La correction

LAFOND_la_correction

  RL-automne-2021  Logo_premier_roman

En deux mots
Une organisation secrète comprenant deux groupes, les Augustes et les Justes, a décidé de s’attaquer à la moralité douteuse. Elle décide de remettre dans le droit chemin cinq personnes aux profils très différents: Léa, Paul, François, Mathéo et Vincent. Sans qu’ils ne s’en doutent, leur traque vient de commencer.

Ma note
★★★ (bien aimé)

Ma chronique

La société secrète qui veut corriger l’homme

Dans un premier roman mené sur le rythme d’un thriller, Guillaume Lafond imagine une société secrète chargée de remettre dans le droit chemin des brebis égarées. Dans ce roman choral, Léa, Paul, François, Mathéo et Vincent sont les prochaines cibles.

Ce roman s’ouvre sur la réunion d’une société secrète. Cette «noble institution» a pour nom Le Schéma. Son but est rappelé par un vieil homme représentant du groupe des Augustes: «Nous corrigeons l’homme, nous ne le condamnons pas à mort.» La Correction, dans la politique du Schéma, est une peur et non une punition.
Après ce prologue, les chapitres suivants nous permettent de faire connaissance avec une galerie de personnages, à commencer par François, un dirigeant d’entreprise imbu de lui-même, gêné par une surcharge pondérale et par la sueur qui fait coller son polo Ralph Lauren à sa peau. Il décide de s’arrêter dans un bar prendre une pinte, même s’il n’a guère envie de se mêler au petit peuple. «François dédaigne désormais les travailleurs; il vit loin de la communauté des homme et il spécule sur le suicide de leurs entreprises pour faire grandir la sienne.»
Vient ensuite Léa, 23 ans, en troisième année à l’INSEEC business school. Non contente de faire la fierté de sa grande école, elle est déjà à la tête d’une petite fortune planquée dans des paradis fiscaux, fortune amassée en faisant l’escort girl et en dealant de la drogue fournie par Paul, l’homme qui l’aide à gérer son pactole, notamment en investissant dans le bitcoin.
Mathéo est quant à lui un spécialiste de Tinder, qui multiplie les rencontres et les coups d’un soir. La Chinoise qui est à Paris pour quelques jours n’a toutefois pas l’air de vouloir céder à ses avances. Alors l’esprit de l’ostéopathe, qui est aussi héritier d’une grosse fortune, musicien à ses heures et bon cuisinier végétarien, vagabonde. Il est saisi par une odeur de glycérol, mais n’a guère le temps de s’y attarder.
Arrive Vincent, auteur qui cherche l’inspiration au café et qui doit rapidement rédiger le synopsis d’une pub pour un produit de luxe, un boulot bien payé qui lui permettra d’attendre plus sereinement la parution de son prochain roman.
François, Léa, Paul, Mathéo et Vincent, on l’aura compris, sont sous surveillance. D’ailleurs Gabriel, l’envoyé du Schéma arrive. Sa mission, ainsi que celle de ses acolytes, consiste à corriger l’homme, à lui faire prendre conscience de ses errements moraux.
En choisissant le roman choral, Guillaume Lafond nous offre une belle galerie d’errements et de vices, de motivations déviantes, d’usurpation de pouvoir et par conséquent, d’occasions pour les Augustes de justifier leur engagement. Sauf que, comme le suggère le nom du café où tous se croisent, L’Imprévu vient s’inviter dans ce plan si soigneusement préparé pour un final en apothéose. Un premier roman qui est aussi une belle promesse.

La correction
Guillaume Lafond
Éditions Intervalles
Premier roman
160 p., 17 €
EAN 9782369563044
Paru le 10/09/2021

Où?
Le roman est situé en France, principalement à Paris.

Quand?
L’action se déroule de nos jours.

Ce qu’en dit l’éditeur
Le destin de cinq anonymes bascule un soir d’été. Il y a Léa, qui a pris des raccourcis amers vers la réussite. Paul, son ami, qui l’entretient malgré lui dans la marge. Il y a Vincent et Mathéo, victimes complaisantes de leurs démons intérieurs tandis que François, lui, reste impudemment matérialiste. Tous voient leurs désirs mis à l’épreuve le temps d’une nuit équivoque.
En effet, une organisation très structurée œuvre dans l’ombre pour que ces individus en perdition cessent de nuire à l’ensemble de la société. Mais comment, sans nier le libre arbitre de chacun, le Schéma pourrait-il leur insuffler le désir d’une autre voie?
Avec ce premier roman choral en forme de contreplongée dans les charmes vénéneux d’une nuit parisienne, Guillaume Lafond a choisi l’unité de temps de la tragédie pour corriger la fatalité d’une déroute collective.

