Miniaturiste

BURTON_Miniaturiste

Miniaturiste
Jessie Burton
Gallimard
Roman traduit de l’anglais par Dominique Letellier
512 p., prix €
ISBN: 9782070144228
Paru en avril 2015

Où?
L’action se situe principalement aux Pays-Bas, à Amsterdam et Assendelft, avec des évocations des possessions néerlandaises telles que Batavia (aujourd’hui Djakarta).

Quand?
Le roman commence à la mi-octobre 1686 pour s’achever en janvier 1687.

Ce qu’en dit l’éditeur
Nella Oortman n’a que dix-huit ans ce jour d’automne 1686 où elle quitte son petit village pour rejoindre à Amsterdam son mari, Johannes Brandt. Homme d’âge mûr, il est l’un des marchands les plus en vue de la ville. Il vit dans une opulente demeure au bord du canal, entouré de ses serviteurs et de sa sœur, Marin, une femme restée célibataire qui accueille Nella avec une extrême froideur. En guise de cadeau de mariage, Johannes offre à son épouse une maison de poupée, représentant leur propre intérieur, que la jeune fille entreprend d’animer grâce aux talents d’un miniaturiste. Les fascinantes créations de l’artisan permettent à Nella de lever peu à peu le voile sur les mystères de la maison des Brandt, faisant tomber les masques de ceux qui l’habitent et mettant au jour de dangereux secrets.
S’inspirant d’une maison de poupée d’époque exposée au Rijksmuseum d’Amsterdam, Jessie Burton livre ici un premier roman qui restitue avec précision l’ambiance de la ville à la fin du XVIIe siècle. Au sein de ce monde hostile, où le pouvoir des guildes le dispute à l’intransigeance religieuse et à la rigueur morale, la jeune Nella apparaît comme une figure féminine résolument moderne. Œuvre richement documentée et conte fantastique, Miniaturiste est un récit haletant et puissant sur la force du destin et la capacité de chacun à déterminer sa propre existence.

Ce que j’en pense
****

On ne peut qu’être admiratif face à ce roman riche, très documenté et parfaitement construit. L’auteur nous entraîne en Hollande à la fin du XVIIe siècle, à un moment où la prospérité économique se fait au détriment des libertés, où personne ne peut échapper à une chape de plomb rigoriste. Nella, jeune campagnarde d’Assendelft, n’a guère d’autre perspective que le mariage pour quitter sa condition.
«Il faut que tu épouses un homme qui sait garder un florin dans sa bourse, lui avait dit sa mère en prenant sa plume.
– Mais je n’ai rien à donner en retour !
– Voyons, regarde-toi un peu ! Qu’est-ce que les femmes ont d’autre ?»
Johannes, un marchand d’Amsterdam, a jeté son dévolu sur elle. Comme il n’est pas vilain, l’union est vite consentie et le jeune fille prend le chemin de la demeure de son époux.
Si son mari n’est pas là pour l’accueillir dans la demeure située au bord d’un canal d’Amsterdam, sa sœur ainsi que le personnel de maison vont se charger de lui inculquer les règles de vie qui ont cours ici. A l’image de Marin, sa belle-sœur, qui
«a un appétit de souris et dépense comme une nonne», elle va vite comprendre que le travail est quasiment la seule activité tolérée. Il rend vertueux et «évite à tout bon Hollandais de sombrer dans ce luxe négligé si répréhensible».
Aussi quand Johannes offre, en guise de cadeau de noces, une maison de poupée, reproduction en miniature de la maison, Nella trouve là une distraction bienvenue. Car quand Johannes séjourne à Amsterdam, il fait chambre à part et délaisse son épouse. Cependant, à l’image des petites pièces que lui livre la miniaturiste pour agrémenter son jouet, Nella va petit à petit découvrir quels secrets se cachent ici. Que derrière les apparences de pureté et de rigueur chacun a des choses à cacher et que sa liberté est toute relative, car dans cette maison, il y a toujours quelqu’un qui regarde, qui écoute.
Au fil du récit le lecteur va découvrir ce qui se trame et, à l’image de Nella, rechercher avidement quels mystères se cachent derrière les brumes qui s’élèvent des canaux.
Jessie Burton a réussi un très joli coup en transformant son récit historique en une sorte de thriller métaphysique qui nous permet littéralement de ressentir l’atmosphère oppressante de cette époque, parfaitement résumée par un homme aussi lucide que désespéré : «Ce n’est pas Jack Philips qui m’a trahi, Nella, dit Johannes d’une voix plus dure que jamais. C’est cette ville. Ce sont les années que nous avons tous passés dans une cage invisible, dont les barreaux sont faits d’une hypocrisie meurtrière.»
Miniaturiste est sans aucun doute l’une des belles découvertes de cette année.

Autres critiques
Babelio
L’Express
Blog A sauts et à gambades, promenades littéraires

Extrait
(début du roman)
« Ces funérailles devaient être discrètes, car la personne décédée n’avait pas d’amis, mais on est à Amsterdam, où les mots s’écoulent comme l’eau, inondent les oreilles, nourrissent la pourriture, et le coin est de l’église est bondé. Elle regarde la scène se dérouler, en sécurité depuis une stalle du chœur, tandis que les membres des guildes et leurs épouses encerclent la tombe béante comme des fourmis attirées par le miel. Ils sont bientôt rejoints par des employés de la VOC et des capitaines de navires, des régentes, des pâtissiers — et par lui, toujours coiffé de son chapeau à large bord. Elle tente d’avoir pitié de lui. La pitié, contrairement
à la haine, peut être enfermée et mise de côté. Le plafond peint de l’église—rare élément que les réformistes n’ont pas éliminé—les surplombe. Il a une forme de coque de bateau renversée, miroir de l’âme de la ville. Sur le bois ancien figurent le Christ Juge avec l’épée et le lys, un navire doré qui fend les vagues, la Vierge sur un croissant de lune. Elle relève la vieille miséricorde à côté d’elle et ses doigts effleurent le proverbe sculpté dans le bois. C’est un bas-relief représentant un homme qui chie un sac de pièces une grimace de douleur gravée sur son visage. Qu’est-ce qui a changé ? se demande-t‑elle.
Et pourtant. Les morts font eux aussi partie de l’assistance : les dalles de pierre au sol dissimulent des corps sur des corps, des os sur de la poussière, empilés sous les pieds des personnes endeuillées. Là-dessous, il y a des mâchoires de femmes, des pelvis de commerçants, les côtes enserrant le torse vide d’un notable autrefois gras. Il y a des corps d’enfants, au fond, certains pas plus grands qu’une miche de pain. Elle ne peut en vouloir aux fidèles d’éviter de regarder ces concentrés de tristesse. Ils se hâtent de dépasser les plus petites pierres tombales… » (p. 15-16)

A propos de l’auteur
Jessie Burton est née à Londres en 1982. Après des études à l’université d’Oxford, elle devient comédienne pour le théâtre et la télévision. Miniaturiste est un best seller en Angleterre et a obtenu de nombreux prix. Il a été traduit dans de nombreux pays. (Source : Babelio)

Commandez le livre en ligne

Amazon

Publicités

Une réflexion sur “Miniaturiste

  1. On m’avait déjà conseillé ce livre mais je n’avais encore jamais lu d’avis. Tu m’as convaincue. Plusieurs point attisent mon intérêt. Je le note pour mes futures acquisitions.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s