2013 et durant les mois qui ont suivi.

Ce qu’en dit l’éditeur
Une vague monstrueuse, soulevée par un typhon meurtrier, dévaste les Philippines en quelques minutes et ravage sa myriade d’îles.
Sur l’une d’elles, Madel reprend connaissance, seule au milieu du chaos. Jan, l’homme qu’elle aime, a disparu. Et elle a lâché la main de l’enfant qu’il lui avait confié.
Au prix d’une difficile anesthésie des sentiments, la jeune journaliste se plonge dans son travail, en équilibre entre information et voyeurisme, quand tous les médias du monde se tournent vers les Philippines.
Recueillir la parole survivante, nouer des liens avec les rescapés, c’est conjurer la mort. Mais un typhon de cette violence ne laisse jamais en paix ceux qu’il a épargnés.

Ce que j’en pense
***
Certains livres retiennent votre attention tout simplement par le thème qu’ils abordent. C’est le cas de ce premier roman qui raconte le typhon Yolanda qui a frappé les Philippines en 2013 et ses conséquences. S’il m’a autant touché, c’est parce que la fameuse loi journalistique du nombre de morts en fonction de la distance de l’événement n’a pas cours pour moi. En effet, une amie était sur place pour un reportage touristique à ce moment et a partagé l’expérience d’Anaïs Llobet. Tout au long du livre, j’ai retrouvé beaucoup de son témoignage – oui, elle s’en est également sortie – mais surtout cette formidable tension que de tels événements engendrent et combien ils finissent par modifier la perception que l’on pouvait alors avoir de la vie, de la façon dont on gère son quotidien.
Car c’est bien là le vrai sujet de ce livre, au-delà de l’émotion, des images fortes et du bilan très lourd : sept mille personnes tuées, des milliers de blessés, des dizaines de milliers d’habitants ayant tout perdu et un avenir des plus incertains.
Anaïs Llobet a aujourd’hui la distance nécessaire pour éviter les pièges du sensationnalisme ou plus exactement pour nous plonger dans le dilemme de Madel, la journaliste de télévision touchée jusqu’au cœur par ce drame avec, entre autres, la perte de son mari et d’un enfant qu’on lui avait confié, et d’autre part les demandes de sa chaîne de filmer l’horreur, de faire pleurer dans les chaumières.
Car toutes les télévisions n’ont pas cette «chance» d’avoir un reporter d’images sur place et de pouvoir montrer Yolanda, «le typhon le plus puissant ayant jamais touché terre», d’offrir des témoignages de première main, de plonger au cœur du drame. «Pas d’eau, rien à manger, mais du wifi : bienvenue à l’ère moderne des catastrophes.»
À Tacloban, où les vagues successives ont quasiment tout rasé, Madel va se plonger dans le travail comme dans une thérapie. Elle essaie de faire passer sa douleur au second rang, elle tente de partager son malheur avec les autres victimes pour se persuader qu’elle n’est pas la plus malheureuse. Sans oublier l’enquête sur les mesures de prévention, sur la mauvaise évaluation, sur la désorganisation des secours, sur l’administration des morts, sur l’efficacité des secours et le travail de déblaiement et de reconstruction. Sur le temps qui passe et qui est censé refermer les plaies.
Voilà la grande force du roman : il dépasse le cadre du reportage pour décortiquer les états d’âme, pour nous expliquer combien il est difficile de ne pas sombrer dans le voyeurisme et, à l’opposé, combien les fantômes de Tacloban continuent de hanter les nuits de Madel.

