Les imparfaits

YAZBECK_les_imparfaits
img_20190320_190411_5425576142051454004955.jpg  Logo_premier_roman
Sélectionné pour le « Prix Orange du livre 2019 »

En deux mots:
Gamal, ex- grand reporter de guerre et ex-mari, découvre un billet d’avion Londres-Naples au nom de son ami Howard et par la même occasion que ce dernier lui a menti. Le voyage à Positano va être riche de révélations, de nouveaux mensonges, et de remises en cause.

Ma note:
★★★ (bien aimé)

Ma chronique:

L’ami, l’ex-femme, les mensonges

C’est à un savoureux cocktail que nous invite Sandrine Yazbeck en revisitant le trio amoureux. «Les imparfaits» se retrouvent sur la côte amalfitaine pour régler leurs comptes. Ils ne sont pas au bout de leurs surprises.

À tout seigneur, tout honneur: dans ce roman polyphonique, c’est d’abord Gamal qui prend la parole. Il a été grand reporter de guerre et lauréat du Prix Pulitzer. Aujourd’hui, c’est-à-dire en 2013, il mène une vie d’ermite à Londres – sa femme Clara l’a quittée cinq ans auparavant – passant une grande partie de son temps à lire les journaux et à refaire le monde dans sa bibliothèque avec son fidèle ami Howard. Or, c’est justement à l’issue de l’une de ces revues de presse qu’il découvre un billet d’avion Londres-Naples, assorti d’une réservation d’hôtel à Positano au nom d’Howard. «En n’importe quelle autre circonstance, je n’y aurais pas accordé d’importance. J’ai toujours considéré que si l’un de mes amis mentait, c’était qu’il avait probablement une bonne raison de le faire. Mais cette fois-ci, c’était différent. Dans le mensonge de cette matinée d’hiver, tout m’avait interpellé.»
Car Clara a passé sa jeunesse à Positano et, si elle n’a jamais donné de ses nouvelles depuis son départ, on peut très bien imaginer qu’elle ait eu envie de retrouver ses racines. Et tandis que Gamal se perd en conjectures, Howard arrive à Positano.
C’est à son tour de s’exprimer, alors que le chauffeur de taxi lui inflige sa conduite audacieuse sur les lacets menant à la station balnéaire connue de la côte amalfitaine. «Je n’ai jamais compris les Italiens. Foncièrement, je ne crois pas qu’un Anglais le pourra jamais. Je n’ai jamais compris les femmes non plus. Les femmes … Ne s’aperçoivent-elles vraiment pas quand un homme les aime? C’est pourtant ce qu’elles veulent, qu’un homme les aime… Comment Clara avait-elle pu pendant si longtemps ignorer mes sentiments? Cela me semblait inconcevable.» Désormais, il peut confesser qu’il a attendu que Gamal parte pour une conférence à Berlin pour séduire Clara et faire fi de leur amitié.
Dans ce trio, c’est maintenant à Clara de raconter sa rencontre avec Gamal, ce coup de foudre immédiat et sa déception en constatant qu’il ne voulait pas d’enfants. Mais, avec la conviction qu’elle parviendrait à la faire changer d’avis, elle est restée attachée à lui jusqu’à ce jour où elle apprend qu’elle est malade et qu’elle décide partir pour Positano. Sauf que le témoignage de Clara vient d’un carnet qu’elle a laissé avant de mourir. Un carnet destiné à Gamal, mais que Howard découvre et qui va tout à la fois le réjouir et le désespérer : «Je n’ai pu m’empêcher de me demander tout au long du repas ce qu’auraient été nos vies si nous nous étions laissés aller à un instant de faiblesse lui et moi. En l’embrassant, j’embrassais celui que j’aurais depuis longtemps dû embrasser, je regardais celui que j’aurais dû depuis longtemps regarder, je regardais celui qui, des enfants, lui m’en aurait donné.»
Sandrine Yazbeck a réussi, pour son premier roman, à nous offrir une variation piquante du trio amoureux, en jouant sur différents registres et en enrichissant ainsi la psychologie des protagonistes. Gamal saura-t-il jamais ce que contient le carnet? Howard pourra-t-il se pardonner son manque d’initiative? Les deux hommes pourront-ils continuer à se voir, à refaire le monde ensemble? C’est sur la côte amalfitaine que se trouvent les réponses de ce roman so british dans lequel chacun des protagonistes vit avec sa vérité et dans lequel chacun devra finir par avouer qu’il fait partie de ce club très ouvert, celui des imparfaits.

