La revalorisation des déchets

LA_REVALORISATION_DES_DECHETS.qxp_Mise en page 1

La revalorisation des déchets
Sébastien Gendron
Albin Michel
Thriller
384 p., 17 €
ISBN: 9782226314642
Paru en janvier 2015

Où?
Le roman se déroule en France, principalement à Bordeaux, Cestas, Saint-Julien-les-Graves, Saint-Macaire, Landiras et dans la région, mais aussi à Paris, Saint-Ouen, Clichy-la-Garenne, Gennevilliers, Pantin et Montreuil avec des escapades à Toulouse, Passa, Saint-Martin-de-Ré et la route vers l’Espagne passant par Dax, Bayonne, Biarritz, San Sebastian et Bilbao ainsi que Barcelone et Sant Galdric.

Quand?
L’action se situe de nos jours.

Ce qu’en dit l’éditeur
DICK LAPELOUSE, grand spécialiste de l’assassinat sur commande et des techniques d’intimidation, diplômé du milieu niçois maintenant dans votre ville.
RÉAGISSEZ !
Il y a un million de façon de tuer une personne, mais un seul homme les connaît toutes.
DICK LAPELOUSE traite vos nuisibles, sans différenciation de sexe, ni d’âge : époux violents, banquiers véreux, maîtres-chanteurs, patrons indélicats, escrocs, maquereaux… les connards en tout genre ruinent votre existence ? N’hésitez plus.
DISCRÉTION ABSOLUE
RESULTATS GARANTIS
TARIFS IMBATTABLES
Après Road Tripes, un polar halluciné et décapant sur les traces de Dick Lapelouse, tueur à gages spécialisé dans le tri sélectif des ordures à prix discount. À la croisée de Donald Westlake, Frédéric Dard et Quentin Tarantino, Sébastien Gendron s’impose en dynamitant les codes du genre. Façon puzzle.

Ce que j’en pense
***
Le roman noir aura trouvé en Sébastien Gendron un créatif, capable de dépoussiérer un genre souvent confiné à un carcan très – voire trop – rigide. C’est ainsi qu’il a inventé un nouvel archétype, découvert dans Le Tri sélectif des ordures, (disponible en Pocket) le tueur à gages low-cost : « Je m’appelle Dick Lapelouse et je suis tueur à gages pour les gens de peu. Ça signifie que pour éliminer les nuisibles des pauvres, j’applique des tarifs largement en deçà de ceux pratiqués pour les nantis. » Voilà pour la présentation au début de livre. Les travaux pratiques vont pouvoir commencer sur la personne de Dominique Osmond, un chef d’entreprise sexagénaire qui a jeté son dévolu sur une assistante de secrétariat de quarante ans sa cadette. Après des allusions et des attouchements, le harcèlement va aller jusqu’au viol puis le viol à répétition. Sonia Van Veckt fait alors appel à Dick Lapelouse, qui règle rapidement son problème. Je vous laisse découvrir les autres contrats qui agrémentent ce roman autant noir que loufoque pour m’attarder un peu sur les personnages secondaires qui constituent l’autre tour de force de l’auteur. Ils sont en effet, chacun à leur manière, formidablement bien campés. Il y d’abord Camille, la secrétaire qu’il a choisi moche et grosse pour servir de rempart à une clientèle quelquefois très impulsive et qu’il partage avec Braun, son psychothérapeute auprès duquel il essaie de donner du sens à ses méfaits et à sa vie en explorant un Œdipe mal réglé. Et Dieu sait s’il en a besoin. Dionne est là pour en témoigner. Cette blonde sculpturale à la voix enchanteresse vient régulièrement lui rendre visite pour le consoler, le réprimander et l’aguicher.
C’est que Dick se pose des questions. Au fur et à mesure de ses missions, ce n’est plus le plaisir du travail accompli qui l’accompagne, mais une douloureuse introspection qui le fait douter de sa mission et, ce qui est bien pire pour lui, du caractère vraiment nuisible de ses victimes. Comme celui de cet ex-franquiste au passé pourtant des plus nauséabonds. Et si toute cette histoire n’était qu’un « putain de conte de fées pour orphelins de la pègre » ?
Si vous voulez le découvrir, vous savez ce qu’il vous reste à faire. Et croyez-moi, vous ne le regretterez pas !