68 premières fois
Blog motspourmots.fr (Nicole Grundlinger)
Blog A l’ombre du noyer 
Blog Les lectures du mouton (Virginie Vertigo)
Blog Bricabook

Autres critiques
Babelio 
Blog L’Albatros (Nicolas Houguet)

Extrait
«Yolanda joue avec la maison comme un chat avec une souris et, un instant, je pense que ça y est, nous nous sommes envolés, nous tournons dans l’oeil du typhon. Le toit craque de partout. D’un coup, les vitres explosent, une noix de coco roule au pied du lit. Lally hurle, pousse la tête de Rodjun sous la couette, pour le protéger des éclats de verre qui volent dans la pièce, comme des oiseaux devenus fous. Un bourdonnement inconnu secoue la maison.
— Madel ! L’eau ! hurle Lally en me montrant le sol. Le bourdonnement continue. Puis, comme si un immense géant assenait une claque à la maison, les murs vacillent. Une vague déferle dans la chambre. Le lit est projeté contre le mur, Lally chute, Rodjun attrape ma main, je sombre.. »

A propos de l’auteur
Anaïs LLobet, journaliste à l’AFP Moscou, était correspondante pour plusieurs médias aux Philippines lorsque le typhon Haiyan a ravagé le pays. Elle a été lauréate du concours organisé par le Haut-Commissariat aux Nations Unies pour les réfugiés.
Les Mains lâchées est son premier roman. (Source : Éditions Plon / Livres Hebdo)

Compte Twitter de l’auteur 

Commandez le livre en ligne
Amazon

Mes livres sur Babelio.com


Focus Littérature

Badge Lecteur professionnel

Notre château

REGNIEZ_notre-chateau68_premieres_fois_Logo

Notre Château
Emmanuel Régniez
Le Tripode
Roman
128 p., 15 €
ISBN: 9782370550781
Paru en janvier 2016

Où?
Le roman se déroule principalement dans le Château situé dans une ville qui n’est pas nommée.

Quand?
L’action se situe de nos jours.

Ce qu’en dit l’éditeur
Un frère et une sœur vivent reclus depuis des années dans leur maison familiale, qu’ils ont baptisée « Notre château ». Seule la visite hebdomadaire du frère à la librairie du centre-ville fait exception à leur isolement volontaire. Et c’est au cours de l’une ces sorties rituelles qu’il aperçoit un jour, stupéfait, sa sœur dans un bus de la ligne 39. C’est inexplicable, il ne peut se l’expliquer. Le cocon protecteur dans lequel ils se sont enfermés depuis vingt ans commence à se fissurer.
On pourrait penser aux films Les Autres de Alejandro Amenábar, Shining de Kubrick, ou à La Maison des feuilles de Danielewski. En reprenant à son compte l’héritage de la littérature gothique et l’épure de certains auteurs du nouveau roman, Emmanuel Régniez réussit un roman ciselé et singulier, qui comblera les amateurs d’étrange.
« Je soigne ma mélancolie en me racontant des histoires qui pourraient me faire peur.» Emmanuel Régniez.

Ce que j’en pense
***
Pour ses débuts en littérature, Emmanuel Régniez s’est souvenu des contes de son enfance. Quand, entouré de ses parents, il rêvait sa vie plutôt qu’il ne la vivait. Entouré de ses sœurs, il aimait de raconter des histoires, accompagner son père dans des parties de chasse mémorables. « Nous étions si heureux au sein de notre château, au milieu des bois, sur la pente d’une colline. »
Cependant Octave n’est pas dupe. «En réalité je n’allais pas à la chasse mais j’accompagnais mon père au marché et l’aidais à vider le coffre de la voiture. Ma mère souvent râlait car mon père n’avait pas acheté ce qu’elle voulait.» On ajoutera que le château n’existait pas davantage. Du moins jusqu’au jour où un notaire annonça que la famille héritait d’une grande et belle maison, en ajoutant qu’une clause dudit testament interdisait au père d’y habiter. Cette bizarrerie a-t-elle provoqué l’accident de voiture mortel sur la route du retour ? Personne ne le saura jamais. Toujours est-il que les orphelins purent dès lors prendre possession du château.
Octave, le narrateur, et Véra vont y aménager une grande bibliothèque et y vivre quasiment reclus. « Notre monde est contenu dans Notre Bibliothèque. Notre monde est notre bibliothèque. »
Octave s’autorise une sortie par semaine, à la librairie du centre-ville, afin d’acheter quelques ouvrages supplémentaires. C’est à ce moment, très précisément le jeudi 31 mars à 14h 32, que leur existence si paisiblement réglée, va basculer.
Octave voit Véra, qui ne sort jamais et à fortiori jamais dans un bus, « dans le bus n°39 qui va de la Gare à la Cité des 3 Fontaines, en passant par l’Hôtel de ville. »
Un incident somme toute banal, mais qui mettre à mal toutes les certitudes, entrainer toute une série d’autres phénomènes étranges.
Qui a tort ? Qui a raison ? Où se situe la frontière entre l’étrange, le fortuit et l’irréel ? En choisissant de répéter certaines phrases, comme pour les marteler, l’auteur réussit à installer une atmosphère très prenante, qui nous fait douter de nos certitudes. Véra a-t-elle raison de reprocher son entêtement à Octave ? «Coupable comme tu sais l’être, tu es prêt à inventer n’importe quelle histoire».
Voilà le lecteur pris au piège, incapable de trancher. Ce couple énigmatique dans cette demeure mystérieuse a quelque chose d’hypnotique. À l’image du cahier photo de Thomas Eakins rassemblé en fin de volume. Seul petit bémol, la couverture qui est à mon sens totalement manquée et ne poussera sans doute pas à l’achat spontané en librairie. Du coup, les blogueurs sont là…