Les imparfaits
Sandrine Yazbeck
Éditions Albin Michel
Roman
154 p., 15 €
EAN 9782226439062
Paru le 03/01/2019

Où?
Le roman se déroule principalement en Angleterre, à Londres et en Italie, à Positano. On y évoque aussi l’Égypte et plus particulièrement Le Caire.

Quand?
L’action se situe en 2013, avec de nombreux retours en arrière.

Ce qu’en dit l’éditeur
Londres 2013. Depuis la disparition de sa femme Clara cinq ans plus tôt, Gamal, ancien grand reporter de guerre n’a jamais cherché à la retrouver. Aussi quand il découvre qu’Howard, son meilleur ami, se rend en secret à Positano dont elle est originaire, tout se met à vaciller.
Entre mensonge et trahison, amour, amitié et rivalité, le puzzle d’un trio apparemment parfait s’ouvre sur leurs failles et leurs secrets. À la fois intimiste et ouvert aux grands enjeux du monde, Les imparfaits entrelace les émotions, les relations, les leurres que nous entretenons autant avec ceux que nous croyons connaître qu’avec nous-mêmes.

Les critiques
Babelio 
Lecteurs.com
Le Berry Républicain / La Montagne (Blandine Hutin-Mercier)
Blog Le domaine de Squirelito 
Blog À l’ombre du noyer 
Blog Sur la route de Jostein 
Blog Au chapitre 
Blog Jadorelalecture.com 
Blog Un brin de Syboulette 

