La vie est faite de ces toutes petites choses

montalbetti_la-vie-est-faite-de-ces-toutes-petites-choses
La vie est faite de ces toutes petites choses
Christine Montalbetti
Éditions P.O.L
Roman
336 p., 17,50 €
EAN : 9782818039939
Paru en août 2016
Prix Franz Hessel
Prix Henri Quéffelec

Où?
L’action se situe principalement à bord de la station spatiale internationale (ISS), à quelque 400 km de la terre ainsi que dans les principaux centres spatiaux américains, à Houston, au Kennedy Space Center en Floride, à Ellington Field. Les lieux d’origine et les domiciles des astronautes sont également évoqués : Philadelphie, Redwood City, Endicott, Apalachin, Vining, Belleville (Illinois), League City et Boston ainsi que les postes d’observation du décollage de la navette en Floride : Banana creek, Cocoa Beach, Cap Canaveral, Titusville et même Orlando. Côté russe, Baïkonour est incontournable. ON se promène aussi à Paris, où l’auteur rencontre quelques interlocuteurs.

Quand?
Le roman se déroule principalement en juillet 2011, mais il revient sur près d’un demi-siècle de conquête spatiale, depuis le premier vol de la chienne Laïka en 1957 et celui de Youri Gagarine en 1961.

Ce qu’en dit l’éditeur
Dans le ciel de Floride, le 8 juillet 2011, s’élève la dernière navette habitée. Ce sont les quatre astronautes de la « Mission finale », Sandra, Fergie, Doug et Rex, qui s’envolent vers la Station spatiale internationale. Le roman raconte cette dernière mission. C’est une aventure spatiale, avec son suspense et ses risques, c’est aussi un roman sur le sentiment des dernières fois. On y vit le suspense du départ. On y découvre tout le petit monde au sol qui concourt au lancement, et dont le roman croque les figures ; puis la vie sur la Station spatiale. Comment s’endormir, quand le corps ne pèse plus rien ? On apprend à prendre une douche avec les moyens du bord, à cuisiner dans l’espace, à courir, harnaché, sur un tapis roulant. On y suit les réveils en musique, on y éprouve la nostalgie des repas sur Terre, on se souvient d’entraînements dans les neiges de Russie. On assiste à l’éblouissement d’une sortie extravéhiculaire. On profite de la facilité neuve avec laquelle on se déplace en impesanteur, par propulsion, en ondulant. Et, à voir les astronautes flotter ainsi, parmi les objets qui profitent de la moindre occasion pour voleter, on repense aux lois de la gravité qui nous régissent, et à notre rapport aux choses. On peut alors relire le titre, qui apparaissait d’abord comme la surprise d’un contre-emploi malicieux pour désigner une aventure spatiale : La vie est faite de ces toutes petites choses est aussi une manière de reporter notre attention de l’héroïsme tant conté vers ce qu’il y a de tout simplement sensible dans notre façon d’exister. Parce qu’au fond, là-haut comme sur Terre, ce dont il s’agit, c’est toujours de bouger, d’attraper, de toucher, c’est de l’enthousiasmante et primordiale matérialité de notre relation au monde.

Ce que j’en pense
***
Certains livres sont difficiles à résumer, mais celui-ci pourrait tenir en une seule phrase: il s’agit de la relation du dernier vol d’une navette spatiale en juillet 2011. Décollage, arrimage à la station spatiale internationale (ISS) et retour en Floride. Bien entendu, et c’est tout là tout le talent de l’auteur, cette dernière mission va être l’occasion de nous pencher jusqu’au plus petit détail sur la vie à bord, l’histoire de chacun des protagonistes et au-delà sur près d’un demi-siècle de conquête spatiale.