68 premières fois
Blog motspourmots.fr (Nicole Grundlinger)
Blog Tout ce qui se lit (Marie-Blanche xxx)
Blog Domi C lire (Dominique Sudre)
Blog Alias Noukette (Françoise Lavabo)
Blog Les Jardins d’Hélène (Laure xxx)
Blog Entre les lignes (Bénédicte Junger)
+ Interview de l’auteur
Blog Le chat qui lit (Nathalie Cez)
Blog Les livres de Joëlle (Joëlle xxx)
Libfly (Catherine Airaud)

Autres critiques
Babelio
L’Opinion (Bernard Quiriny)
Blog Mes Imaginaires
Blog Charybde 27
Blog Le Labo de Benoît
Blog Un dernier livre avant la fin du monde

Les premières pages du livre

Citation
« Une maison qui contient beaucoup de livres est une maison ouverte au monde, est une maison qui laisse entrer le monde. Chaque livre qui entre est un fragment du monde extérieur et, tel un puzzle, quand nous posons ensuite le livre dans les rayons de Notre Bibliothèque, nous recomposons le monde, un monde à notre image, à notre pensée. » (p. 39)

A propos de l’auteur
Emmanuel Régniez est un écrivain de langue française. Notre Château est son premier roman. Il est aussi l’auteur de l’Abc du gothique aux éditions Le Quartanier. (Source : Éditions Le Tripode)

Compte Twitter de l’auteur

Commandez le livre en ligne
Amazon

Mes livres sur Babelio.com


Focus Littérature

L’arbre du pays Toraja

CLAUDEL_Larbre_du_pays_Toraja

L’arbre du pays Toraja
Philippe Claudel
Stock
Roman
216 p., 18 €
ISBN: 9782234081109
Paru en janvier 2016

Où?
Le roman se déroule sur l’île de Sulawesi où vivent les Toraja, mais Paris, Nancy, Gretz-Tournan, l’île d’Oléron et Samoëns sont également évoquées, tout comme New York, Pittsburgh, São Paulo, Venise, Lampedusa, un port de pêche de la baie d’Along et Pula en Croatie

Quand?
L’action se situe de nos jours.

Ce qu’en dit l’éditeur
« Qu’est-ce que c’est les vivants ? À première vue, tout n’est qu’évidence. Être avec les vivants. Être dans la vie. Mais qu’est-ce que cela signifie, profondément, être vivant ? Quand je respire et marche, quand je mange, quand je rêve, suis- je pleinement vivant ? Quand je sens la chaleur douce d’Elena, suis-je davantage vivant ? Quel est le plus haut degré du vivant ? »
Un cinéaste au mitan de sa vie perd son meilleur ami et réfléchit sur la part que la mort occupe dans notre existence. Entre deux femmes magnifiques, entre le présent et le passé, dans la mémoire des visages aimés et la lumière des rencontres inattendues, L’Arbre du pays Toraja célèbre les promesses de la vie.