INCIPIT (Les premières pages du livre)
« Londres 2013
Gamal
Adossé au coffre rouillé de ma voiture, je regardais les arbres nus de l’hiver et les filets de tennis de Burton Court qui disparaissaient sous la neige. Le vent glacé qui pénétrait par la porte du garage agitait la carte postale que je tenais encore à la main. Dans le garage, tout était en place tel que je l’avais laissé. Une fine couche cendrée recouvrait la Bentley et les piles de journaux que j’avais entassées contre les murs au cours des années. «Pourquoi donc t’embarrasses-tu de cela? avait demandé Clara. Tu sais que tu ne reviendras jamais les lire.» Comme souvent, elle avait raison. Cela faisait cinq ans que je n’étais pas descendu là, cinq ans déjà que mes jambes arthritiques et déloyales avaient rendu ce périple insurmontable. Mais ce jour-là – comment l’oublier? – on m’avait donné une excellente raison de me surpasser.
Howard venait de quitter ma bibliothèque, comme il le faisait chaque matin à dix heures précises après notre revue de presse, laissant derrière lui une montagne de journaux désordonnés. Je riais encore des déboires ubuesques du président du Conseil italien embourbé dans les méandres du «Rubygate» lorsque j’aperçus, dépassant des pages du magazine Foreign Affairs, un petit avion jaune sur fond bleu, un logo dont la simplicité contrastait avec l’épineuse question de couverture: «Peut-on sauver l’Amérique?» Tirant délicatement sur le feuillet, je vis apparaître une confirmation de voyage: il s’agissait d’un aller-retour Londres-Naples, assorti d’une réservation d’hôtel à Positano au nom d’Howard. Or celui-ci devait partir en convalescence en Floride, comme il m’en rebattait les oreilles depuis des semaines. En n’importe quelle autre circonstance, je n’y aurais pas accordé d’importance. J’ai toujours considéré que si l’un de mes amis mentait, c’était qu’il avait probablement une bonne raison de le faire. Mais cette fois-ci, c’était différent. Dans le mensonge de cette matinée d’hiver, tout m’avait interpellé.
Pourquoi Howard allait-il à Positano en plein mois de janvier alors que son médecin lui avait ordonné de passer les huit prochaines semaines dans un établissement de repos au soleil? À Positano où il pleuvait, faisait froid, où les restaurants et galeries d’art étaient fermés, lui qui ne supportait pas la solitude, alors qu’il n’y avait pas cent personnes à la ronde à cette époque de l’année? À Positano, le village où ma femme, qui s’était volatilisée cinq ans auparavant, avait passé sa jeunesse? Difficile de croire que ce voyage n’ait rien à voir avec elle: Howard ne pouvait pas aller sur la côte amalfitaine fin janvier pour se remettre de la pneumonie qui l’avait laissé exsangue. Alors pourquoi? Se pouvait-il que Clara soit là-bas?
Clara m’avait confié il y a plus de trente ans, quand nous avions emménagé ensemble, la seule photo qu’elle avait conservée de la maison dans laquelle elle avait grandi avec ses cousins. «Je veux garder cette photo, avoir quelque chose de mon enfance. Mais je ne veux pas la voir, tu comprends?» avait-elle expliqué. Elle n’était jamais retournée sur la côte amalfitaine, du moins à ma connaissance, depuis l’accident qui avait coûté la vie à ses parents quand elle était adolescente. Se pouvait-il qu’elle ait renoué avec son passé? Il me fallait en avoir le cœur net. Retrouver la photo, identifier la maison, la localiser sur Google Earth, trouver son adresse, le numéro de téléphone et appeler. Et qui sait? Parler à Clara peut-être…
À contrecœur, je m’étais décidé à braver la volée de marches qui me séparait du garage abritant la Bentley bleue sans âge dans laquelle j’avais enfoui les objets de mon passé. Elle ne pouvait plus rouler et je ne pouvais plus conduire, mais je n’avais jamais pu me résoudre à de moi sur la banquette arrière, de solides reliures de cuir noir aux lettres finement dorées que je commençai à feuilleter, voguant de cliché en cliché. Je cherchais quelque chose qui me mènerait à Positano, quelque chose qui me mènerait à Clara. Je cherchais ce que j’aurais dû chercher il y avait cinq ans quand elle avait disparu.
Naturellement, je trouvai tout sauf la photographie que je convoitais: des portraits de famille jaunis, les épreuves de mes reportages de guerre, les pages à l’encre bleue presque effacée de mes carnets d’enfant et quelques croquis naïfs inspirés par la guerre pour la conquête de l’espace qui commençait. Je forçai à nouveau mes jambes endolories vers le coffre. Fouillant dans ce glorieux désordre en quête de la villa de Clara, écartant pêle-mêle les prix récompensant ma carrière et les pellicules argentiques périmées, je réalisai avec stupeur que non seulement je ne trouvais pas ce fichu cliché, mais qu’aucun de mes albums ni boîtes de souvenirs ne contenait la moindre photo de Clara. Je me rendis compte, avec un certain malaise, que je n’avais jamais ajouté de photo de ma femme à mes effets personnels.
Chassant ces pensées, je saisis un petit volume dont la couverture au cuir desséché craqua entre mes mains. L’ouvrant avec précaution, je tombai en arrêt devant une carte postale de facture récente dont l’état tranchait avec celui des autres objets. Elle représentait un tableau de Magritte, La Trahison des images, ce tableau sur lequel le peintre avait écrit, sous la représentation d’une pipe, «Ceci n’est pas une pipe». Ce tableau avait une signification particulière pour Clara et pour moi, car c’était par une carte postale identique écrite depuis le brouillard d’un champ de guerre que j’avais, à distance, demandé à Clara de m’épouser. Je retournai aussitôt la carte du livre: ce n’était pas la mienne. Au dos de celle que je tenais à la main se trouvait une inscription calligraphiée en arabe, une inscription qui n’avait rien à y faire.
Seule Clara connaissait la signification du tableau de Magritte et l’existence des trésors cachés dans ma Bentley. Seule Clara savait qu’un jour j’y trouverais cette carte. Mais à part moi, seul Howard connaissait l’existence et la signification de la phrase qui y était inscrite. Comment cette inscription et ce tableau de Magritte étaient-ils venus à se rencontrer? Cette carte avait-elle un lien avec la disparition de Clara?
Elle me rappelait celle que mon père passait des heures à entretenir, sous la brise hoquetante de son vieux ventilateur, dans les nuits désormais lointaines du Caire de mon enfance.
Je descendis les marches précautionneusement une à une, alternant le poids de mon corps entre la rampe de l’escalier et la poignée d’une béquille, me demandant comment je ferais pour les remonter. Sans réponse à ma question, je parvins au bas de la dernière marche et repris mon souffle en observant l’aspect lugubre de la pièce. L’air était fétide, irrespirable. Autour de moi, tout était devenu gris. Je pensais aux albums photo qui peuplaient le coffre de ma voiture et à tous les objets que j’y avais laissés sans m’être jamais retourné. Reprenant ma béquille en main, je me dirigeais lentement vers eux avec le sentiment latent que quelque chose de désagréable m’y attendait. À ma grande surprise, le coffre était déjà ouvert. J’en dépoussiérais le contenu à l’aide du chiffon que j’y trouvai, retardant d’autant le moment où il me faudrait regarder. Je disposais ensuite les albums à côté jours à la main. Je pensais à Clara. Je me remémorais notre promenade, ici même, le matin de sa disparition. Burton Court était alors verdoyant et rempli de cris d’enfants tout à l’ivresse de l’été et des grandes vacances qui approchaient. Clara et moi riions de nos pas mal assurés, évoquant le temps où nous pouvions, nous aussi, frapper vigoureusement dans les balles de tennis qui rebondissaient sur les cours d’à côté. Je revoyais Clara s’appuyer sur mon bras en refermant les pans brodés de sa gabardine, le chignon défait qui lui donnait des allures de jeune fille, les mèches avec le temps devenues gris clair s’échappant sur sa nuque fragile. Ses yeux vifs dont je ne me rappelais plus exactement la couleur, sa silhouette de ballerine et puis une vaste demeure, la sienne, la mienne, le soir même, vide. Du gris… De la pluie. Du vent. Et tout à coup tant d’espace. Le visage fermé de notre employée de maison qui, d’un geste las et rancunier, avait pris mon manteau trempé par l’orage ce soir-là. Ses lèvres pincées, plus aigries qu’à l’ordinaire, qui m’avaient annoncé, glaciales, que Clara était partie et qu’elle ne reviendrait jamais. Elle avait présenté sa démission dans la foulée, précisant, comme si besoin était, qu’elle avait un effet immédiat.
Après trente ans de mariage, Clara était partie sans un mot et sans laisser d’adresse. Un jour, il y a cinq ans, elle m’avait quitté. Et il semblait qu’Howard, mon meilleur ami, en savait plus qu’il ne le disait. »

