Jupe et pantalon

moulin_jupe-et-pantalon68_premieres_fois_Logo

Jupe et Pantalon
Julie Moulin
Alma éditeur
Roman
300 p., 18 €
EAN : 9782362791703
Paru en février 2016

Où?
Le roman se déroule principalement en France, à Paris mais aussi en Moselle, avec des voyages vers des destinations plus lointaines telles que Bruxelles, Milan ou New York.

Quand?
L’action se situe de nos jours.

Ce qu’en dit l’éditeur
Avec l’alacrité d’un Almodóvar et le réalisme magique d’un Boulgakov, voici le récit d’une jeune femme moderne au bord de la crise de nerfs.
Où va-t-on ? Telle est la grande question que se posent Marguerite et Mirabelle. Voici trente ans que ces deux jambes portent A., jeune cadre pressée d’en faire toujours plus. Mais plus de quoi ? Travail, enfants, amour ? Marguerite et Mirabelle débattent de leur grande affaire – le destin d’A. – en compagnie des autres parties du corps : Camille le cerveau, Babette la paire de fesses, Boris et Brice les bras.
A. chute dans un aéroport, le mari s’en va, la cacophonie guette. Au bord de la crise de nerfs, la jeune femme découvre que son corps en sait plus qu’elle et décide de l’écouter.

Ce que j’en pense
***
Il faut certes un peu de temps pour s’habituer à ces personnages qui n’en sont pas, à Marguerite, Boris, Babette et les autres… Mais une fois enregistré le fait que les prénoms désignent les parties du corps de A., alors on s’amuse beaucoup avec ce concept. Voici donc Marguerite et Mirabelle (les jambes), Brice et Boris (les bras), Babette (les fesses) et Camille (le cerveau) qui s’invectivent, échangent des informations, tentent de se coordonner quand il ne se livrent pas des luttes de pouvoir. Ce qui nous vaut des interpellations du genre : «Camille, je t’en supplie, passe-moi Brice et Boris.»
Mais peut-être serait-il temps d’en venir à la «propriétaire» de ce corps. A., l’héroïne de ce livre, est une trentenaire au bord de la crise de nerfs. Cadre – très – dynamique, elle est toujours pressée, veut en faire en faire encore plus : «carrière brillante, mère accomplie ! Il y a tout de même un tablier qu’elle a rendu, celui de femme.» Encore quelques symptômes physiques, des poussées dépressives et un complexe de culpabilité plus loin et A. devient Agathe.
Nous voilà arrivés à ce moment de la vie où il faut rebondir pour ne pas s’enfoncer irrémédiablement, où il faut prendre conscience que Camille ne peut tout régenter et que sans le soutien de Marguerite et Mirabelle, de Brise et Boris et même de Babette, il devient impossible d’avancer.
Julie Moulin a trouvé une manière très originale de nous faire comprendre qu’il est essentiel de prendre conscience du corps avec lequel on vit et qu’il ne faut pas oublier de dialoguer avec lui, d’écouter ce qu’il nous dit. On peut aussi y lire une critique implicite des codes qui ont cours dans nombre d’entreprises, à commencer par les plus grandes, et qui imposent aux femmes bien davantage de règles et de diktats qu’à leurs collègues masculins. Dans ce milieu, il faut être parfaite faute de n’être rien du tout.
On est cependant plus dans la fable joyeuse que dans le réquisitoire et du coup, on prend un plaisir certain à suivre Agathe. Comme on prendra, j’en suis persuadé, le même plaisir en suivant le prochain roman de Julie Moulin. Une belle plume comme ça a sûrement plus d’un tour dans son sac !

68 premières fois
Blog motspourmots.fr (Nicole Grundlinger)
Blog L’Insatiable (Charlotte Milandri – Interview avec l’auteur)
Blog Le chat qui lit
Blog Les lecteurs de Martine
Le blog du petit carré jaune
Blog Les livres de Joëlle
Blog Domi C Lire
Blog Dans la bibliothèque de Noukette
Blog Les lectures du mouton (Virginie Vertigo)
Blog Les carnets d’Eimelle 
Blog d’Emilia & Jean 
Blog Fragments de lecture (Virginie Neufville)
Blog Anita et son bookclub
Blog Les battements de mon cœur (Albertine Proust)
Blog Laurie lit 
Blog Les lectures de Martine 
Blog Les jardins d’Hélène
Blog Les lectures de Lailai

Autres critiques
Babelio
Tribune de Genève (Marie Prieur)

Extrait
« A. se presse, comme d’habitude. Elle se moque bien de mes interrogations. Pas question d’arriver en retard. Elle revient de congé maternité ; il y a tout à prouver, encore. Babette se plaint : la valeur économique de sa contribution à l’effort nationale n’est pas reconnue. A. doit travailler au centuple et même se faire pardonner. Depuis deux mois, nous sommes tous en ordre de bataille derrière Camille, deux mois déjà que nous battons le pavé, de la maison au bureau, du bureau à la crèche, de la crèche à la maison… Et tout au pas de course! À peine une affaire résolue, Camille nous assigne une nouvelle tâche. Interdiction de flancher. Seulement, moi, j’en ai assez, je suis déjà sur les rotules. »

A propos de l’auteur
Julie Moulin est née en 1979 à Paris. Elle a beaucoup voyagé pour son travail et pour sa curiosité. De longs séjours professionnels à Moscou lui ont permis de se plonger dans la culture russe dont elle était éprise depuis ses études à Sciences Po. Après avoir aussi travaillé à New York et Genève, elle quitte le monde de la finance pour s’établir avec son mari et ses trois enfants dans le pays de Gex (Ain) où elle exerce des responsabilités politiques. Jupe et pantalon est son premier roman. (Source : Livres Hebdo)

