Le bonheur national brut

ROUX_Le_bonheur_national_brut
Le bonheur national brut
François Roux
Albin Michel
Roman
688 p., 22,9 €
ISBN: 9782226259738
Paru en août 2014

Où?
En France, principalement à Paris, mais avec de nombreux aller-retour avec la Bretagne d’où sont originaires tous les personnages principaux.

Quand?
Du 10 mai 1981 au 6 mai 2012.

Ce qu’en dit l’éditeur
Le 10 mai 1981, la France bascule à gauche.
Pour Paul, Rodolphe, Benoît et Tanguy, dix-huit ans à peine, tous les espoirs sont permis. Trente et un ans plus tard, que reste-t-il de leurs rêves, au moment où le visage de François Hollande s’affiche sur les écrans de télévision?
« Le bonheur national brut » dresse, à travers le destin croisé de quatre amis d’enfance, la fresque sociale, politique et affective de la France de ces trois dernières décennies. Roman d’apprentissage, chronique générationnelle : François Roux réussit le pari de mêler l’intime à l’actualité d’une époque, dont il restitue le climat avec une sagacité et une justesse percutantes.

Ce que j’en pense
****

Une grande fresque qui s’étend du premier au dernier président socialiste de la Ve République, de François Mitterrand à François Hollande. Un voyage dans le temps qui n’est pas seulement destiné à la génération Mitterrand, même si tous les personnages au cœur de ce roman arrivent au bac au moment où « le pays était bel et bien coupé en deux », à l’image de la famille du narrateur qui « le lendemain de l’élection de Mitterrand, a fait construire dans sa cave un putain de garde-manger qu’elle a entièrement rempli de bouffe au cas où les rouges reviendraient, une famille catho tellement arriérée que deux mille ans après elle en veut toujours aux juifs d’avoir dézingué leur idole. » Autant dire que son homosexualité va être un lourd secret à porter pour lui. Fort heureusement, son père ambitionne d’en faire un médecin et va l’envoyer chez une tante à Paris, afin qu’il exauce le souhait parternel. Mais Paul, outre la découverte de sa sexualité, a envie de devenir acteur.
Son ami Rodolphe s’engage quant à lui dans la politique au sein d’un parti socialiste qui a alors le vent en poupe. Son ambition n’est peut être pas de changer le monde, mais de changer son coin de Bretagne. Au fil des années, c’est bien lui qui va surtout changer.
Tanguy, le troisième larron, a avant tout l’ambition de gagner de l’argent et de de s’élever socialement. L’argent constitue pour lui « le rempart le plus efficace contre la hantise du manque qui le poursuivait depuis la mort de son père. »
Quant à Benoît, c’est l’artiste de la bande. Pour lui, pas question de quitter la Bretagne et un poste de correspondant pour le journal local lui suffit. D’autant qu’il peut ainsi s’adonner à la photographie.
On suit les quatre garçons au début de leur parcours. On les croise au début de leur carrière professionnelle, dans leurs histoires et déboires sentimentaux, dans leurs conflits familiaux.
« Bientôt, Rodolphe serait empêtré dans les rouages du monde politique, Tanguy dans ceux de l’entreprise, Benoît et moi dans ceux de l’art et de la culture. Chacun de nous devrait batailler, contre les autres mais surtout contre lui-même. Chacun de nous pour tenter de survivre – pour tâcher d’être heureux ? –, s’efforcerait à sa façon d’enfouir les monstres cachés qui n’avaient cessé de nous poursuivre depuis l’enfance. Pour le moment nous étions morts de rire, et cela nous suffisait amplement. » (p. 335)
La seconde partie, à compter de 2009, nous permet de retrouver les quatre amis au moment d’un premier bilan, trente années après. Un bilan plutôt sombre : « Trois décennies de cauchemar économique, de trahison, de rêves inaboutis où l’idée même de justice sociale avait été sacrifiée sur l’autel de la performance et de la rentabilité. » Du coup, ce fameux bonheur – auquel tous aspiraient – se dissolvait au fil des ans. Prenons l’exemple de Tanguy, le 11 septembre 2011. Père divorcé, il rentre seul dans son appartement et regarde sur CNN des reportages sur la commémoration des attentats (reportages qui, par parenthèse, servent aussi de fil rouge à mon premier roman et que je vous conseille bien entendu de lire aussi). « Il vivait à New York à cette époque là et il se souvint aussitôt, avec une précision diabolique, du moindre événement qui avait jalonné cette journée de stupeur et d’incompréhension. Alors, quelque chose se passa dans sa tête, un sursaut mental de l’ordre du déclic. »
Avec beaucoup de brio, François Roux a construit un livre-miroir qui met tous les quinquagénaires en face de leur propre existence. Ponctué de quelques pierres blanches inscrites dans la mémoire collective, son récit offrira ainsi à tous les lecteurs une bonne occasion de tracer, en parallèle au vies de Paul, Rodolphe, Benoît et Tanguy, leur propre récit. Avec peut-être une conclusion ouverte : réussir sa vie est encore possible…

Autres critiques
Babelio
L’Express
Culturebox
Le Point
Ouest-France

Citations

« Nous sommes bien sur les fossoyeurs des Trente Glorieuses, les enfants de la crise, du chômage, de la surconsommation, de la mondialisation, de la croissance molle, de l’argent roi soudain devenu argent fou, mais nous sommes, avons tout les enfants du doute et de l’incertitude. Depuis trente ans, nous naviguons à vue, perplexes, indécis, vers un but que ce monde, lui-même déboussolé, nous a clairement désigné en le survendant : être heureux malgré tout et -son corollaire- réussir sa vie. C’est en tout cas ce que l’on n’a cessé de nous refourguer, partout et en tout lieu : le concept du bonheur. Le bonheur comme un indice de notre succès ou un curseur établissant la limite de notre prospérité, le bonheur comme une marchandise, un vulgaire bien matériel que l’on pourrait se procurer à force de volonté, d’argent ou d’efforts, la jouissance des biens apparaissant comme très largement supérieure à la patience à l’ardeur pour les obtenir, et même à la sagesse suprême de ne rien vouloir obtenir du tout. N’avons-nous pas tous pensé que nous serions heureux le jour où nos rêves d’enfants seraient enfin accomplis? »

« – Pierre, tu étais un petit con dans ton enfance. Tu es devenu un sale con en grandissant, et je présume que dans peu de temps tu deviendras un vieux con. En fait, tu auras passé ta vie à être un con sous toutes les formes possibles. »

A propos de l’auteur
François Roux est réalisateur de films publicitaires, de documentaires et de vidéo-clips. Il a également réalisé plusieurs courts métrages de fiction, sélectionnés dans de nombreux festivals, en France comme à l’étranger. Il est par ailleurs auteur et metteur en scène de théâtre : il a écrit et mis en scène Petits Meurtres en famille (2006) et est l’auteur de deux autres pièces, À bout de souffle (2007) et La Faim du loup (2010). Son premier roman, La Mélancolie des loups, a été publié en 2010 aux Éditions Léo Scheer. (Source : Editions Albin Michel)
Site internet de l’auteur
Site Facebook du livre

Commandez le livre en ligne
Amazon

Publicités

3 réflexions sur “Le bonheur national brut

  1. J’ai adoré ce livre. Peut-être parce que j’ai vécu cette époque ?
    Parcours d’hommes, partis ensemble et en même temps dans l’aventure de leur vie. Au final, des personnalités très différentes.
    J’adore les histoires de destin.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s