Extrait
« Je n’ai pu m’empêcher de me demander tout au long du repas ce qu’auraient été nos vies si nous nous étions laissés aller à un instant de faiblesse lui et moi. En l’embrassant, j’embrassais celui que j’aurais depuis longtemps dû embrasser, je regardais celui que j’aurais dû depuis longtemps regarder, je regardais celui qui, des enfants, lui m’en aurait donné. »

À propos de l’auteur
Ancienne avocate internationale, Sandrine Yazbeck a vécu 7 ans à Londres avant de
s’installer à Boston. Père libanais, mère française, mari irlandais, deux jeunes enfants, elle a décidé de se consacrer à l’écriture à 40 ans. Les imparfaits est son premier roman. (Source : Éditions Albin Michel)

Site internet de l’auteur 

Commandez le livre en ligne sur Amazon (il suffit de cliquer sur la couverture)

Mes livres sur Babelio.com


Focus Littérature

Tags:
#sandrineyazbeck #lesimparfaits #editionsalbinmichel #hcdahlem #roman #unLivreunePage. #livre #lecture #books #littérature #lire #livresaddict #lectrices #lecteurs #lecteurscom #bouquiner #livresque #rentreelitteraire #rentree2019 #RL2019 #RentréeLittéraire2019 #LitteratureFrancaise #PrixOrangeduLivre2019
#MardiConseil