Pour cet ultime voyage trois militaires et une civile qui ont tous déjà vécu cette aventure ont été choisis. Aux côtés du commandant de bord Chris Ferguson, on retrouve les colonels Doug Hurley et Rex Walheim ainsi que Sandra Magnus. On les retrouve à l’heure des derniers préparatifs.
« Les voici donc face à nous, alignés d’un seul côté de la table rectangle, les quatre de la mission finale, eux dont le poster circule un peu partout avec ce titre, Final Mission, et puisque c’est la dernière fois qu’on envoie depuis l’Amérique une navette habitée. La dernière fois qu’un équipage s’assied derrière cette nappe, la dernière fois qu’on leur confectionne un gâteau tout exprès, et beaucoup de dernières fois encore que nous aurons l’occasion d’égrener. »
Comme cette dernière fois où l’équipage dira adieu à l’équipe au sol qui les aide à s’installer dans la navette, « c’est comme à la fin d’une soirée, quand il faut se séparer, et que personne ne veut vraiment partir. »
Comme cette dernière fois où les caprices de la météo jouent avec les nerfs du chef de mission, comme cette dernière où des milliers de personnes, plus ou moins proches de la rampe de lancement, assistent au décollage. En quelques minutes à peine la fusée s’élève à près de 3300 hm/h, les réacteurs se décrochent et chutent dans l’océan où une équipe est chargée de les repêcher.
Côté navette, s’il «il aura fallu moins de neuf minutes pour atteindre la microgravité», on prendra son temps pour rejoindre la station spatiale internationale qui n’est pourtant qu’à une distance Paris-Rennes. Deux jours pour rectifier la trajectoire et pour s’habituer à l’impesanteur.
À propos de détails, le CNES nous apprend que l’impesanteur est aujourd’hui préféré à l’apesanteur, en raison de la confusion orale entre «la pesanteur» et «l’apesanteur». « Par ailleurs, l’impesanteur est un état théorique et idéal qui n’existe pas en réalité : il subsiste toujours des forces parasites, donc une pesanteur résiduelle. » Chacun a désormais ses petits rituels pour maîtriser cet état et ses recettes pour profiter de ce que John Glenn, le premier américain dans l’espace (Décédé en décembre 2016, quelques mois après la parution du livre), appelait le cadre idéal d’une maison de retraite, car on ne risque pas la chute et la fracture du col du fémur.
Oui, le très joli titre de ce roman-reportage en illustre parfaitement le propos. Plutôt que des envolées lyriques ou des réflexions philosophiques sur l’envie sans doute jamais inassouvie de l’homme de repousser ses frontières, Christine Montalbetti va s’attacher à ces toutes petites choses, à l’émotion qui peut naître à la seule vue d’une goutte de sueur, au choix des musiques choisies par la NASA pour réveiller l’équipage (la bande-son est souvent accompagnée de messages subliminaux), à la fantaisie dans la préparation des repas ou encore au choix de sa garde-robe. Comme au moment de retrouver les membres de l’ISS, Mike Fossum, Satoshi Furukawa, Sergueï Volkov, Ron Garan, Alexander Samokutyaev et Andreï Borisenko, ou de les quitter. «Ceux de la station se sont mis sur leur trente et un, tous en polo foncé à manches longues et col blanc, dans un bel effet d’ensemble, et vous diriez un corps de ballet accueillant nos quatre personnages».
Durant la dizaine de jours qu’ils vont passer ensemble, on aura le temps de suivre leur travail, mais aussi leurs occupations préférées, de faire des photos «imprenables», de courir le marathon de Boston par procuration, de jouer de la guitare, de prendre une douche, de dormir la tête en bas (ou plutôt de constater qu’il n’y a ni bas ni haut) ou encore, privilège de cette dernière sortie des bricoleurs de l’espace, de ne pas rentrer tout de suite après avoir accompli leur mission, « ils s’autorisent ce luxe de contempler ensemble l’arrivée de la lumière, immergés dans l’espace, plongés dans l’immensité toute noire. »
Le testament des navettes est à la fois un hommage à la conquête spatiale, riche d’anecdotes comme celle sur Valentina Terechkova – qui est si incroyable que je vous laisse la découvrir – ou sur les animaux de l’espace et un concentré d’émotions et de poésie.
Au moment où Thomas Pesquet nous offre de partager en direct sa vie quotidienne en impesanteur et vient rajouter sa collection d’images et d’impressions, et prolonge le roman de Christine Montalbetti, on se prend à rêver… la tête dans les étoiles.