Les critiques
Babelio
Lecteurs.com
Goodbook.fr
Blog Lyvres
Made by Frenchies (entretien avec l’auteur)
Prestaplume (Nathalie Gendreau)

Les premières pages du livre
« Prologos
L’amphithéâtre est plein à craquer d’hommes et de femmes de tous âges vêtus de costumes et tailleurs noirs. Un silence respectueux et solennel règne dans l’hémicycle tandis qu’une voix résonne à travers un micro :
« Chers confrères, je vous prie d’accueillir comme il se doit le doyen du groupe les Augustes. »
Une salve d’applaudissements retentit alors qu’un vieil homme s’avance sur l’estrade et se place devant le pupitre. Il est lui aussi vêtu d’un costume noir et porte une longue barbe blanche qui descend à mi-poitrine. Ses cheveux, blancs eux aussi, tombent sur ses épaules ; ses traits burinés sont ceux d’un Méditerranéen ; il s’adresse à son auditoire en anglais mais son accent est celui de la Grèce.
« Bonjour à tous.
En préambule et dans le contexte polémique qui nous préoccupe, je tiens d’abord à rappeler les fondements qui ont défini la vocation de cette noble institution que nous appelons le Schéma.
Je commencerai par rappeler sa nature résolument évolutive. Le Schéma — comme la tragédie — est né en même temps que la démocratie athénienne, en Europe, puis il s’est étendu au reste du monde. Il a connu sur ce continent les nombreuses révolutions qui ont vu se succéder le paganisme, le judaïsme, le christianisme, la révolution galiléenne, les
Lumières, l’ère industrielle puis numérique. Le Schéma s’est adapté à la disparition progressive des religions et du sacré. Il a su se réinventer pour soutenir les hommes dans la conquête de l’individualité. Si l’homme d’autrefois devait obéir à des rites cruels et absurdes, dictés par la croyance, il avait un cadre rassurant qui déterminait sa conduite. Aujourd’hui, il ne peut plus se défausser sur des mythes et imputer à la nature ou à une divinité quelconque la responsabilité de ses choix. Sa liberté est entière ; elle est aussi un fardeau. C’est ce fardeau que nous portons maintenant avec lui dans toute sa complexité. Ce qui veut dire que nous devons à notre tour accepter que le chemin soit soumis à la contingence. C’est la nature de l’homme aujourd’hui.
C’est aussi celle du Schéma. Je voudrais redire devant vous et avec force que notre action, si elle s’inspire de la catharsis tragique, n’a pas pour objectif de porter la mort parmi nos contemporains. Nous ne devons pas nous substituer à l’ordre des choses et, s’il y a encore un choix que nous
devons sacraliser, c’est la vie.»
Des applaudissements appuyés retentissent dans la salle. Le vieil homme lève la main modestement pour y mettre fin et poursuit son discours :
« La tragédie antique, dont notre institution s’inspire, a toujours élevé le citoyen à des valeurs morales ; elle ne le condamne pas mais lui donne à voir les périls à éviter. La tragédie la plus achevée est celle où la mort menace mais aussi celle où elle est évitée. C’est la définition que retient Aristote et c’est celle que défend les Augustes, le groupe dont je me fais ici le représentant. Nous corrigeons l’homme, nous ne le condamnons pas à mort.
Le groupe les Justes, qui s’oppose à nous dans cette élection, propose une réforme brutale et mortifère qui ramènerait l’humanité à la croyance et au pouvoir fabuleux des dieux. Quand des hommes tomberont par milliers, les autres s’abandonneront au mysticisme, à la magie, au complot, croyant à une force maligne. Or le mal élève vers le bien si l’homme se sent responsable de ses actions ; la politique des Justes est dangereuse parce qu’elle déresponsabilise ; elle ne fait pas preuve de la étpov si chère à notre philosophie.
Vous tous qui avez en charge la Correction, n’oubliez pas que vous valorisez avant tout la notion de choix. Vous ne vous substituez pas à vos sujets, vous pouvez seulement les éclairer. Alors oui, la tâche est rude et ingrate ; elle se répète et n’est pas toujours récompensée mais elle est à l’image de la liberté que nous voulons pour l’homme que nous espérons. Une liberté acquise souvent dans la douleur, exigeante et contingente. Nous sommes cette contingence, nous sommes cette liberté sans limite, nous sommes un Schéma erratique mais bienveillant.
Démocratie et tragédie, depuis deux mille cinq cents ans, ont toujours constitué un paradoxe qui offrait au citoyen une relative égalité des chances mais donnait à voir en même temps la toute-puissance des dieux. Dans la démocratie que nous connaissons, les dieux sont morts, Dieu est mort ; Dieu, c’est l’homme. Il n’y a que la mort qui reste indomptable. La catabase est un aller sans retour pour le mortel, et cette descente aux Enfers est une peur vertigineuse sur laquelle s’appuie la Correction. Qu’elle demeure une peur — et non une punition — dans la politique du Schéma, et nous respecterons la nature de l’homme, que nous aimons trop pour vouloir sa mort. »
La salle se lève d’un bloc pour saluer, par des applaudissements nourris, les paroles du doyen.