Ce que j’en pense
****
Il y a sans doute de multiples manières d’aborder la mort. Il y a aussi de multiples manières de lire le nouveau roman de Philippe Claudel. Pour certains, ce texte traite d’abord des défunts, du chagrin et du deuil, pour d’autres il éclaire les incroyables capacités des humains à surmonter le chagrin, à transcender la mort. Boris Cyrulnik y verra par exemple une nouvelle illustration de la résilience. Et je pense qu’il aura raison, à l’image de la belle idée qui donne son titre à l’ouvrage.
L’arbre du pays Toraja sert de sépulture aux enfants de l’île de Sulawesi, en Indonésie. Les petits cadavres sont déposés dans les anfractuosités de son tronc lors de cérémonies qui rassemblent tous les membres de la communauté. « Au fil des ans, lentement, la chair de l’arbre se referme, gardant le corps de l’enfant dans son grand corps à lui, sous son écorce ressoudée. Alors peu à peu commence le voyage qui le fait monter vers les cieux, au rythme patient de la naissance de l’arbre. »
Il ne s’agit donc pas à proprement parler d’une tombe, mais d’une vie qui continue à se développer, dont l’arbre se nourrit. S’il porte les stigmates de ce «cadeau», il fait surtout office de «grand cicatriseur». Un chemin qui est en quelque sorte une proposition de guérison pour les parents. Une démonstration que la vie continue…
Pour l’écrivain-cinéaste qui perd Eugène, son producteur, ami et aussi inspirateur, le choc est rude. Car ce décès fait suite à l’annonce d’un cancer, une année plus tôt, et du combat contre ce destin qui devient peu à peu inexorable. Quelle injustice pour cet homme qui « avait le talent de me mettre sur des pistes, par livres interposés, quand je travaillais sur un sujet, même si les récits et romans qu’il m’indiquait ne me paraissaient pas, après la première lecture, avoir de rapports directs avec le film que j’essayais d’écrire. »
Avant cela, il y avait eu la mort d’Agathe. « Un enfant mort-né. Mort-né, c’est une des formules les plus abruptes de la langue. Définitive. Là encore affaire de distance. Une distance infiniment petite, dont la petitesse signe l’absence puisque les deux extrêmes, naissance, mort, se confondent. Naître mort. Le plus effroyable des oxymores. » Le couple qu’il formait avec Florence n’a pas résisté à l’épreuve, même s’ils sont restés très proches. En ira-t-il autrement avant la voisine du 6e qu’il observe depuis sa table de travail ? La jeune Elena sera-t-elle autre chose qu’un dérivatif ?
Car les douloureuses et difficiles questions restent en suspens : comment surmonter sa peine, comment rendre hommage au disparu et surtout comment continuer à vivre.
Les superbes pages que nous propose Philippe Claudel apportent en quelque sorte la plus belle des réponses à ses interrogations.
À partir de leurs expériences, de leurs souvenirs communs, il imagine une voie qui lui permet d’associer l’absent à son projet, de recomposer un univers. Comme le ferait un réalisateur, un écrivain, un musicien. Aussi n’est-il pas étonnant que l’on croise au fil des pages quelques uns de ces créateurs, de Borges aux Rolling Stones.
Au fil du récit, on comprend qu’Eugène vient prendre place aux côtés d’autres disparus qui, à des degrés divers, accompagnent l’auteur dans sa quête, inspirent son œuvre – «Nous autres vivants sommes emplis par les rumeurs de nos fantômes». À l’image des enfants de l’arbre du pays Toraja, ces disparus continuent de croître avec lui.
Si le récit est très libre dans sa forme, cette suite de réflexions conduit avec beaucoup de poésie et de finesse à cette magnifique leçon qui nous apprend qu’après sur-vivre, on peut re-vivre.