Autres critiques
Babelio 
L’Express (Baptiste Liger)
Télérama (Nathalie Crom)
Libération (Natalie Levisalles)
L’Humanité (Alain Nicolas)
Diacritik (Sophie Quetteville)
Diacritik (Marie-Odile André)

Extrait
« Les voici donc face à nous, alignés d’un seul côté de la table rectangle, les quatre de la mission finale, eux dont le poster circule un peu partout avec ce titre, Final Mission, et puisque c’est la dernière fois qu’on envoie depuis l’Amérique une navette habitée. La dernière fois qu’un équipage s’assied derrière cette nappe, la dernière fois qu’on leur confectionne un gâteau tout exprès, et beaucoup de dernières fois encore que nous aurons l’occasion d’égrener.
Nos astronautes se restaurent, assis en rang d’oignons, et c’est le moment, je pense, de vous dire un petit mot sur chacun. Nous avons, dans le sens de la lecture, Rex, Doug, Fergie et Sandra – excusez-les, tous ont un peu des poches sous les yeux, à cette heure si matinale, avec cette petite nuit derrière eux, et la difficulté, on l’imagine, à dormir, comment voulez-vous, une veille de lancement.
Je vous les présente ?
À côté de Sandra, celui que tous appellent Fergie, c’est Christopher Ferguson, le commandant. Il va sur ses cinquante ans, cet été-là. Sandra le connaît peut-être encore mieux que les autres, parce qu’elle a déjà volé avec lui sur la mission STS-126. Fergie est né à Philadelphie, en Pennsylvanie, et si vous lui demandez comment il occupe son temps libre, il vous répondra qu’il aime faire du golf, et travailler le bois. Il joue également de la batterie, on y reviendra.
Doug Hurley, je continue, est le pilote. Le visage aussi rond que Fergie a le sien émacié, et de cinq ans son cadet, Doug est né à Endicott, dans l’État de New York (…) Le troisième Larron, c’est Rex Walheim. Originaire de Redwood City, Californie, deuxième spécialiste de mission, il a deux ans de plus que Sandra, et deux fils adolescents. Dans la catégorie hobbies, il déclare la randonnée, le ski et le football américain, celui qu’on joue momifié de bandelettes, corseté de plastique et bardé de protections des genoux et autres coudières, sans compter ces énormes épaulières, vous savez, nouées à hauteur du sternum, et le visage pris dans un casque grillé. »

À propos de l’auteur
Christine Montalbetti est née au Havre et vit à Paris. Romancière (auteure chez P.O.L d’une huitaine de romans, d’un récit, de deux recueils de nouvelles), elle écrit aussi pour le théâtre: Baba court dans les paysages a été mis en espace par Philippe Calvario au Festival de Hérisson (2008), L’Avare impromptu par Nicolas Lormeau à la Comédie française dans le cadre des « Petites formes » (2009). La Maison imaginaire répondait à une commande de France-Culture. En 2009, Denis Podalydès crée Le Cas Jekyll, dont le Théâtre National de Chaillot est co-producteur, et qui tournera pendant plusieurs saisons. La pièce est reprise dans une nouvelle mise en scène d’Elvire Brisson au Théâtre des Martyrs de Bruxelles en 2012. En février 2017, Pierre Louis-Calixte créera Le Bruiteur au Studio-Théâtre de la Comédie française. (Source : Éditions P.O.L)

Site Wikipédia de l’auteur 

Commandez le livre en ligne (il suffit de cliquer sur la couverture)

Mes livres sur Babelio.com


Focus Littérature

Tags:
#RL2016 #christinemontalbetti #lavieestfaitedecestoutespetiteschoses #editionspol #roman #rentreelitteraire

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s