Epeisodion 1
François 30976543680
La terrasse du café est quasi vide. Seulement cinq individus, accablés par la chaleur orageuse de la fin de journée. La canicule a eu raison de lui. Il a quitté le bureau plus tôt, incapable de supporter plus longtemps la sueur qui coule sur son visage depuis le matin. Si cet imbécile de comptable avait bien fait les choses, la clim serait installée depuis longtemps. Maintenant, il faudra attendre début août. Et à ce moment-là, il sera déjà en route pour la Provence. Vivement qu’il se casse. Il en peut plus de cette boîte et de ces petits connards privilégiés qui savent pas bosser.
Entre le bureau et l’appartement il y a dix minutes à pied à peine, mais il sent qu’il doit s’arrêter ; ses jambes sont lourdes et son polo lui colle désagréablement dans le dos. Il le sait ; son surpoids est devenu un problème. Il a commencé un régime mais les deux kilos perdus ne compensent pas les douze gagnés en à peine trois ans. Pour son mariage, cinq ans plus tôt, son costume sur mesure était trop ample à la taille, et Emma avait demandé qu’il soit davantage cintré comme le voulait la putain de mode du jour. Aujourd’hui, il porte toujours les mêmes fringues, un jean trop large en bas et des polos XXL Ralph Lauren, parce qu’il ne connaît que cette marque. Il s’en fout des fringues, comme de son look, et ça depuis toujours. Mais il sait qu’il ne ressemble à rien et ça rajoute à sa colère. Il aimerait bien que les petites salopes qu’il croise en minijupe fassent rouler leur petit cul devant sa gueule, mais un gros de 40 ans qui se sape comme un sac n’émeut personne. Son portefeuille pèse lourd ; et ça, c’est ce qui lui donne toute la morgue nécessaire. Il aimerait bien baiser une petite, et peut-être la cogner un peu.
Il s’est arrêté à la terrasse ; ce n’est pas dans ses habitudes ; il est toujours pressé et il l’est encore aujourd’hui mais il a trop chaud. Il fera une petite pause et repartira. Le petit est à la maison avec Diem ; il sera un peu en retard; mais bon il est suffisamment généreux avec la Viet pour qu’elle patiente une demi-heure de plus. Il faut dire qu’elle s’en occupe bien du gamin. Elle s’en occupe tout le temps d’ailleurs ; Emma ne sera pas là avant 21 heures, si elle ne doit pas gérer des relations publiques au-delà. Lui rentre en général vers 19 heures parce qu’il bosse juste à côté et qu’il essaie de voir le bébé avant qu’il ne se couche. Et puis surtout il a entendu dire que certains enfants considéraient davantage leur nounou comme leur mère dès lors qu’ils ne voyaient pas leurs parents.
Il inspecte la terrasse avant de s’y installer et décide de s’asseoir à gauche au fond, loin d’un gros type voûté penché sur son ordinateur ; il n’a pas envie d’être le gros à côté du gros. Et puis il n’aime pas être trop proche du trottoir ; peur de se faire taxer par les crève-la-faim qui ont envahi la capitale. Il méprise la misère mais il donne toujours… Son père était une pince ; il ne lui ressemblera pas. Il peut donner ; il est suffisamment blindé, mais il crache sur ceux qui tendent la main ; ils n’ont qu’à trouver du boulot. Lui bosse comme un chien ; eux ce sont des chiens. Et particulièrement les Roumains, primates esclavagistes qui élèvent leur progéniture sur le trottoir pour qu’ils tendent éternellement la main. Personne n’appelle les services sociaux pour un mioche rom gavé de médocs qui pionce toute la journée. C’est autre chose quand un bon Français vit dehors avec sa famille. Il aurait fallu foutre toute cette engeance dehors, mais la France est pourrie de gauchistes bien-pensants, associations bidon et autres syndicats de merde.
Quand on vit dans le 17e, en face du parc Monceau, on est en général préservé de la misère et de ses effluves. Ne plus voir la populace, c’est une victoire précieuse. Il se félicite d’avoir loué les locaux de sa boîte dans le quartier. Les clients sont impressionnés par l’immeuble et, quand on vend du luxe audiovisuel, il faut parfumer le terrain à toutes les pédales, directeurs artistiques et clients qui dépensent des fortunes pour une pub.
Il commande une pinte et mate le bide du gros, toujours affairé sur son ordinateur. L’homme, sans doute myope au dixième degré, a la tête collée sur son écran. Le mec n’est pas aidé physiquement ; il éponge régulièrement son front avec un vieux Kleenex puis nettoie le clavier de son Mac qui reçoit les gouttes de sueur suintant de son visage bouffi. Dans le cendrier à côté de l’homme, des dizaines de mégots à moitié fumés ; le gars allume compulsivement cigarette sur cigarette. François compare le ventre de l’homme au sien. Leurs deux excroissances remplissent disgracieusement l’espace qui les sépare de la table, comme une vasque de gras. François se détourne, écœuré. Il se rassure en pensant qu’il n’a pas touché une cigarette depuis quatre ans, deux ans avant la naissance du petit, Et puis lui il a encore des yeux pour voir… »

