Tous les jours sont des nuits

STAMM_tous_les_jours_sont_des_nuits
Tous les jours sont des nuits
Peter Stamm
Christian Bourgois
Roman
204 p., 17 €
ISBN: 9782267026856
Paru en août 2014

Où?

Le récit est situé en Suisse dans des endroits qui ne sont pas nommés, mais où on peut reconnaître Zurich et un centre de vacances en Engadine, vraisemblablement à

Quand?
L’action se déroule de nos jours

Ce qu’en dit l’éditeur
Présentatrice de télévision reconnue et appréciée, Gillian mène une existence harmonieuse jusqu’à cette soirée où elle se dispute avec Matthias, son compagnon depuis des années. Sur la route du retour, ils ont un grave accident de voiture qui va bouleverser sa vie.
Un temps retirée du monde, Gillian revisite son passé, la relation qu’elle a entretenue avec Hubert – artiste peintre auprès de qui elle a insisté pour servir de modèle – et s’efforce de se reconstruire.
Par petites touches distanciées et précises, Peter Stamm compose une histoire à la fois ordinaire et hors du commun qui nous laisse une impression d’inquiétante étrangeté…

Ce que j’en pense
***

Un bruit, une odeur, une lumière parviennent au cerveau d’une personne qui ne comprend pas vraiment ce qui se passe. C’est que Gillian est un sur lit d’hôpital et qu’elle se réveille suite à un choc traumatique. Avec elle, on commence à retisser le fil des événements. Qui est-elle ? qui sont les personnes qui l’entourent ? Comment l’accident est-il arrivé ? L’auteur a trouvé par ce biais un moyen très original de mettre la narratrice à égalité avec son lecteur : c’est ensemble qu’il vont cheminer et découvrir, détail par détail, comment les choses ont – mal – tourné. Elle revoit sa rencontre avec Matthias et le délitement de leur relation qui va conduire à l’enchaînement dramatique. Elle retrace son parcours avec en parallèle son parcours de présentatrice à la télévision et sa carrière qui s’ouvrait sur de belles perspectives. Puis elle évoque sa rencontre avec Hubert, un peintre qui la fascine et l’intrigue.
Mais c’est à ce moment là que le roman commence vraiment. Car Peter Stamm nous propose le roman de la reconstruction.
Celui d’une femme qui doit réapprendre à s’approprier son image et ses idées. S’est-elle engagée dans sa relation avec Hubert par amour ou par curiosité ? Sa vie est-elle n’est-elle pas trop convenue ? A ces questions, Gillian trouvera des réponses durant une période de réadaptation qui n’aura jamais aussi bien portée son nom.
C’est par fines touches, à l’image d’un pointilliste, que l’auteur re-construit le portrait de Gillian. Un portrait qui nous suit bien longtemps après avoir refermé le livre.

Autres critiques

Babelio
Libération
L’Express
Entre les lignes (émission littéraire diffusée sur la radio suisse Espace 2)

Extrait
« Quand Gillian se réveilla, son père était à son chevet, à côté du médecin. Ils parlaient tous les deux à voix basse. Gillian ne chercha pas à écouter. Elle ferma les yeux et perçut à nouveau le trou dans son visage, par lequel elle avait vu à l’intérieur d’elle-même. Elle essaya de lever les mains pour se cacher, se protéger.
La couverture pesait sur sa poitrine. Elle pouvait à peine remuer les doigts. Soudain elle eut aussi du mal à respirer. Elle ouvrit les yeux. Les deux hommes étaient toujours là. Ils se taisaient maintenant et posaient leur regard sur elle, l’enfonçaient en elle. Gillian ne réussit pas à contenir ces regards, à leur répondre ou à les détourner. Elle ferma les yeux et partit en courant pour se cacher au plus profond d’elle-même. Jeu insensé, ronde, comptine faite de couplets sans fin. Puis elle entendit son prénom, le médecin lui avait adressé la parole. Quand elle leva les yeux vers lui, son regard rencontra celui de son père. Son père se détourna.
Comment allez-vous ?
Elle ne dit rien. Il ne fallait pas qu’elle se trahisse. Elle s’était cachée ; si elle ne bougeait pas, ils ne pouvaient pas la trouver. Elle pouvait rester des heures dans sa cachette, dans l’armoire à vêtements ou derrière le canapé, dans le grenier, jusqu’à ce qu’elle se rende compte que personne ne la cherchait. » (p. 15)

A propos de l’auteur
Peter Stamm est né en 1963 en Suisse. Après des études de commerce, il a étudié l’anglais, la psychologie, la psychopathologie et l’informatique comptable. Il a longuement séjourné à Paris, New York et en Scandinavie. Depuis 1990 il est journaliste, et écrivain. Il a rédigé une pièce pour la radio, une pièce pour le théâtre et a collaboré à de nombreux ouvrages. Il est, depuis 1997, rédacteur en chef du magazine Entwürfe für Literatur. Il a obtenu en 1998 le Rauriser Literaturpreis pour son premier roman, Agnès. Il vit actuellement à Winterthur. (Source : Editions Christian Bourgois)
Page Wikipédia de l’auteur
Site internet de l’auteur (en allemand)

Commandez le livre en ligne
Amazon

Publicités

Une réflexion sur “Tous les jours sont des nuits

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s