Publicités

Comment t’écrire adieu

ARNAUD_comment_tecrire_adieu
Logo_premier_roman

En deux mots:
Quand elle se retrouve seule, Juliette essaie de se réfugier dans les mots et dans la musique. Égrenant la bande-son de sa vie, de Françoise Hardy à Springsteen, elle va nous raconter son histoire d’amour, la déchirure et la tentative de reconstruction. Original et musical.

Ma note:
★★★ (bien aimé)

Ma chronique:

La playlist de la séparation

Dans un premier roman étonnant, Juliette Arnaud raconte comment elle s’est retrouvée seule la quarantaine passée. Et comment sa vie a toujours été accompagnée par la musique. Jusqu’à l’obsession.

Une lecture rapide de ce premier roman pourrait laisser penser qu’il s’agit d’un collage de critiques musicales, d’analyse des chansons qui ont marqué la vie de Juliette. Mais ce premier roman est bien plus que ça, il raconte comment la musique a accompagné une vie, comment les chansons ont construit un imaginaire et combien elles mettent en relief les sentiments, les émotions.
Si chacun d’entre nous s’amusait à dresser une liste des titres qui l’ont marqué depuis l’enfance, j’imagine combien cette dernière raconterait un parcours, des expériences, des amours, des douleurs aussi. «La chanson m’attendait, les chansons nous attendent tous.»
Juliette se retrouve seule. Enfin, pas tout à fait, parce qu’elle a son chat, fidèle lui. R. a choisi de s’enfuir. On serait censé de d’écrire comme le font souvent les hommes, sans une explication. Sans dire adieu. Du coup, elle va s’en charger. Elle va écrire son adieu, rembobiner le film et nous dire comment tout a commencé, comment cinquante fois leur histoire a failli finir et comment cinquante fois, ils se sont retrouvés. Parce que, comme le chante Françoise Hardy, elle aimerait comprendre: «Tu as mis à l’indEX / Nos nuits blanches, nos matins gris-bleu / Mais pour moi une EXplication vaudrait mieux.»
Après Françoise Hardy, défileront dans un bel éclectisme Selena Gomez, George Harrison, Mireille et Jean Sablon, Étienne Daho et tous les autres que vous retrouverez dans la playlist ci-dessous. EXplication de texte mais aussi des mélodies qui vous entrainent que la romancière accompagne souvent de parenthèses – et quelquefois de parenthèse dans la parenthèse – pour nous dire son état d’esprit.
« C’est quand qu’on arrête d’écrire des chansons d’Amour? Tout n’a-t-il pas déjà été dit? Sur tous les tons? Chanté? Chuchoté? Hurlé? Scandé? Psalmodié? Eh ben, on n’arrête pas. On s’entête. Tout ça me va très bien, je suis entêtée de nature. Avec un terrain addictif à livrer ma tronche à la neurobiologie après ma mort. »
Cette manière de dire sa vie à travers la musique, à travers des paroles qui touchent font l’originalité de ce premier roman en même temps qu’elle en marque les limites. Car sans les références, sans le bruit et la fureur que véhiculent certains morceaux, il est quelquefois difficile de suivre.
Mais il n’en reste pas moins une écriture, une originalité que l’on prendra plaisir à suivre. Ce livre n’est pas un adieu, mais un au revoir.