Autres critiques
Babelio
Metronews
Blog Cannibales lecteurs
Blog Encore du noir
Blog Action-Suspense
Blog Au cœur de mes lectures et rêveries

Extrait
« c’est sans la moindre difficulté que j’accule cet homme dans l’angle de sa cuisine, sans le moindre problème que je le maîtrise et, lorsque je lui enfile un sac plastique sur la tête, il n’a même pas la force de se défendre.
Déjà époumoné par son footing de galérien, il suffoque moins de deux minutes avant de s’effondrer sur le carrelage. Aucune trace de lutte, pas d’intrusion suspecte dans les lieux, que je quitte à la nuit tombée en retirant mes gants en latex et mes surchaussures en coton.
Sur le chemin du retour, j’appelle Sonia Van Veckt. Elle pleure un peu, avant de murmurer un tout petit merci qu’elle s’en voudra peut-être toute sa vie d’avoir prononcé.
Ou pas.
Je n’en saurai jamais rien.. » (p. 16)

A propos de l’auteur
Né en 1970 à Talence, Sébastien Gendron a passé sa jeunesse dans le Bordelais. Après une licence d’études cinématographiques, il se retrouve tour à tour livreur de pizzas, manœuvre, télévendeur de listes de mariage avant de devenir assistant réalisateur puis réalisateur. En 2008, il publie Le Tri sélectif des ordures, premier opus des aventures de Dick Lapelouse (Pocket 2014), suivi chez Albin Michel en 2013 de Road Tripes. (Source : Editions Albin Michel

Commandez le livre en ligne
Amazon

Mes livres sur Babelio.com


Focus Littérature

Publicités

Ground zero

CHAUMEIL_Ground_zero

 

 

 

 

 

 

Ground zero
Jean-Paul Chaumeil
Rouergue Noir
Thriller
220 p., 19 €
ISBN: 9782812607448
Paru en janvier 2015

Où?
L’action se situe principalement à New York, avec des épisodes situés en Italie entre Milan et Naples, au Mexique du côté de Ciudad Juarez ainsi qu’à Samarkand.

Quand?
Si le roman se déroule principalement le 11 septembre 2001 et les jours suivants, il fait aussi référence à des faits situés en 1979 et 1980.

Ce qu’en dit l’éditeur
Il s’appelle Walter ou William. Peu importe. Ceux qui l’ont formé à Naples, dans les années 1980, des types farouchement anticommunistes du Gladio, l’appellent W. Et aujourd’hui, le rock dur et ample d’un groupe de Minneapolis dans les oreilles, il se rend au World Trade Center pour y exécuter un contrat. Aujourd’hui, 11 septembre 2001. Une cible unique. Une mallette à récupérer. La routine pour un professionnel comme lui. Mais d’une, il a une drôle de baby-sitter à ses trousses. Et de deux, voilà que la tour se met à trembler comme si un géant l’avait secouée. Commence pour W une cavale dans une ville jetée tout entière dans le grand incendie. Du sang plein les oreilles et des tueurs en planque où qu’il aille. Des tueurs qu’il a déjà croisés. Dans d’autres vies. Celles où il s’appelait William ou Walter. Peu importe.
Dans ce premier roman, Jean-Paul Chaumeil nous emporte dans un monde parallèle, celui des factions qui s’affrontent dans les coulisses de l’économie ultralibérale, un monde qui a inventé sa propre réalité, hors de la loi commune, et qui mène une guerre sans fin.

