Monsieur Origami

CECI_Monsieur_origami68_premieres_fois_Logo

Monsieur Origami
Jean-Marc Céci
Gallimard
Roman
160 p., 15 €
EAN : 9782070197729
Paru en août 2016

Où?
Le roman se déroule principalement au Japon, à Higashi Chichibu, puis en Italie dans une ville de Toscane qui n’est pas nommée.

Quand?
L’action se situe à notre époque.

Ce qu’en dit l’éditeur
À l’âge de vingt ans, le jeune Kurogiku tombe amoureux d’une femme qu’il n’a fait qu’entrevoir et quitte le Japon pour la retrouver. Arrivé en Toscane, il s’installe dans une ruine isolée où il mènera quarante ans durant une vie d’ermite, adonné à l’art du washi, papier artisanal japonais, dans lequel il plie des origamis. Un jour, Casparo, un jeune horloger, arrive chez Kurogiku, devenu Monsieur Origami. Il a le projet de fabriquer une montre complexe avec toutes les mesures du temps disponibles. Son arrivée bouscule l’apparente tranquillité de Monsieur Origami et le confronte à son passé. Les deux hommes sortiront transformés de cette rencontre.
Ce roman, d’un dépouillement extrême, allie profondeur et légèreté, philosophie et silence. Il fait voir ce qui n’est pas montré, entendre ce qui n’est pas prononcé. D’une précision documentaire parfaite, il a l’intensité d’un conte, la beauté d’un origami.

Ce que j’en pense 
Cet OVNI littéraire – on ne peut pas vraiment parler de roman – se déguste comme une gourmandise, avec un plaisir intense et avec l’envie d’en reprendre une fois terminé. C’est que Jean-Marc Ceci a trouvé une forme de littérature très originale, à la fois proche du haïku par sa construction codifiée et du bréviaire zen par sa philosophie. Pour le résumer, on pourrait se reporter à la page 20 :
« Maître Kurogiku quitte le Japon à l’âge de vingt ans.
Avant de partir, son père l’invite au chadò, la cérémonie traditionnelle du thé.
Il lui donne un bout de papier plié.
Un origami.
Il représente une grue. »
Si on prend soin de déplier cette page vingt, on y retrouvera tout le livre. On saura que Kurogiku est Maître dans l’art de fabriquer du papier à partir du kòzo, le mûrier à papier, papier appelé washi qui sert à la confection des origamis ; on comprendra que c’est à cause du visage d’une Italienne rencontrée dans son village qu’il décidera de partir ; que c’est un déchirement pour son père de voir s’envoler son fils ; qu’il va alors lui confier ce qu’il a du plus précieux.
Après avoir appris tout cela, on peut à nouveau déplier toutes ces histoires pour en découvrir d’autres aspects.
On retrouvera alors trois plants de kòzo dans les bagages de Maître Kurogiku ; on apprendra tout de la manière de fabriquer le washi ; on découvrira les règles de l’origami. Des règles simples qui rendent «l’exercice de l’art compliqué». Le déchirement y est, par exemple, interdit ; qu’il existe une légende autour de la grue en origami.
On l’aura compris, ce récit peut, en se dépliant encore plusieurs fois, révéler encore bien davantage. Nous entraînant vers la tragédie d’Hiroshima, vers la culpabilité d’un père, vers des rencontres au bout d’un long voyage, vers la façon d’apprendre et de transmettre, vers une philosophie qui nous expliquent que «les êtres et les choses appartiennent à ceux qui s’en occupent.», qu’«on ne peut comprendre où l’on va si l’on se sait d’où l’on vient.» et que cette quête peut prendre toute une vie.
En dépliant ce livre, prenez bien soin de goûter à chaque page. Attardez-vous nous seulement à la quête de Maître Kurogiku, mais aussi à celle de son père, de son ami horloger qui aimerait rassembler en une montre tout le temps, d’Elsa qui les accompagne. En fouillant un peu, vous verrez alors un nouveau prodige : de nouvelles connaissances, d’autres émotions apparaissent… accompagnées d’une furieuse envie de relire encore chaque page, de repartir sur les pas de Monsieur Origami. Un livre magnifique de simplicité et de profondeur.

68 premières fois
Blog motspourmots.fr (Nicole Grundlinger)
Blog Les livres de Joëlle
Blog Les carnets d’Eimelle
Le blog du petit carré jaune (Sabine Faulmeyer)
Blog de Passiondelecteur (Olivier Bihl)

Autres critiques
Babelio 
BibliObs (Jérôme Garcin)
Blog Lire au lit
Blog de Gilles Pudlowski 

Extrait
« Maître Kurogiku a un métier.
À soixante ans, il fabrique du washi, puis il le vend.
Le washi est un papier japonais dont les secrets de fabrication se transmettent de génération en génération depuis le VIIIe siècle.
À vrai dire, avant de le vendre, il sélectionne quelques feuilles de sa production. Les plus belles. Pour son utilisation personnelle.
Le reste, il s’en sépare et le vend.
Washi signifie : papier de la paix et de l’harmonie.
Il est formé de deux kanji.
Le premier kanji 和 signifie paix, harmonie.
Par extension, ce kanji est utilisé pour désigner tout ce qui provient du Japon.
Le second kanji 紙 signifie papier.
Maître Kurogiku quitte le Japon à l’âge de vingt ans.
Avant de partir, son père l’invite au chadō, la cérémonie traditionnelle du thé.
Il lui donne un bout de papier plié.
Un origami.
Il représente une grue.» (p. 18-20)

A propos de l’auteur
Jean-Marc Ceci, né en 1977, a la double nationalité italienne et belge. Marié, père de deux ans, il est théoricien du droit, de formation universitaire de juriste, et vit actuellement au sud de la Belgique. (Source : Livres Hebdo)

Commandez le livre en ligne sur Amazon (il suffit de cliquer sur la couverture)

Mes livres sur Babelio.com


Focus Littérature

Publicités

4 réflexions sur “Monsieur Origami

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s