Un élément perturbateur

CHANTRAINE_un-element-perturbateur.

logo_avant_critique  Logo_premier_roman

Voici trois bonnes raisons de lire ce livre:
1. Parce que le parcours de l’auteur est peu banal. Venu à l’écriture en 2014 à la suite d’ateliers de la NRF menés par Philippe Dijan, ce cadre supérieur s’est installé à Maussane-les-Alpilles où il se écrit tout en épaulant sa compagne à L’Epicerie Locale.

2. Parce que le sujet La culture d’entreprise, l’ambition, les relations entre sexe, argent et pouvoir sont au cœur de ce roman plein d’humour, mais pas dépourvu d’esprit critique. Un roman drôle, insolent, incisif plaisant à découvrir.

3. Parce que, comme l’écrit Léopoldine Leblanc dans Livres hebdo : « Olivier Chantraine dépeint un anti-héros dont le regard n’en reste pas moins incisif et ironique sur sa condition et celle de ses compagnons grotesques. Les déconvenues deviennent alors des frasques, et l’absurdité des situations fait naître l’empathie. »

Un élément perturbateur
Olivier Chantraine
Editions Gallimard
Roman
288 p., 20 €
EAN : 9782072740336
Paru en août 2017

Ce qu’en dit l’éditeur
Serge Horowitz est hostile à toute forme d’engagement. Sa sœur l’héberge chez elle. Il ne doit son travail dans un cabinet de consulting qu’à son frère, ministre des Finances. Pour ne rien arranger, il est hypocondriaque et connaît des moments d’aphasie incontrôlables. C’est une de ces crises qui le saisit alors qu’il est en pleine négociation avec une société japonaise. Quand lui revient la parole, il fait capoter l’affaire…
Mis en demeure de réparer son erreur, le voici lancé dans l’opération de la dernière chance, accompagné de Laura, son associée. Mais les déconvenues s’enchaînent.

Les critiques
Babelio
Livres Hebdo (Léopoldine Leblanc)
Blog Encres vagabondes (Sylvie Lansade)
Blog L’étudiant autonome
Blog Mes petites boîtes 
Blog Pasion de la lectura

Les premières pages du livre
« Ça peut me prendre à tout instant. Une heure ou deux. Parfois quelques minutes. Les premières manifestations sont apparues il y a trois semaines et depuis c’est comme ça. Je ne sens rien venir. Je me lève chaque matin et à n’importe quel moment de la journée, le mal peut venir me frapper. Je me retrouve subitement incapable d’articuler le moindre mot. Même si habituellement rien ne me dérange vraiment, je dois dire que cela n’est pas sans me créer un certain embarras. Hier Robert m’a invité à les rejoindre en réunion. Je ne sais pas s’il a lu la panique dans mes yeux ; j’ai juste eu le temps de foncer aux toilettes. J’y suis resté deux heures trente, soit le temps moyen de ce genre de rassemblements. Vers midi quarante-cinq, ne percevant plus le moindre souffle en provenance de la salle, je suis sorti. Ils avaient dû partir déjeuner. Leur chaude odeur collective inondait encore l’endroit. J’ai laissé un mot sur mon bureau en disant que j’avais une gastro, j’ai écrit j’ai une gastro et je suis retourné chez moi. Quand ma sœur Anièce est rentrée et m’a demandé ce que je fichais là, j’ai réalisé que je venais de retrouver la faculté de parler. Je lui ai répondu que je ne me sentais pas bien. Le mal s’en était allé aussi soudainement qu’il s’était emparé de moi. J’arrivais à m’exprimer normalement, tandis que quelques heures plus tôt j’étais incapable de prononcer une phrase, otage d’une paralysie verbale absolue. »

Extrait
« Des cadres supérieurs font leur footing dans l’espoir de se doter d’un niveau de forme qui leur permettra de dépasser leurs objectifs de la semaine à venir. Le runing représente la victoire ultime du capitalisme. Des types paient des fortunes en chaussures de marque et vêtements techniques pour affûter leur corps, et le mettre ensuite au service de leurs performances professionnelles. Comment ne voient-ils pas qu’après leur libre arbitre, c’est de leur propre corps qu’ils vont se déposséder, en le réduisant au vulgaire rôle d’outil productif. Comme si le contrôle de leurs idéaux par la soif de consommation ne suffisait pas. »

À propos de l’auteur
Venu à l’écriture en 2014 à la suite d’ateliers de la NRF menés par Philippe Dijan, Olivier Chantraine est un fin connaisseur du monde des entreprises multinationales. L’ancien cadre parisien a décidé de mener à bien ses projets d’écriture, après avoir retrouvé la Provence de son enfance en déménageant à Maussane-les-Alpilles, tout en épaulant sa compagne à L’Epicerie Locale, un atelier de fabrication artisanale de biscuits bio et sans gluten. (Source : Livres hebdo)

Commandez le livre en ligne sur Amazon (il suffit de cliquer sur la couverture)

Mes livres sur Babelio.com


Focus Littérature

Tags:
#unelementperturbateur #olivierchantraine #editionsgallimard #gallimard #RL2017 #roman #rentreelitteraire #entreprise #unLivreunePage. #livre #lecture #books #RLN2017 #littérature #primoroman #lecture #lire #lectrices #lecteurs #premierroman #MardiConseil #VendrediLecture #MRL2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s