Playlist
Comment te dire adieu, Françoise Hardy (1968)
Love You Like a Love Song, Selena Gomez and the Scene (2011)
Isn’t It a Pity ? George Harrison (1970)
Puisque vous partez en voyage, Mireille et Jean Sablon (1936)
Les Voyages immobiles, Étienne Daho (1991)
Delilah, Florence and the Machine (2015)
Give Him a Great Big Kiss, The Shangri-Las (1965)
Secret Garden, Bruce Springsteen (1995)
Dreams, Fleetwood Mac (1977)
You’re So Vain, Carly Simon (1972)
Mess Is Mine, Vance Joy (2014)
Gnossiennes 1, 2, 3 et Gymnopédie 1, Erik Satie (1893 et 1888)
Here You Come Again, Dolly Parton (1977)
… et, I Ain’t Mad at Cha, Tupac Shakur (1996)

Comment t’écrire adieu
Juliette Arnaud
Éditions Belfond
Roman
144 p., 17 €
EAN : 9782714479938
Paru le 6 septembre 2018

Où?
Le roman se déroule en France, de Saint-Étienne à Paris

Quand?
L’action se situe de nos jours.

Ce qu’en dit l’éditeur
« J’ai l’intuition que les chansons nous attendent. J’ai toujours aimé Comment te dire adieu. Il aura fallu R. et sa fugue finale, sans annonce, sans explication, mais blindée de fausseté, pour que je l’entende. La chanson m’attendait, les chansons nous attendent tous. »
À 45 ans, Juliette se retrouve face à elle-même, avec le cœur déchiré et l’envie de rire de tout. Elle se repasse alors les 14 titres de sa bande originale, d’Étienne Daho à Dolly Parton, sans oublier Bruce Springsteen, 14 pop songs qu’elle a écoutées religieusement et dont elle connaît les paroles par cœur. Pourquoi sa vie chante-t-elle tout à coup si faux? Qu’est-ce qui a mal tourné? Elle a pourtant suivi à la lettre ce que les refrains suggéraient. Elle a scrupuleusement appliqué les adages de chacun des couplets.
À défaut de réponse, puisque R. est parti sans un mot, Juliette va s’y coller, à écrire adieu. Elle essaiera d’être drôle et elle sera sincère, pour comprendre, peut-être, que tout ce qui mène à la fin d’une histoire d’amour, on le porte en soi.

Les critiques
Babelio
Lecteurs.com
Livres Hebdo (Cécilia Lacour)
Actualitté (Clémence Holstein)
Blog Baz’Art
Blog Moka – Au milieu des livres
Blog Chronicroqueuse de livres
Blog Les paroles s’envolent 

Les premières pages du livre
« J’ai l’intuition que les chansons nous attendent.
J’ai toujours aimé Comment te dire adieu.
La batterie d’abord, le piano aussi agaçant qu’une comptine enfantine, et puis la voix chantée et digne de Françoise Hardy que les trompettes moquent un peu. Quand elle parle et ne chante plus aussi, avec comme une nuance de vocodeur, les violons pour sentimentaliser l’affaire.
J’ai admiré Gainsbourg et ce modèle parfait d’allitération en EX, presque aussi parfait techniquement que celui en INGUE/ANG de Comme un boomerang.
Oui, je l’ai toujours beaucoup aimé et admiré.
Il aura fallu R. et sa fugue finale, sans annonce, sans EXplication, mais blindée de fausseté, pour que je l’entende.
La chanson m’attendait, les chansons nous attendent tous.
Plus de deux années de liaison, plus de huit saisons, et pas d’adieu. C’est la première réflexion que je me suis faite.
Il ne m’a pas dit adieu.
Il ne l’a pas jugé utile. C’est son droit, j’imagine, comme c’est le mien d’attraper, au hasard d’une lecture, le vade-mecum de Montherlant quand il fait dire à l’un de ses personnages, Costal : « Apprends qu’un écrivain a toujours le dernier mot. »
«Comment te dire adieu»: je vais m’y coller.
Que veux-tu, R.! J’ai Costal de mon côté et puis, j’ai été élevée comme ça, la politesse, tout ça tout ça.
Je viens seulement de piger, après des décennies à l’aimer et à l’écouter, cette chanson, que le mot important n’est pas «adieu», c’est «dire».
Et crois-moi, mon pauvre, je vais dire.
Parenthèse nécessaire: cons de chats/pitoyables humains
«I don’t wanna play in your yard / If you can’t be good to me», H. W. Petrie, 1894.
C’est pas compliqué, non?
C’est pas compliqué comme une chanson de gosses, avec un qui dit à l’autre : «Moi, je viens plus jouer dans ta cour si tu ne peux pas être gentil avec moi.»
Cette base-là, cette petite idée enfantine, à être appliquée, nous sauverait les miches à nous, adultes.
Et puis, il y a les chats. Et certains humains.
Et moi qui ai vu, il y a longtemps, à la télé, un reportage dans un pays de très grand froid et de glace, où une femme s’était mis en tête d’apprivoiser un chat sauvage.
Elle posait de la nourriture pour lui devant sa maison.
Il venait depuis des mois, petit à petit elle s’approchait, mais à chaque avancée de main décisive, celle qui permettra d’enfin toucher la fourrure, le chat sauvage à moitié éborgné et crasseux lui crachait dessus, à la dame.
Alors elle retirait vivement sa main, regardait la caméra en riant d’elle, de lui, d’eux deux, je suppose, et recommençait invariablement.
Elle, la dame du pays froid: «C’est pas grave, c’est normal, c’est un chat, c’est sa nature…», etc., jusqu’à la nausée, mais je vous (nous) épargne toutes ses considérations biologiques/psychologiques/angéliques.
Lui, le chat: «Bah oui. Personne n’a dit que je devais quelque chose en échange. C’est pas moi qui lui ai demandé, à cette conne. Qu’elle baise la trace de mes pieds divins et ça va bien.»
Je suis la dame, R. est le chat.
Parenthèse fermée »