Autres critiques
Babelio
Télérama (Nathalie Crom)
France 3 (Un livre, un jour – Olivier Barrot)
Paris Match (Valérie Trierweiler)
Pleine Vie (Stéphanie Gatignol)
L’Est Républicain (Pascal Salciarini)
Blog Adepte du livre
Blog MicMélo Littéraire
Blog Clara et les Mots

Extrait
Le début du livre

A propos de l’auteur
Écrivain traduit dans le monde entier, Philippe Claudel est aussi cinéaste et dramaturge. Il a notamment publié aux éditions Stock Les Âmes grises, La Petite Fille de Monsieur Linh, Le Rapport de Brodeck. Membre de l’académie Goncourt, il réside en Lorraine où il est né en 1962. (Source : Editions Stock)

Commandez le livre en ligne
Amazon

Mes livres sur Babelio.com


Focus Littérature

Ça aussi, ça passera

BUSQUETS_Ca_aussi_ca_passera

 

 

 

 

 

 

Ça aussi, ça passera
Milena Busquets
Gallimard
Roman
Traduit de l’espagnol par Robert Amutio
192 p., 17 €
ISBN: 9782070149117
Paru en avril 2015

Où?
L’action est située en Espagne, principalement à Cadaqués, et à Barcelone.

Quand?
Le roman se déroule de nos jours.

Ce qu’en dit l’éditeur
«C’est l’été, la saison préférée de Blanca. Après le décès de sa mère, elle quitte Barcelone pour s’installer dans la maison de vacances familiale de Cadaqués. Sur cette terre riche des souvenirs de son enfance, sous le soleil de la Méditerranée, elle cherche l’apaisement. Mais elle ne part pas seule, une troupe disparate et invraisemblable l’accompagne : ses deux ex-maris, les fils qu’elle a eus d’eux, ses amies Sofía et Elisa, son amant Santi et, bien entendu, sa mère défunte, à qui elle ne cesse de parler par-delà la mort, tant cette disparition lui semble difficile et inacceptable.
Les baignades, les promenades en bateau et les siestes dans le hamac vont se succéder, tout comme ces longs dîners estivaux au cours desquels les paroles s’échangent aussi facilement que les joints ou les amours. Les souvenirs affleurent alors, faisant s’entrelacer passé et présent. Blanca repense à cette mère fantasque, intellectuelle libre et exigeante, qu’elle a tant aimée et tant détestée. Elle lui écrit mentalement une lettre silencieuse et intense dans laquelle elle essaie de faire le bilan le plus honnête de leur relation douloureusement complexe.
Elle lui dit avec ses mots tendres, drôles et poignants que face à la mort elle choisit l’élégance, la légèreté, la vie.
Elle lui dit qu’elle choisit l’été et Cadaqués car elle sait que ça aussi, ça passera.
Livre événement de la Foire de Francfort 2014, traduit et publié dans une trentaine de pays, ce deuxième roman de Milena Busquets est un petit prodige d’équilibre et d’intelligence.