Extraits
« La tragédie antique, dont notre institution s’inspire, à toujours élevé le citoyen à des valeurs morales; elle ne le condamne pas mais lui donne à voir les périls à éviter. La tragédie la plus achevée est celle où la mort menace mais aussi celle où elle est évitée. C’est la définition que retient Aristote et c’est celle que défend les Augustes, le groupe dont je me fais ici le représentant. Nous corrigeons l’homme,
nous ne le condamnons pas à mort. » p. 12

« Je ne suis pas partisan du Stephanon, comme Rob. C’est le programme proposé par la liste des Justes. Il se fonde sur la figure du martyr et affirme que la correction ne peut porter ses fruits sans un grand nombre de sacrifices humains. Accidents, suicides, faillites, attentats, pandémies, les mesures que les Justes envisagent doivent être menées à grande échelle ; les morts seront comptabilisés en masse. Il s’agit de générer la peur et la panique pour déstabiliser des hommes et des nations entières; qu’elles revoient leurs politiques sociales, économiques et écologiques. Dans ce programme, la nature prend sa revanche ; des catastrophes naturelles sur plusieurs continents sont annoncées, qui deviendraient destructrices de la mondialisation. Les frontières se refermeraient sur un marché plus localisé, moins consumériste et moins dispendieux à grande échelle. » p. 55-56

À propos de l’auteur
Bannière_La Correction_V6.indd

Guillaume Lafond © Photo DR

Guillaume Lafond est né en 1972 à Brive. Enseignant de Lettres Classiques à Paris depuis 25 ans, il a été photographe puis a réalisé des films courts de fiction et documentaires. En 2014, il a remporté le 1er Prix dans la catégorie courts-métrages du festival de Turin avec Mon Baiser de Cinéma. Il réalise depuis 2018 des films publicitaires. La Correction est son premier roman. (Source: Éditions Intervalles)

Compte instagram de l’auteur
Compte Linkedin de l’auteur

Commandez le livre en ligne sur Amazon (il suffit de cliquer sur la couverture)

Mes livres sur Babelio.com


Focus Littérature

Tags
#lacorrection #GuillaumeLafond #editionsintervalles #hcdahlem #roman #RentréeLittéraire2021 #litteraturefrancaise #litteraturecontemporaine #MardiConseil #RentréeLittéraireaout2021 #rentreelitteraire #rentree2021 #RL2021 #livre #lecture #books #blog #littérature #bloglitteraire #lecture #jaimelire #lecturedumoment #lire #bouquin #bouquiner #livresaddict #lectrice #lecteurs #livresque #auteur #lectureaddict #litterature #instalivre #livrestagram #unLivreunePage #writer #reading #bookoftheday #instabook #Bookstagram #Book #Bookobsessed #bookshelf #Booklover #Bookaddict

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s