Extraits
«Tu as mis à l’indEX / Nos nuits blanches, nos matins gris-bleu / Mais pour moi une EXplication vaudrait mieux.»
Les gens qui se quittent se le disent. Ils donnent une EXplication.
La plupart du temps, je le sais bien, ceux qui partent tâtonnent autour de la vérité.
Tâtonnent seulement parce que : la lâcheté, la fatigue, le désir de ne pas faire plus de mal.
Je me souviens d’une fois où il m’a semblé être au plus proche de la vérité en disant à un homme : «Je ne t’aime plus.» C’était tout à fait vrai puisque ça contenait «je t’ai aimé».
Je me souviens de son visage à ce moment-là : tout espoir s’est évanoui d’un seul coup. J’ai failli revenir là-dessus, tenter de dire quelque chose pour amoindrir le choc, mais j’ai tenu bon. Et il est parti.
R. m’a quittée une bonne cinquantaine de fois, sans exagération, entre le début et la fin de notre liaison. »

« C’est quand qu’on arrête d’écrire des chansons d’Amour?
Tout n’a-t-il pas déjà été dit? Sur tous les tons?
Chanté? Chuchoté? Hurlé? Scandé? Psalmodié?
Eh ben, on n’arrête pas. On s’entête.
Tout ça me va très bien, je suis entêtée de nature. Avec un terrain addictif à livrer ma tronche à la neurobiologie après ma mort.
On s’entête, et même, parce qu’on n’est ni idiot ni ignorant, on le dit au début de la chanson: « Tout a été dit et fait / Toutes les belles pensées ont déjà été chantées. » »

À propos de l’auteur
Juliette Arnaud est comédienne, dramaturge et chroniqueuse sur France Inter. Par ailleurs, elle danse comme une Allemande, entretient une relation névrotique avec ses cheveux et s’est fait tatouer en souvenir de son chien, Gros. Comment t’écrire adieu est son premier roman. (Source : Éditions Belfond)

Page Wikipédia de l’auteur

Commandez le livre en ligne sur Amazon (il suffit de cliquer sur la couverture)

 

Mes livres sur Babelio.com
Focus Littérature
50 chroniques de livre
Badge Critiques à la Une
Challenge NetGalley France 2018
Badge Lecteur professionnel

Tags:
#commenttecrireadieu #juliettearnaud #editionsbelfond #hcdahlem #roman #unLivreunePage. #livre #lecture #books #littérature #lire #livresaddict #lectrices #lecteurs #lecteurscom #bouquiner #livresque #rentreelitteraire #rentree2018 #RL2018 #primoroman #premierroman #NetGalleyFrance #lundiLecture