Site Internet de l’auteur
Page Facebook de l’auteur
Compte Twitter de l’auteur
Compte LinkedIN de l’auteur

Commandez le livre en ligne
Amazon

Mes livres sur Babelio.com


Focus Littérature

 

Publicités

L’éveil

papin_leveil

L’éveil
Line Papin
Éditions Stock
Roman
256 p., 18,50 €
EAN : 9782234081758
Paru en août 2016

Où?
Le roman se déroule au Vietnam, à Hanoï, notamment au bord du lac Hoan Kiem et dans le quartier des ambassades. Un voyage à Paris y est également évoqué.

Quand?
L’action se situe de nos jours.

Ce qu’en dit l’éditeur
« Je dois y retourner, c’est insupportable de le savoir ici, lui qui marche et vit non loin. Non, il ne s’agit pas encore de l’éveil, du vrai, c’est mon attention seule qu’il éveille pour l’instant, et c’est en dessous, plus loin, que nous allons éclore et tomber et rouler. Je suis à l’orée de l’éveil. »
La scène est à Hanoi, au Vietnam, dans les ruelles surchauffées. Cela se passe aujourd’hui, mais ce pourrait être il y a longtemps. C’est une histoire d’amour, dont les personnages sont deux garçons et deux filles, dont les voix s’entrechoquent. C’est une histoire d’amour, douloureuse et sensuelle, où les héroïnes ne font que traverser le tumulte de la ville, et se cachent dans l’ombre protectrice des chambres.
C’est un premier roman d’exception. Et l’acte de naissance d’un écrivain.

Ce que j’en pense
Difficile de ne pas voir défiler des images du film L’amant de Jean-Jacques Annaud en lisant ce premier roman. Parce que l’action se déroule à Hanoï, parce qu’il s’agit d’une histoire d’amour, parce que le climat humide et chaud y joue aussi un rôle, ainsi que les chambres non-climatisées. Ajoutons-y une certaine oisiveté et le jeu des différences sociales. Mais si le film – et le livre éponyme de Marguerite Duras – servent à planter le décor, l’histoire est bien différente.
Cette fois, on va suivre la vie de quatre expatriés dans la capitale vietnamienne. Deux jeunes filles, Juliet l’Australienne et Laura la Française et deux hommes, l’un est Français et un peu plus âgé. Son identité ne sera pas dévoilée. L’autre est son ami et confident Raphaël.
C’est lors d’une soirée organisée par un certain Monsieur Klin pour les cinquante ans que Juliet rencontre le Français. Il est serveur à L’Ermitage, l’hôtel où se déroule la fête (pour ceux qui connaissent Hanoï, on peut imaginer que l’auteur s’est inspirée de l’Héritage, situé dans le quartier décrit). Après une soirée bien arrosée, elle s’accroche au bras de cet homme et finit par le suivre chez lui, dans son petit appartement de la vieille ville.
Line Papin donne successivement la parole à l’un et à l’autre. Ce qui nous permet de voir Juliet à la fois surprise de se retrouver au petit matin dans cette chambre inconnue et amoureuse de cet homme. Ce qui n’est pas vraiment le cas de son amant Français tout aussi surpris, mais qui considère leur relation plutôt comme un joyeux divertissement.
Cette nouvelle relation est aussi pour lui l’occasion d’oublier ses soucis. Il doit éviter de rencontrer son propriétaire à qui il doit des arriérés de loyer et en a assez de subir les invectives de son patron. Il va du reste finir par rendre son tablier.
Juliet, fille de l’Ambassadeur d’Australie, n’a pas de tels soucis et peut se réjouir de cette démission, afin de pouvoir profiter davantage de «son homme». Sauf que ce dernier rencontre Laura dont la beauté autant que l’aura mystérieuse qu’elle dégage le fascine.
Raphaël se rend bien compte du danger et tente bien de mettre son ami en garde «avec elle, tu es foutu». Mais on sait bien que le danger peut avoir un effet aphrodisiaque. Comme Juliet s’accroche, voilà notre homme engagé dans une double histoire dont on sent bien que ni l’une ni l’autre ne sont faites pour durer…
Tout comme la vie d’expatrié. D’autant plus que le drame vient se greffer à la comédie de mœurs.
Sensible et sensuel, voilà un premier roman au goût aussi acidulé que les fruits exotiques du marché d’Hanoï. De ceux que l’on goûte avec le plaisir de la surprise et dont on deviendrait vite addict.

Autres critiques
Babelio 
Le Figaro (Etienne de Montety)
Toute la culture
Terrafemina (Anaïs Orieul, avec interview de l’auteur)
Livres Hebdo (Prix de la vocation 2016)
20 minutes.fr (Laurent Bainier)
Blog U lost control 
Blog Booquin (Christine Larrouy)
Blog Lis-moi si tu veux

Les premières pages du livre

A propos de l’auteur
Line Papin est née à Hanoi en 1995. L’Éveil est son premier roman. Il a été couronné par le Prix de la vocation 2016. (Source : Éditions Stock / Livres Hebdo)

Page Facebook de l’auteur 

Commandez le livre en ligne
Amazon

Mes livres sur Babelio.com


Focus Littérature

#linepapin #leveil #RL2016 #editionsstock