Ce que j’en pense
***

Après Du sang sur la glace de Jo Nesbo, voici un nouveau thriller mettant en scène un tueur à gages. Cette fois, nous avons affaire à un esprit vif, sans états d’âme, sûr de son fait et de son combat. Car dans les années 80, quand il a été recruté, il s’agissait d’éliminer des ennemis du système en marquant les esprits : « On serait en quelque sorte les exécutants d’une espèce de renaissance démocratique en marche dans l’Italie moderne, mais qu’il fallait par moments secouer le peuple pour qu’il comprenne mieux et plus vite quel était son intérêt. » Depuis l’époque du Gladio, celui que l’on appellera Walter aura eu le temps de s’aguerrir et de se rendre compte que son éthique n’était peut-être pas aussi irréprochable qu’il l’avait imaginé. Mais peu importe. « C’était pas tant le côté services rendus à l’État que la possibilité qui m’était offerte de passer de l’autre côté. Là où il n’y a que les règles qu’on se forge soi-même en négociant au plus près avec ceux qui détiennent le pouvoir.»
Ce matin du 11 septembre 2001, il s’agissait de descendre un type au 37e étage du World Trade Center, de s’emparer d’une mallette et de disparaître dans la nature. Du banal, en quelque sorte. Sauf que le grain de sable qui vient cette fois enrayer la machine est de taille considérable. Au moment d’ajuster sa cible, les murs tremblent. Un avion vient de heurter la tour n°1.
Avec brio Jean-Paul Chaumeil décrit alors les minutes qui suivent, lorsqu’il faut essayer de comprendre ce qui se passe et que la réalité n’est tout simplement pas concevable. La raison laisse alors place à l’instinct de survie. Walter accomplit sa mission non sans avoir enregistré quelques bizarreries et essaie de gagner la sortie, sa mallette sous le bras. Le thriller prend alors une toute autre dimension : le tueur est à son tour une cible et le contenu de la mallette s’avère explosif puisqu’il s’agit de rapports faisant état de risques potentiels d’attentats, notamment au WTC ainsi que de transactions financières suspectes, en particulier les 9 et 10 septembre.
Pour reprendre l’un des morceaux de la bande-son qui accompagne Walter tout au long du récit, c’est l’heure de la course poursuite et du Struggle for life.
On ne dévoilera bien entendu pas la fin de cette course-poursuite. Mais en conclusion, on laissera la parole au narrateur, le tueur-philosophe : « La vie, c’est drôle, ça se déroule rarement comme t’as prévu et, en même temps, t’es bien content que ça se soit passé autrement que tu l’avais envisagé. »

Autres critiques
Babelio
La Cause littéraire
Blog Quatre sans quatre (avec la playlist du livre)
Blog Action-Suspense
Blog Collectif Polar Bibliothèque
Blog Lecturama (Interview de l’auteur)

Extrait
« Dans notre job la règle est simple : quelqu’un passe commande, il paye, on exécute. États d’âme s’abstenir ou passer son chemin. ainsi, il avait un contrat sur moi, commandité par ceux qui m’avaient recruté et formé. Comme moi, me dis-je, j’en avais eu un Samarkand sur un ex-crâne rasé lui aussi recruté et entraîné par Dan est sa bande.
J’ouvris à nouveau le téléphone mais plus rien n’était accessible et le réseau était saturé ; je le mis sous mon pied, me levai et l’écrasai consciencieusement. Je n’avais qu’une chose à faire, continuer à vivre avec les atouts à ma disposition : j’avais un gros avantage, j’étais vivant et ils ne le savaient pas encore, moi si, ça me donnait quelques longueurs d’avance, après on verrait. » p. 54

A propos de l’auteur
Jean-Paul Chaumeil vit à Bordeaux. Ground Zero est son premier roman. (Source : Editions du Rouergue)

Commandez le livre en ligne
Amazon

Du sang sur la glace

NESBO_Du_sang_sur_la_glace

 

 

 

 

 

 

Du sang sur la glace
Jo Nesbø.
Gallimard Série noire
Thriller
154 p., 14,90 €
ISBN: 9782070145225
Paru en mars 2015

Où?
Ce roman est situé à Oslo, en Norvège.

Quand?
L’action est située il y a quelques années.

Ce qu’en dit l’éditeur
Quand on gagne sa vie en supprimant des gens, il peut être compliqué, voire dangereux, d’être proche de qui que ce soit.
Olav est le tueur à gages attitré d’un gangster qui règne sur la prostitution et le trafic de drogue à Oslo.
Lorsqu’il tombe enfin sous le charme de la femme de ses rêves, deux problèmes de taille se posent.
C’est la jeune épouse – infidèle – de son patron.
Et il est chargé de la tuer…