Ce que j’en pense
***

En refermant ce beau roman, on imagine Almodovar derrière la caméra, nous montrant le décor et la lumière de Cadaqués et rassemblant ici une galerie d’actrices et d’acteurs qu’il sait si bien dénicher. Le Claude Sautet des Choses de la vie aurait sans doute aussi pu mettre en scène l’histoire de Blanca dont le scénario tient en quelques lignes, voire en quelques mots : « C’est fait. Ma mère est morte. Je crois que je vais m’installer à Cadaqués. »
Au seuil de la quarantaine, ce décès est l’événement qui va entraîner l’introspection : « lorsque le monde commence à se dépeupler des êtres qui nous aiment, nous nous transformons peu à peu, au rythme des morts, en inconnus. »
Pour essayer de supporter sa solitude nouvelle, elle choisit de quitter Barcelone pour la maison familiale, entourée de ses amies Sofia qui « transforme tout en événements frivoles et festifs dont elle est le centre » et Elisa, de ses deux ex-maris, Óscar et Guillem, sans oublier les amis et voisins installés dans la petite ville côtière.
« Assis à l’arrière, il y a les trois enfants, Edgar, Nico et Daniel, le fils de Sofia, à côté d’Úrsula, la baby-sitter. Je conduis et Sofia joue le copilote. Je continue à trouver bizarre et un peu absurde que ce soit moi qui dirige tout ça, moi qui décide de l’heure de départ, tienne le volant, donne les instructions à Úrsula, choisisse les affaires que vont emmener les enfants. »
Pour se changer les idées, elle regarde les autres vivre, pour mettre entre parenthèse la mort elle a aussi recours au sexe. Elle qui a la chance d’avoir entrevu l’esprit des années 1960, croit toujours à la liberté sexuelle, même si comme le décor qui l’entoure, les choses ont beaucoup changé et la nostalgie prédomine : « Les souvenirs s’amoncellent les uns sur les autres et forment un voile compact qui, pour une fois, ne m’étouffe pas. J’imagine qu’une maison familiale, c’est cela, un lieu qui a vu passer tout le monde et où tout est arrivé. »
Entre la chronique de cette parenthèse estivale et la relation de ses souvenirs Milena Busquets raconte la relation d’une fille avec sa mère, raconte cette mère avec beaucoup de pudeur et de subtilité et la peur de ce qui va arriver, la crainte de ne pouvoir maîtriser ce manque, cette absence.
C’est avec beaucoup de finesse et de subtilité que l’auteur évite les écueils du pathos ou de la mièvrerie. Elle sait, à l’image de cette amie qui vient la secouer, que la vie doit l’emporter. « Ta mère est morte, elle était âgée et très malade, pendant les derniers mois elle a beaucoup souffert et t’as fait beaucoup chier, mais elle a eu une vie merveilleuse, elle a aimé et a été aimée, elle a réussi, elle a eu des amis, des enfants, elle s’est amusée et, d’après ce que tu dis, elle a toujours fait ce qui lui plaisait. Et tu l’aimais, et tu es triste et un peu paumée, mais ça ne te donne pas le droit de foutre en l’air la vie de tout le monde. »
Peut être que le beau ténébreux croisé à l’enterrement – comment drague-t-on dans un cimetière ? – lui permettra de panser ses plaies…

Autres critiques
Babelio
L’Express (François Busnel)
Télérama
Blog Cultur’elle (Caroline Doudet)
Blog Mots pour mots
Blog Clara et les mots

Extrait
« À ma connaissance, la seule chose qui ne donne pas la gueule de bois et met entre parenthèse la mort – comme la vie – c’est le sexe. Son effet foudroyant réduit tout en décombres. Mais ça ne dure que quelques instants ou, tout au plus, si vous vous endormez ensuite, quelques heures. Puis les meubles, les vêtements, les souvenirs, les lampes, la panique, la tristesse, tout ce qui avait disparu happé par une tornade pareille à celle du Magicien d’Oz redescend et reprend sa place exacte, dans la chambre, dans la tête, dans le ventre. » (p. 15)

A propos de l’auteur
Milena Busquets est né à Barcelone en 1972. Elle a fréquenté le Lycée Français de Barcelone et a obtenu un diplôme en archéologie de l’Institut d’archéologie de l’University College de Londres. Elle a travaillé pendant de nombreuses années au Editorial Lumen, la maison d’édition que sa famille avait mis en place au début des années 1960 et qui a été vendue à Random House quarante ans plus tard. Elle a ensuite fondé sa propre maison d’édition, a écrit un premier roman intitulé También esto passará (Ça aussi, ça passera), a travaillé pour un magazine de potins et de relations publiques pour une marque de mode et travaille actuellement en tant que journaliste et en tant que traducteur. (Source : http://www.pontas-agency.com)

Site Wikipédia de l’auteur

Commandez le livre en ligne
Amazon

Mes livres sur Babelio.com

Dis-moi oui

KERNEL_Dis-moi_oui

Dis-moi oui
Brigitte Kernel
Flammarion
Roman
324 p., 19 €
ISBN: 9782081305069
Paru en janvier 2015

Où?
Le roman est composé de quatre parties, la première et la dernière se déroulant à Paris, notamment dans le quartier de Montmartre, la seconde à Montréal et le troisième à Las Vegas. On y évoque aussi le lac de Bouzey dans les Vosges et Nancy.

Quand?
L’action de déroule de nos jours, sur dix mois, allant de décembre à septembre de l’année suivante.

Ce qu’en dit l’éditeur
Après avoir hésité entre deux femmes, la narratrice de ce roman se retrouve confrontée à la question de la reconstruction de son couple. En amour, une seconde chance est-elle possible ?

