En attendant demain

APPANAH_En_attendant_demain

En attendant demain
Nathacha Appanah
Gallimard
Roman
208 p., 17,50 €
ISBN: 9782070147755
Paru en janvier 2015

Où?
L’action est située à Paris, derrière la gare du Nord, dans sa banlieue, à Montreuil et Rosny, avec des réminiscences à l’île Maurice, notamment Port-Louis et Beau-Bassin. Mais le cœur du roman se déroule dans une ville du Sud-Ouest de la France qui n’est pas nommée.

Quand?
Le roman se déroule de nos jours, avec une ouverture située il y a vingt ans et des souvenirs de jeunesse plus lointains.

Ce qu’en dit l’éditeur
«Adam est debout, le visage collé à la petite fenêtre, les deux mains accrochées aux barreaux. Tout à l’heure, quand il a grimpé sur sa table pour atteindre l’ouverture, il s’est souvenu que les fenêtres en hauteur s’appellent des jours de souffrance. Adam attend l’aube, comme il attend sa sortie depuis quatre ans, cinq mois et treize jours. Il n’a pas dormi cette nuit, il a pensé à Anita, à Adèle, à toutes ces promesses non tenues, à ces dizaines de petites lâchetés qu’on sème derrière soi…»
Adam et Anita rêvaient de vivre de leur art – la peinture, l’écriture. Ils pensaient accomplir quelque chose d’unique, se forger un destin. Mais le quotidien, lentement, a délité leurs rêves jusqu’à ce qu’ils rencontrent Adèle qui rallume un feu dangereux.
En attendant demain est un roman qui raconte la jeunesse, la flamme puis la banalité, les mensonges et la folie d’un couple.

Ce que j’en pense
***
Anita, Adam, Adèle. Trois prénoms qui commencent par A. Une première lettre pour le commencement d’une histoire qui ressemble a beaucoup d’autres et qui demeure pourtant singulière. Anita débarque de son île Maurice avec des rêves de gloire littéraire. Mais à l’image de ses poèmes qui ne parlent plus de soleil et de paysages luxuriants, mais de grands immeubles et de ciel gris, elle va devoir déchanter : « Ce mélange de nostalgie, de tristesse, de désir, de manque, cette envie profonde d’être ailleurs – Anita éprouva pour la première fois le mal du pays. »
Fort Heureusement, elle rencontre Adam lors d’une soirée qu’il n’apprécie pas plus qu’elle. Architecte et peintre, il a aussi caressé des rêves de gloire en montant à Paris, mais n’a pas tardé lui aussi à comprendre qu’il n’avait pas les codes pour s’imposer. Deux solitudes qui vont se rapprocher parce qu’elles sont déracinées, deux solitudes qui vont sont fondre dans un projet commun, celui de commencer une nouvelle vie dans le Sud-Ouest.
Mais le beau projet ne va pas tarder à se heurter lui aussi aux contingences du quotidien. Une belle maison, un beau paysage ne suffisent pas à combler les lassitudes. Anita va essayer de s’occuper en devenant pigiste pour le quotidien régional. Mais elle se rend compte qu’elle « était là, extrêmement visible et pourtant terriblement invisible », qu’elle était « l’étrangère à la peau foncée (noire ? marron ? que dire ?) parmi les Blancs. »
Alors que leur histoire part à vau-l’eau, Adam et Anita vont croiser le chemin d’Adèle, clandestine et mauricienne. Adèle qui va raviver leur flamme créatrice. Adam y voit le modèle qui va enflammer ses peintures et Anita la matière du récit qu’elle entreprend d’écrire. Mais ni l’un, ni l’autre ne vont comprendre qu’ils font ainsi entrer le ver dans le fruit.
S’il faut lire Nathacha Appanah, c’est d’abord pour son style. Elle a une façon raffinée, presque poétique, de raconter les blessures de la vie, de dire avec grâce les drames. Comme elle l’écrit elle-même… « Une vie laborieuse et solitaire se dégage des phrases simples et courtes qu’elle utilise.»
C’est ensuite pour ce drame annoncé dès le début de livre et qui éclairera dans les dernières pages cette sorte d’inéluctabilité du malheur qui sourd tout au long du roman.

Autres critiques
Babelio
L’Express
Télérama
Culture Box
On l’a lu (Sylvie Tanette)
Blog L’insatiable

Extrait
« L’aube traverse lentement le salon et entre dans la chambre où dort Laura, la fille d’Anita et d’Adam. En ce moment même, Laura rêve qu’elle nage dans le lac. C’est un rêve qu’elle fait souvent : elle court sur le ponton pour prendre de l’élan, bondit et exécute un saut de l’ange parfait. Ses brasses sont gracieuses, à peine audibles, comme si Laura était faite d’eau. Celles de son père, dont elle sent la présence tout à côté, sont bruyantes et puissantes. Dans ce rêve, il y a aussi Adèle, mais celle-ci nage sous elle, complètement immergée. C’est un curieux sentiment mais ce n’est pas désagréable. Laura se sent entourée, portée. Dans ce rêve, Laura a oublié qu’elle ne peut ni courir ni exécuter de saut de l’ange ni nager depuis quatre ans, cinq mois et treize jours. » (p. 12)

A propos de l’auteur
Nathacha Appanah est née le 24 mai 1973 à Mahébourg ; elle passe les cinq premières années de son enfance dans le Nord de l’île Maurice, à Piton. Elle descend d’une famille d’engagés indiens de la fin du XIXe siècle, les Pathareddy-Appanah.
Après de premiers essais littéraires à l’île Maurice, elle vient s’installer en France fin 1998, à Grenoble, puis à Lyon, où elle termine sa formation dans le domaine du journalisme et de l’édition. C’est alors qu’elle écrit son premier roman, Les Rochers de Poudre d’Or, précisément sur l’histoire des engagés indiens, qui lui vaut le prix RFO du Livre 2003.
Son second roman, Blue Bay Palace, est contemporain : elle y décrit l’histoire d’une passion amoureuse et tragique d’une jeune indienne à l’égard d’un homme qui n’est pas de sa caste.
Ce qui relie tous ces récits, ce sont des personnages volontaires, têtus, impliqués dans la vie comme s’il s’agissait toujours de la survie. Les récits de Nathacha Appanah sont simples comme des destinées, et leurs héros ne renoncent jamais à consumer leur malheur jusqu’au bout. L’écriture, comme chez d’autres écrivains mauriciens de sa génération, est sobre, sans recours aux exotismes, une belle écriture française d’aujourd’hui. Quant aux sujets, ils évoquent certes l’Inde, Maurice, ou la femme : mais on ne saurait confondre Nathacha Appanah avec une virago des promotions identitaires. Son dernier roman le confirme assez qui nous entraîne insidieusement dans les méandres de l’intimité. (Source : Lehman college)

Site Wikipédia de l’auteur

Commandez le livre en ligne
Amazon

Mes livres sur Babelio.com


Focus Littérature

Publicités

2 réflexions sur “En attendant demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s