Ce que j’en pense
****

Comment peut-on éprouver de l’empathie pour un tueur à gages qui élimine tous ceux qui se mettent sur la route de son patron qui règne la prostitution puis le trafic de drogue à Oslo ? Voilà la question à laquelle vous ne couperez pas en ouvrant ce court polar qui fête à sa manière les 70 ans de la Série noire. Car Jo Nesbø oublie Harry Hole, l’inspecteur de la police d’Oslo qui était au cœur de ses précédents livres, pour une histoire plus noire. Un hommage aux maîtres du genre (Thompson, Goodis), en quelque sorte.
Au moment où débute le livre, Olav vient d’achever une mission et de laisser un nouveau cadavre sur le pavé. De la belle ouvrage, comme d’habitude. Aussi Daniel Hoffmann lui en confie directement un autre mandat, un peu particulier. Il s’agit cette fois d’éliminer son épouse, une belle plante qui le trompe apparemment.
Or, si le propre de ce genre de métier est de n’avoir aucun état d’âme, voici Olav en proie au doute. D’autant qu’il n’est pas insensible aux charmes de la maîtresse du patron. Bien entendu, c’est à partir de ce moment que les ennuis commencent et que le lecteur va de plus en plus se rapprocher d’Olav. Car il a les sbires de son ex-patron à ses trousses ainsi qu’une seconde équipe dont il comprend très vite les intentions. La course-poursuite commence et on imagine qu’elle ne sera pas de tout repos.
Si on entre très vite dans le roman et qu’on ne le lâche plus jusqu’à la fin, c’est que Jo Nesbø a trouvé le truc pour nous attraper : faire d’Olav le narrateur. C’est ce que donne au récit sa nervosité et comme pour les machines à café, cet arôme bien serré. La lecture idéale pour passer un passer un bon moment.

Autres critiques
Babelio
RTL («C’est à lire» de Bernard Poirette)
Quatre sans quatre
Blog Du Noir Du Polar
Blog Encres Vagabondes
Blog Le Bouquineur

Extrait
« Je ne sais pas exactement ce qui dans l’Angleterre fascinait ainsi Hoffmann, mais je sais qu’il y avait effectué un bref séjour d’études et en était rentré avec une valise pleine de costumes en tweed, d’ambition et d’affectations de langage en anglais d’Oxford avec accent norvégien. Mais sans diplôme ni connaissances, à part que c’est l’argent qui décide. Et que si l’on veut réussir dans les affaires, il faut miser là où la concurrence est la plus faible. Ce qui à l’époque, à Oslo, était le marché des putes. Je crois bel et bien que son analyse avait été aussi simpliste. Et Daniel Hoffmann avait compris que dans un marché gouverné par des charlatans, des imbéciles et des amateurs, même une médiocrité pouvait devenir altesse royale. La question était juste de savoir si l’on avait la flexibilité morale requise pour, au quotidien, recruter des jeunes femmes et les envoyer dans la prostitution. Et après s’être tâté un peu, Daniel Hoffmann avait conclu qu’il l’avait. Quand, quelques années plus tard, il s’était étendu au marché de l’héroïne, il était déjà un homme se considérant lui-même comme une réussite. Et comme le marché de l’héroïne à Oslo avait jusqu’alors été gouverné par des gens qui non seulement étaient des charlatans, des imbéciles et des amateurs, mais en outre des camés, et qu’il s’avéra que Hoffmann avait aussi la flexibilité morale d’envoyer de jeunes gens dans l’enfer de la drogue, ce fut un nouveau succès. » (p. 17)

A propos de l’auteur
Né à Oslo en 1960, Jo Nesbø a tout d’abord été journaliste économique avant de devenir auteur-compositeur-interprète du groupe de musique pop norvégien Di Derre très connu de 1993 à 1998. Il publie son premier roman et premier tome des aventures de Harry Hole, L’Homme Chauve-Souris en 1997 et obtient son premier grand succès en tant qu’auteur. Souvent comparé à Michael Connelly et son Harry Bosch, il est moins politiquement correct et Harry Hole dépasse souvent la ligne jaune aussi bien dans son métier que dans sa vie. Martin Scorcese devrait réaliser une adaptation cinématographique du Bonhomme de Neige (Série Noire Gallimard 2008). Police, toujours dans La Série Noire/Gallimard, le dernier opus des aventures de Hole fut un immense succès en 2014. (Source : Notice bio du site «Quatre sans quatre»)
Site Wikipédia de l’auteur

Commandez le livre en ligne