Ce que j’en pense
***

Nous sommes à Paris en hiver. L’actualité est à l’image de la météo : « on ne parlait que de crise, licenciements, chômage, immobilier inabordable pour les jeunes, hausse des prix délirante, retraites qui n’existeraient plus si on continuait comme ça […] Allumer la radio devenait une épreuve, lire les colonnes économiques des journaux diffusait un sourde anxiété. L’amour avait dit une actrice à la télévision, l’amour, il ne reste que ça. »
Or justement, de ce côté là aussi les choses ne vont pas au mieux pour la narratrice. Elle veut mettre fin à sa relation avec Marie, dont elle pressent qu’elle ne mènera à rien tant leurs caractères sont opposés. De plus, elle n’a pas encore fait le deuil d’un premier amour. Mais Marie s’accroche. Elle ne veut pas de cette rupture et lance tous ses atouts sur la table. La carte de la compassion par exemple, qu’elle a déjà su jouer avec brio. Ou encore celle de la passion fusionnelle, qui ferait vaciller les partenaires les plus décidées. « Marie, un ouragan, un tsunami, un magma de colères, des bouderies à rebonds. » qui se nourrit même de la violence de l’autre pour assouvir son dessein. Marie qui, après s’être éloignée, contre-attaque de plus belle. Harcèle sans cesse sa partenaire, la couvrant de promesses.
Au milieu de cette vraie-fausse rupture, la maladie et la mort de son père, vient encore plus exacerber les tensions, mettre les nerfs à vif. Cette fois, c’en est trop. Un break est plus que nécessaire. Elle s’envole pour Montréal.
Brigitte Kernel a l’art de la construction romanesque. Elle partage cette année particulière en trois temps. Après l’hiver parisien, vient l’été québécois. A Montréal elle retrouve Léa et cet amour qu’elle s’est toujours refusée à croire terminé. Mais s’il suffisait de se retrouver pour que tout soit comme avant et pour que sa partenaire soit au diapason de ce que l’on ressent…
Commence alors un chassé-croisé patient qui conduira à un voyage improbable à Las Vegas, en août. Avec Léa et avec sa mère qu’elle retrouve dans cet univers de pacotille. Pourtant, c’est bien là que les masques tombent, que la douleur peut s’exprimer, que les comptes vont se régler : « Jamais ces dernières années tu ne t’es inquiétée de moi, de papa, de ce qu’Aimée pouvait me faire vivre en refusant de s’occuper de lui, me laissant tout à charge, allant même jusqu’à vouloir le mettre sous curatelle, le déménager de chez lui, cet espace où il ne cessait de sourire, serein, apaisé… »
Un roman vrai et sincère sur les épreuves qui jalonnent une vie, mais surtout sur la reconstruction après un drame, un échec. Bref, une belle bouffée d’oxygène !


Autres critiques

Babelio
Blog La XXVe heure
Les chroniques de Koryfée, par Karine Fléjo

Extrait

« J’observais Léa quand elle ne me regardait pas, elle me fixait quand je détournais les yeux. Son visage, dans la lumière de ce début d’été québécois, cette manière si particulière de baisser les paupières quand je la fixais, le minuscule grain de beauté qui trônait comme un diamant entre ses deux clavicules, c’était comme si tout nous était revenu. Sauf que nous n’étions plus ensemble. Sauf qu’elle n’avait plus confiance. Sauf qu’elle était toujours en colère. Sauf qu’elle avait, comme moi, perdu une dizaine de kilos. Sauf qu’elle ne supporterait pas que j’effleure le dessus de sa main. » (p. 116)

A propos de l’auteur
Productrice-animatrice d’émissions littéraires sur France Inter, Brigitte Kernel présente « Noctiluque » tous les dimanches soirs. Elle a déjà publié plusieurs romans, dont Autobiographie d’une tueuse, Tout sur elle ou Fais-moi oublier, chez Flammarion. (Source : Editions Flammarion)
Site Wikipédia de l’auteur
Site internet de l’auteur
Site Facebook de l’auteur


Commandez le livre en ligne

Amazon